BRUXELLES

1.000m2 de fresque pour verdir les rampes du palais de Justice: «Je bosse non-stop depuis 19 jours»

Le street-artist Kiwi vide pot de peinture sur pot de peinture pour décorer les rampes du palais de Justice de Bruxelles. Sa fresque, immense, reproduit des feuillages. On le rencontre entre deux averses.

«Je ne me souvenais plus qu’il pleuvait autant en Belgique».

C’est peut-être parce qu’il a «une jambe à Bruxelles et l’autre au Portugal» que Kiwi s’étonne des quantités de flotte qui arrosent le palais de Justice de Bruxelles cet été. Et du même coup, ralentissent l’avancée de ses 1000m2 de fresque peints à même le sol des rampes reliant Marolles à Poelaert.

«Je travaille non-stop depuis 19 jours. J’ai même bossé pour mon anniversaire de 25 ans. Je pense que je n’ai jamais ressenti autant la pression pour tenir les délais», confie le street-artist. «Heureusement, mes amis viennent tous m’aider à la fin de leur journée de travail. Ils me sauvent la vie. Je détaille les contours et ils remplissent». Une peintre est d’ailleurs à l’ouvrage ce 29 juillet pour nuancer le camaïeu de verts des plantes exotiques aux immenses fleurs bleues, rampant au sol comme des mangroves.

1.000m2 de fresque pour verdir les rampes du palais de Justice: «Je bosse non-stop depuis 19 jours»
Kiwi reçoit l’aide d’amis pour remplir les espaces immenses des rampes du palais de Justice de Bruxelles. ÉdA – Julien RENSONNET

15 fois 10 litres, et c’est pas fini

L’ambition de Kiwi est énorme. «J’ai déjà vidé une quinzaine de pots de peinture de 10 litres. C’est une peinture extérieure de bonne qualité, mais qui n’est pas spécifique au street-art».

Cette fresque, gigantesque, est l’un des dispositifs qui animent l’endroit cet été. Elle doit recouvrir entièrement deux volées des rampes. Sur la grimpette supérieure, ses feuillages serpentent déjà entre les bancs installés pour rendre aux piétons ce qui était jusqu’il y a peu un parking sauvage. On y trouve aussi une marelle. Plus bas, c’est «dame justice» et son immense balance qui reçoivent ce 29 juillet un seau entier de jaune pâle.

1.000m2 de fresque pour verdir les rampes du palais de Justice: «Je bosse non-stop depuis 19 jours»
C’est la première fois que Kiwi s’attaque à une surface au sol, lui qui est plus habitué aux murs. Si vous venez vous y asseoir sur le mobilier de récup, vous y croiserez des feuillages, des fleurs et une «dame justice», clin d’œil au lieu. ÉdA – Julien RENSONNET

Le sol, c’est une première pour le street-artist, plus habitué aux murs qu’il colore de Bruxelles au Portugal en passant par la France ou l’Italie. «La grande difficulté, je dirais que c’est l’état de la surface de base. Elle n’était pas nettoyée. Le bitume est jonché de capsules, de morceaux de verre, de mégots. Et le vent ratisse le sable». Qui se colle entre rouleau et couleur.

Un chemin vert

L’idée principale de la fresque, «c’est de verdir le cheminement, créer une promenade verte qui grimpe de bas en haut, où les gens peuvent se reposer, se sentir intégrés dans l’environnement».

1.000m2 de fresque pour verdir les rampes du palais de Justice: «Je bosse non-stop depuis 19 jours»
L’idée de la Ville de Bruxelles derrière cette fresque de 1.000m2: un cheminement vert. ÉdA – Julien RENSONNET

La fresque fait partie de l’initiative proposée par First Urban Tractor dans le cadre de l’appel à projets de la Ville de Bruxelles pour réactiver les rampes après leur fermeture aux voitures en mars 2021. L’œuvre de Kiwi, fruit d’un travail collectif, complète l’installation de bancs et de vignes (oui oui) du projet Pas-Laid, tenu par deux étudiants en urbanisme. L’ensemble bénéficie d’un budget de 8.686€ apporté par l’échevine bruxelloise de l’Urbanisme Ans Persoons (one.brussels).


Nos dernières videos