Réduire les principaux coûts liés à l’achat de votre première maison

Réduire les principaux coûts liés à l’achat de votre première maison

TopCompare

Les prix de l’immobilier ne cessant de grimper, les jeunes candidats acquéreurs ont de plus en plus de difficultés à trouver leur bonheur, faute de moyens financiers. Heureusement, il existe quelques astuces pour surmonter les principaux frais.

 

Le taux d’intérêt

 

Celui-ci est calculé en fonction de plusieurs facteurs, notamment le montant du prêt et la durée de remboursement. Le montant total à rembourser à la banque peut donc grimper de plusieurs milliers d’euros. Heureusement, tous les organismes de crédit hypothécaire n'appliquent pas les mêmes taux, et en prenant le temps de faire une simulation de prêt hypothécaire et de comparer les taux des différentes banques, vous pouvez réaliser d’importantes économies.

 

Les droits d’enregistrement

 

Les droits d’enregistrement sont une taxe régionale qui peut représenter un montant important du prix d’achat d’une maison. Heureusement, les jeunes candidats à l’achat d’un bien peuvent bénéficier d’une réduction et/ou d'une exonération de cette taxe, dont les conditions sont propres à chaque région.

 

En région de Bruxelles-Capitale : En temps normal, les droits d’enregistrement s’élèvent à 12,5% du prix d’achat de la maison. Mais en tant que primo-acquéreurs, vous pouvez bénéficier de ce qu’on appelle un “abattement” sur les premiers 175.000€. Cela signifie que, si la maison que vous souhaitez acheter coûte 200.000€, vos droits d’enregistrement s'élèveront à 3.525€ au lieu de 21.875€. Il faut cependant remplir certaines conditions : Tout d’abord, il ne peut pas s’agir d’une participation à une copropriété (vous devez être pleinement propriétaire du bien). Ensuite, vous devez être domiciliés pendant au moins cinq ans à l’adresse de l’habitation.

 

En Wallonie, où les droits d’enregistrement sont aussi de 12,5%, les choses se compliquent un petit peu. Tout d’abord, en cas d’achat d’une habitation dite “modeste”, les droits d’enregistrement baissent à 6%, pour une première tranche du prix de la maison, allant de 163.125€ à 174.000€ (en fonction de si le bien se trouve dans une zone à forte pression immobilière ou non). Ici aussi, cette réduction ne s’applique qu’aux personnes n’étant pas encore pleinement propriétaires, et à la condition de rester domiciliés à l’adresse du bien pendant minimum trois ans.

 

Cela concerne donc uniquement l’achat d’une maison modeste (dont le revenu cadastral est inférieur à 745€). Si ce n’est pas le cas, vous pouvez tout de même bénéficier d’une exonération des droits d’enregistrement sur la première tranche de 20.000€ du prix d’achat de la maison. Cela représente donc une économie de 2.500€. Ici les mêmes conditions s’appliquent : ne pas être déjà pleinement propriétaire d’un bien, et y être domicilié pendant un minimum de trois ans.

 

L’apport personnel

 

Pour les jeunes candidats acquéreurs, le plus gros obstacle reste celui de l’apport personnel. En effet, une banque ou un organisme de prêt n’avance qu’une partie du prix de la future maison. C’est à l’acheteur de financer le reste avec ses fonds propres. Dans la plupart des cas, cette quotité (l’apport de la banque) ne dépasse pas les 80%. On parle donc d’un apport personnel de plusieurs dizaines de milliers d’euros ! Mais pour les jeunes acheteurs, l’apport de la banque peut aller au-delà de 90%. Attention cependant, une quotité plus élevée implique un plus grand risque pour la banque, et donc aussi un taux d’intérêt plus élevé...

 

Habitat : articles sponsorisés