ATHLÉTISME JO DE TOKY0

Eliott Crestan, le Petit Poucet devenu très grand

Eliott Crestan, le Petit Poucet devenu très grand

Le Profondevillois Eliott Crestan termine à la 4e place de sa demi-finale avec un record à la clef. AFP

Après une course incroyable en qualifications, Eliott Crestan n’est pas passé loin d’une qualification pour la finale du 800 mètres.

Le Petit Poucet de ces demi-finales, Eliott Crestan, vient de sortir une course incroyable sur le double tour de piste. Il bat son record personnel, en signant un chrono de 1.44.84 et se classe quatrième de la première demi-finale. Retour sur la course… C’est dans le couloir numéro 9 qu’il s’élance, avec le moins bon chrono des trois demi-finales. Mais dans une compétition comme les Jeux Olympiques, cela ne veut strictement rien dire, il l’a d’ailleurs prouvé lors des qualifications. La tactique est simple, comme lors de sa qualification, un peu plus de 24h00 plus tôt, prendre les commandes de la course et jouer crânement sa chance. Le Lesvois n’a rien à perdre! Pour se qualifier pour la finale, deux solutions, soit être dans les deux premiers, soit être rapide et miser sur le repêchage. Au rabattement, après 200 mètres, il tente de prendre les commandes. Il se retrouve finalement à la seconde place. Il tient bon, mais cède la seconde place à Hunter et se retrouve troisième au premier passage de la ligne, sur un chrono de 52'12. C'est rapide, mais jusque-là, cela passe. Il reproduit la tactique de course de sa qualification et attaque. Il se montre incroyable et prend la tête de la course. Cela revient très fort, il résiste et puis plafonne. Il termine finalement à une très honorable quatrième place, derrière de grands noms du 800 mètres.

Un entraîneur heureux

«Je suis très très heureux de sa performance. C’est dommage de passer à côté d’une place en finale, car il n’est pas loin du tout, mais il sort une superbe course. Il prend ses responsabilités, il réalise la même tactique que lors des qualifications, mais cette fois face à d’autres lapins. Il fait ce qu’il doit faire, et je peux le dire, c’est des très bon augure pour la suite», précise André Mahy, le coach de l’athlète du Sambre et Meuse Athlétique Club.

Aucun regret

C’est donc une première expérience olympique plus que réussie pour Eliott, qui signe le treizième meilleur temps de trois séries de demi-finales. «Je suis content, vraiment content. Je n’avais rien à perdre et je décroche un record personnel. J’ai vraiment fait le maximum. Je n’ai aucun regret, même s’il est vrai que ce n’est pas passé loin. La suite de mon programme? Un retour en Belgique dès mardi ou mercredi, puisque nous devons quitter le territoire dans les 48 h 00 après la fin de nos Jeux. Et puis, je voudrais bien me trouver un 600 mètres pour surfer sur la bonne forme du moment», ajoute Eliott, ravi et fier de lui.

L’athlète du SMAC fait donc forte impression pour ses premiers Jeux et tire un bilan plus que positif de cette première expérience. Aucun doute, à Paris, en 2024, il faudra compter sur lui.

Nos dernières videos