BASKET-BALL

Gembloux: Alain Gaudry démissionne

Gembloux: Alain Gaudry démissionne

Alain Gaudry, c’est une figure emblématique du «BBGx» des dernières décennies du club. ÉdA – 201492356844

Petit tremblement de terre dans les environs de Chapelle-Dieu avec le départ du manager du «BBGx»…

On s’y attendait un peu depuis le retrait de la TDM 2 (D3), l’équipe fanion du club de Gembloux. «C’était un petit coup sur la tête vu tout le travail préparatoire fait mais je respecte les choix du comité, confie Alain Gaudry, désormais ex-manager des Couteliers. Après l’entre-saison et la période des transferts, j’ai décidé de prendre un peu de recul. Il n’y avait plus l’équipe fanion en D3 et au niveau de la formation des jeunes joueurs, Marc Mesureur gère bien son groupe. Il n’y a donc pas besoin d’un manager et je n’aime pas les titres pour le plaisir d’en avoir. Je resterai donc un simple supporter et part en bons termes après quelques dizaines d’années au club comme joueur puis coach ou dirigeant…»

Vision différente

«J’ai donc occupé pas mal de postes dans ce club du BBGx qui me tient tellement à cœur, poursuit Alain Gaudry. Mais je ne me sentais plus en parfaite adéquation avec la vision des choses au sein de celui-ci. Prendre du recul était donc nécessaire. Ma démission est effective à partir d’aujourd’hui (Ndlr: mardi). Dès avant l’âge de 35 ans je me suis investi dans le comité à la fin de ma carrière de joueurs. C’était encore l’époque de Stéphan Baczaï ou de Christian Gilon qui coachait la P1 dames… Toute une époque. Mais là je me retrouve plus dans le projet du club et la motivation s’en ressent forcément. Or j’ai un boulot à l’université de Louvain-La-Neuve et une société de publicité et de lettrage, ainsi que deux petits-enfants depuis que ma fille est devenue maman. Passer toutes ces soirées au club et les week-ends sans motivation réelle était totalement impossible. Ce n’était jamais possible de se libérer tel ou tel samedi pour la famille»

«Et ça ne sert à rien d’être à deux avec Marc pour un seul siège, conclut Alain. On sait que je suis quelqu’un certes de convaincu mais aussi parfois de borné (rires). Toutefois, la D3 ce n’était pas que mon projet, c’était celui du club. Mais j’ai toujours dit que je n’y resterais pas jusqu’à 70 ans. Je pars en bons termes avec le comité, sans avoir signé ailleurs, c’est l’essentiel à retenir. Pourtant, des propositions, j’en ai eu et j’en ai encore. Mais le BBGx était à 100 m de chez moi et si je le quitte ce n’est pas pour aller à 30 km.»

Ranger la buvette

«Personne n’est indispensable, réfléchit-il enfin. Si c’est dur pour le club, ça l’est aussi pour moi. J’ai mal dormi avant la réunion du comité mardi soir où je suis passé dix minutes pour les rencontrer et expliquer ma décision envoyée par lettre recommandée. Avec la crise, ils ont forcément une autre vision du basket, axée sur la formation, c’est logique. Car la TDM2 c’est inévitablement 90% de joueurs formés ailleurs, le réservoir local est trop faible. Désormais, le BBGx a l’ambition de faire monter sa P2 en P1 et sa R2 en R1. Si je pars c’est donc tout simplement parce que pas il n’y a plus de nécessité de manager à cet échelon et Marc Mesureur est un peu comme à la maison à Gembloux, même s’il est originaire de l’IATA. Quant à moi, je ne devrai plus ranger la buvette le samedi soir. Je devrai trouver une autre excuse si je rentre tard (rires)».

Après le décès de l’ami Christian Michaux, le BB Gembloux tourne donc une nouvelle page de son histoire avec le départ d’Alain Gaudry, un autre de ses piliers. À l’instar de beaucoup de clubs au sortir de cette crise sanitaire, il faut savoir rebondir et se réinventer.


Nos dernières videos