FRAMERIES

Une Nuit des étoiles «phygitale» et sans télescope au Pass

Une Nuit des étoiles «phygitale» et sans télescope au Pass

La Nuit des Étoiles sera l’occasion d’observer le ciel dans sa globalité Pexels

L’évènement, qui a lieu ce samedi 7 août, aura lieu à la fois en présentiel et à distance. Au menu: observation, animations et une multitude d’anecdotes, de trucs et d’astuces pour observer le ciel.

Qui dit nuit des étoiles dit généralement télescope. Lorsqu’un club d’astronomie organise une nuit d’observation, c’est l’occasion de sortir des puissantes lunettes et de se plonger dans les tréfonds de la galaxie pour en découvrir ses merveilles invisibles à l’œil nu. C’est ce qu’on fait habituellement au Pass de Frameries le premier samedi du mois d’août, avec Olympus Mons, le cercle d’astronomie de l’université de Mons.

Cette année, ce ne sera pas le cas. Pour cette nouvelle édition de la Nuit des étoiles ce samedi 7 août, à laquelle on pourra participer physiquement ou à distance, les astrophysiciens de l’UMons ont choisi de laisser les télescopes high-tech dans leur boite.

«Suite à la pandémie, on a mis en route un système de nocturnes numériques pour proposer quelque chose de sympa aux gens», explique Francesco Lo Bue, organisateur et animateur de la Nuit des Étoiles. «On faisait des directs avec des images captées du ciel à partir d’un télescope très performant, qui permettait de capturer en direct des images en couleur de nébuleuses et de galaxies, telles qu’on les voit dans les livres. C’était très impressionnant et ça a très bien fonctionné.»

Observer le ciel «comme si on passait la tête par la fenêtre»

Mais ce qui est sympa dans une nuit des étoiles, c’est aussi de poser son arrière-train par terre, lever le ciel et profiter de la beauté d’une nuit étoilée, sans nécessairement courir d’une constellation à une autre. «Quand on diffuse à travers un télescope, c’est comme si on ne voyait le ciel que par un bout de serrure. On voit des objets spectaculaires, mais sans avoir le côté magique du ciel à grande échelle.»

Mais comment rendre compte de cette magie à travers un écran?

«On était un peu coincé techniquement. Si on pointe une caméra vers le ciel, cette dernière n’est pas assez performante pour voir les étoiles.» Mais la technologie évolue et «il existe maintenant des appareils tellement sensibles qui permettent, moyennant un réglage correct, de voir les étoiles en direct.»

Concrètement, «on va installer une plateforme tournante au sol, avec deux transats comme si nous étions vraiment à la belle étoile et on va se promener de la Grande Ourse, à l’Étoile polaire, à la constellation du Cygne. Je pourrai commenter en direct ce que les gens verront sur leur écran. L’idée, c’est de faire comme s’ils passaient la tête par la fenêtre de chez eux pour voir Cassiopée dans le ciel. Ce sera une séance assez inédite.»

Au cours de cette séance d’observation, l’idée est de mélanger trucs et astuces pour observer le ciel et repérer les constellations importantes, explications scientifiques sur ce qui est observé, mais aussi de considérations moins… terre à terre.

«Quand on observe le ciel, c’est le terrain idéal pour parler de mythologie. Ce qui est merveilleux, c’est que le ciel a accumulé toute l’histoire des peuples.»

Ciel en 3d et signes du Zodiaque

Avant la soirée d’observation, les 100 chanceux qui ont déjà leur billet pour l’activité en présentiel (c’est déjà complet) pourront aussi participer, dès 18 h, à différents ateliers: une balade dans le système solaire en trois dimensions, une autre à la frontière de l’astronomie et de l’astrologie avec les signes du Zodiaque et à un quiz, animé par Saggi.

Quant aux participants digitaux, ils sont conviés à se connecter via la chaine YouTube du MuMons, dès 21 h 30 pour le quiz. Les observations commenceront à 22 h 30. Et s’il pleut? Rendez-vous derrière son écran pour tout le monde, où une parade sera proposée par les organisateurs.


Nos dernières videos