ATHLÉTISME- JO DE TOKYO

Ismaël Debjani: «Les qualifications du 1500, c’est une loterie»

Ismaël Debjani: «Les qualifications du 1500, c’est une loterie»

-

Ismaël Debjani entre à son tour en compétition ce mardi. Le recordman de Belgique du 1500 mètres veut vivre à fond ses premiers JO.

C’est très serein que le Montagnard, Ismaël Debjani, aborde ses premiers Jeux Olympiques. Sur place depuis déjà plusieurs jours, il s’acclimate correctement et semble épargné par le stress, lui qui a l’habitude des grands rendez-vous européens et internationaux. « Je me sens bien, je me sens relax. J’ai eu un peu difficile de m’acclimater les trois premiers jours, notamment à cause du décalage horaire, mais depuis, je dors mieux, sauf quand je me fais réveiller par des séismes, s’amuse-t-il. Certaines nuits, je suis à deux doigts de tomber de mon lit».

Aucun regret

D’abord en camp d’entraînement, à Mito, et puis maintenant au village olympique, Ismaël souligne l’ambiance entre les athlètes belges, plutôt détendue et aussi le fait qu’ils soient très soudés. Et c’est tant mieux, puisque hormis pour se rendre sur la piste pour les entraînements, ils sont interdits de sortie. Après avoir partagé le début du séjour avec Eliott Crestan, il se retrouve seul au camp d’entraînement durant quelques jours avant de rejoindre, samedi dernier, le village. C’est donc parti pour la dernière ligne droite avant l’entrée en compétition, pour le poulain de Christophe Dumont. « En termes d’ambitions, je n’ai pas d’idée de place, ou de chrono. Je veux surtout donner le meilleur de moi-même, et, quoi qu’il arrive, n’avoir aucun regret et ne pas être déçu. Les séries ne sont connues que la veille de la course, et c’est un peu la loterie. Soit je peux me retrouver avec un bon chrono par rapport aux autres, soit je peux être le moins rapide de la série. Après, dans ce type de compétition, c’est aussi la tactique de course qui importe, puisqu’il y a la qualification directe, ou le repêchage en fonction du chrono», continue Ismaël.

Passer un tour

En forme ces dernières semaines si on se fie sur les entraînements, l’athlète du RCABW spécialiste du 1500 mètres garde toutefois les pieds sur terre. « Passer un tour, cela serait déjà super. Je me sens en forme, mais je n’ai plus fait de compétition depuis quasiment un mois, donc difficile d’être plus précis. Mes entraînements sont très bons. Après, est-ce suffisant pour accéder à la finale, cela risque peut-être d’être compliqué. L’avenir nous le dira», termine celui qui a décroché son ticket pour les JO le samedi 12 juin à Genève, battant son record personnel vieux de quatre ans, avec un chrono de 3.33.06, du haut de ses presque 31 ans.

«Isma» est à suivre la nuit de lundi à mardi, le 3 août à 2 h 00 du matin, heure belge. Il sera 9 h 00 pour lui à Tokyo. Si tout se passe pour le mieux, on le retrouvera le surlendemain, le 5, sur le coup de 13 h 00 pour les demi-finales, et pourquoi pas, le 7 pour la finale, à 13 h 40.

Nos dernières videos