CORONAVIRUS

Équation non résolue à Bruxelles: comment vacciner les plus jeunes? «Des bus dès septembre dans les univs et hautes écoles»

Équation non résolue à Bruxelles: comment vacciner les plus jeunes? «Des bus dès septembre dans les univs et hautes écoles»

Les 18-44 représentent à la fois les populations les moins vaccinées et les plus contaminées au Covid-19 dans la Région bruxelloise. La Cocom ne sait plus par quel bout prendre le problème. AFP

Le taux de positivité augmente à Bruxelles alors que le nombre de tests diminue: si la Cocom ne s’alarme pas encore, elle sait qu’elle doit redoubler d’efforts pour convaincre les 18-44 ans, plus fréquemment infectés cet été.

Le taux de positivité observé à Bruxelles continue d’augmenter. La tendance se dessine depuis deux semaines dans la capitale. Elle ne s’inverse pas malgré une légère diminution de la demande de testing. De 3,2% de positivité le 27 juillet, on passe aujourd’hui à 3,9%. Or, le nombre de tests diminue: on redescend à 8.000 par jour, soit le volume de début juillet, alors que la fin juillet flirtait avec les 10.000 prélèvements (9.800 le 27/07).

Conséquence: le taux d’incidence dans la capitale reprend une légère courbe ascendante. On note 305 cas pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours, contre 275 vendredi 31/07, 261 le 27/07, 232 le 23/07 et 152 le 15. L’épidémie ne ralentit donc pas. En témoigne la valeur R de reproductivité du virus: 1,11, pour 1,08 le 27/07. «Une valeur plutôt stable, mais assez élevée», se borne à observer Inge Neven, responsable du Service de l’Inspection d’Hygiène de la Cocom.

3 décès, «ça reste acceptable»

Pas encore de panique cependant. Car si les hospitalisations augmentent quelque peu, «l’indicateur clef» des soins intensifs reste stable. Mais Bruxelles, qui n’avait déploré aucun décès la semaine dernière, en compte 3 nouveaux pour les 7 jours écoulés. «Ça reste acceptable», commente sobrement Inge Neven.

Ce qui préoccupe, c’est que le profil des Bruxellois les plus touchés n’évolue pas: «Ce sont surtout les personnes les plus jeunes qui sont infectées», répète sans surprise la responsable de la Cocom. «Ça correspond aux données de notre couverture vaccinale (infographie ci-dessous, NDLR). On voit que la situation reste compliquée pour les 18-44 ans», concède Inge Neven, soulignant un taux vaccinal à moins de 50% pour cette tranche d’âge. Même en première dose. Et «il faudra encore attendre plusieurs semaines pour leur injecter la 2e».

Équation non résolue à Bruxelles: comment vacciner les plus jeunes? «Des bus dès septembre dans les univs et hautes écoles»
Les taux de vaccination chez les plus jeunes, soit les 18-44 ans, atteignent péniblement les 30% en 2e dose. «Ça reste difficile pour cette tranche d’âge», reconnaît-on à la Cocom. Cocom

Vaccination à la porte de l’unif

Conséquence: Bruxelles doit encore redoubler d’efforts pour convaincre ces citoyens plus réticents. Ceux-ci sont déployés depuis plusieurs semaines. La campagne de com ciblée additionne messages dans les lieux d’affluence comme le Piétonnier ou De Brouckère, micros-trottoirs sur les réseaux sociaux, deals avec des influenceurs ou contacts «proactifs» dans l’espace public. On sait aussi qu’un bus de vaccination tente de les attirer sur la Foire du Midi.

En outre, les bus de vaccination vont se poster sur le seuil des universités et des hautes écoles dès la rentrée de septembre. «Nous avons des contacts avec certains établissements», révèle la responsable de l’institution bicommunautaire. «Certaines opérations sont montées à 95%». Quant aux enfants et aux jeunes en dessous de 18 ans, et donc une vaccination hypothétique dans les écoles, la Cocom avoue son impuissance: «ce sont l’ONE et Kind & Gezin qui sont compétentes».

Un bus de prélèvement gare du Midi: capacité de tests renforcée

Pour enrayer l’épidémie, outre la vaccination, Bruxelles compte encore et toujours sur le testing. Un cas détecté et c’est autant de contaminations qui sont empêchées. Au 3 août 2021, la capacité de tests avoisine ainsi les 10.000 prélèvements dans les centres officiels et les 2.000 chez les généralistes et les labos privés.

Équation non résolue à Bruxelles: comment vacciner les plus jeunes? «Des bus dès septembre dans les univs et hautes écoles»
Eurofins avait présenté le premier bus de prélèvement mobile belge en janvier 2021. Le dispositif est désormais déployé place Victor Horta, à l’entrée piétonne de la Gare du Midi. ÉdA – Julien RENSONNET

La préoccupation des autorités se concentre donc sur la gare du Midi, porte d’entrée potentielle de pas mal de voyageurs issus de zone rouge. «En plus du centre de test installé là-bas et qui fonctionne bien, nous avons donc affrété un bus Eurofins», signale Inge Neven, responsable du Service de l’Inspection d’Hygiène de la Cocom. «Il se situe place Victor Horta et est accessible 7j/7 de 6 à 21h. La capacité supplémentaire est de 90 tests à l’heure, soit 1300 par jour».

Aussi la Cocom estime-t-elle sa capacité de testing actuelle «à plus de 13.000 prélèvements quotidiens».

+ LIRE AUSSI | Les escapades en zones rouges pèsent sur les contaminations : Bruxelles veut resserrer les boulons



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos