BASKET-BALL

JO 2021 | Les Belgian Cats ne veulent pas louper le début de leurs JO face à l’Australie

JO 2021 | Les Belgian Cats ne veulent pas louper le début de leurs JO face à l’Australie

BELGA

«On n’a jamais eu un été comme cela et en ce sens c’est un challenge», a reconnu Philip Mestdagh le coach des Belgian Cats qui entament mardi face à l’Australie (17h20 locales, 10h20 belges) le tournoi olympique de basket féminin.

«Bien sûr c’est lourd. On a divisé l’été en deux. Il n’était pas possible de parler des Jeux Olympiques pendant l’Euro. Parce qu’il s’agissait d’y réaliser une performance là-bas et nous l’avons réalisée (se qualifier pour les tournois qualificatifs de la Coupe du monde 2022). On n’a repris le premier entraînement en Belgique que le samedi 3 juillet en vue des JO».

Et quatre jours plus tard, les Cats étaient parmi les premières membres du Team Belgium à rejoindre le Japon et le camp de base des Belges à Mito. A Tokyo, les Belges joueront dans le groupe C face successivement à l’Australie, 2e nation mondiale, Porto-Rico (le 30 juillet) et la Chine (2 août).

«L’Euro était un championnat de niveau très élevé avec de nombreuses équipes très fortes. On va maintenant disputer le tournoi le plus relevé qui soit. On est bien rodé pour aborder les Jeux. Avec les 12 meilleurs pays dans le monde présents dont dix peuvent briguer une médaille cela va être très important d’être prêt à aborder les matches. On va regarder match par match. On doit être présent dans le premier match, dans le deuxième match, dans le troisième match. On doit vraiment bien calculer pour arriver en quarts de finale», a expliqué ensuite le coach yprois.

«Pour aller en quarts de finale, on doit terminer premier ou deuxième de notre groupe ou parmi les deux meilleurs troisièmes. Bien sûr on débute contre l’Australie (2e nation mondiale qui malgré le forfait de sa star Liz Cambage «reste une équipe du Top mondial, Et son jeu collectif sera peut-être plus imprévisible désormais et meilleur», dixit Pierre Cornia, le T2, revenu au Japon après un aller-retour en Belgique en raison des dégâts provoqués par les intempéries). Gagner sera très compliqué. Si on perd contre elle, il faut tout donner pour que les écarts restent petits. Le deuxième match sera peut-être clé. On doit gagner contre Porto-Rico et si possible avec le plus grand écart possible. Cela nous aidera pour l’average qui sera très important au final. Et le troisième match sera une petite finale contre la Chine. Si on s’impose on est sûr de finir deuxième. Mais, encore une fois, on doit regarder match par match.»

Quid de la pression des JO, une inconnue pour les Cats qui ont eu la chance d’être présentes lors de la cérémonie d’ouverture vendredi? « On a raté le premier match contre la Bosnie-Herzégovine (à l’Euro). Ensuite on a dû faire le maximum pour aller en quarts. On était très heureux de terminer premier et de bénéficier d’un jour de repos de plus. Là on va évoluer sur la scène la plus prestigieuse du monde et il y a une pression, mais le groupe a assez de maturité pour la gérer. On ne peut pas rater une étape dans cette compétition à cause de la pression.»

«Je suis content de la réaction que nous avons montrée à deux reprises à l’Euro après la Bosnie (en match d’ouverture) et après la défaite en demi-finales (de peu face à la Serbie). La réaction du groupe a été magnifique. Mais je préfère être dans le mode «action», c’est pourquoi il est important de ne pas rater son entrée dans un championnat. On peut perdre contre l’Australie mais pas avec 20, 30 ou 40 points d’écart. On ne peut plus se permettre de rater les cinq premières minutes d’un match aux JO.»