article abonné offert

LIBRAMONT

Pas de foire de Libramont, mais une 86e édition du concours du cheval de trait ardennais réussie

Pas de foire de Libramont, mais une 86e édition du concours du cheval de trait ardennais réussie

Pas de foire de Libramont, une 86e édition du concours du cheval de trait ardennais. ÉdA

Le cheval de trait ardennais, emblème de Libramont, a eu droit à son concours dimanche sur le champ de foire malgré le contexte.

Tout un symbole comme retour. Le cheval de trait ardennais était présent ce dimanche dans le grand ring du champ de foire de Libramont.

Près de 115 participants s’étaient donné rendez-vous pour la 86 édition du concours du cheval de trait ardennais. Malgré le fait que la situation sanitaire liée au Covid-19 ait à nouveau eu raison de l’édition 2021 de la foire de Libramont, le Stud-Book du cheval de trait ardennais ne souhaitait pas à nouveau devoir également faire l’impasse sur «son» concours qui avait également été annulé l’an dernier. Ce concours est l’un des moments très attendu de la foire avec sa journée du dimanche consacrée au cheval de trait ardennais, emblème de l’événement et qui est d’ailleurs à l’origine de sa création.

À une semaine d’écart des dates prévues normalement pour l’édition 2021 de la foire, le grand ring a donc retrouvé un peu d’animation avec même la voix d’un commentateur sortant des haut-parleurs. Les tribunes ont aussi accueilli un peu de public. «Cela fait du bien de se retrouver», pouvait-on y entendre.

Même si évidemment, l’ambiance était loin de celle de la foire de Libramont avec ses dizaines de milliers de visiteurs et des chevaux de traits mêlés aux bovins et machines agricoles dans un joyeux mélange, il régnait à nouveau une petite atmosphère à part à l’occasion de ce concours modèle et allure. «Vu le contexte, cela fait 18 mois que les éleveurs n’ont pu se retrouver tous ensemble, confiait Michel Ectors, le président du Stud-Book du cheval de trait ardennais. Nous avons pu rester en contact virtuellement mais ce n’était pas la même chose. Nous souhaitions nous retrouver pour ce concours, même si la décision d’annulation de la foire a de nouveau dû être prise. Les directives de sécurité nous ont néanmoins permis de proposer ce concours en accord avec les différentes autorités.» Pour les responsables du Stud-Book, impensable d’ailleurs d’organiser le concours ailleurs qu’à Libramont où il est né.

Un rendez-vous «des amoureux du cheval»

«Habituellement, la foire intervient pour offrir les prix, mais vu la situation particulière, cela n’était pas possible cette année, précise Michel Ectors. Les participants sont donc juste venus pour le plaisir de se retrouver entre amoureux du cheval de trait ardennais.»

La plupart des participants étaient aussi originaires de Belgique dans l’attente de retrouver un grand concours. Si les compétitions ont été mises entre parenthèses vu la pandémie de coronavirus, les éleveurs ont néanmoins continué à assurer la promotion du cheval de trait ardennais. «Il y a toujours eu un besoin de chevaux pour les activités en forêt, le maraîchage ou même l’hippothérapie, souligne le président du Stud-Book. Le concours est aussi l’occasion de discuter». Les passionnés du cheval de trait ardennais attendent désormais le retour de la foire en 2022. Le défilé des chevaux de trait ardennais et des éleveurs tout de blanc vêtus étant l’une des images liées à Libramont.


Nos dernières videos