RÉGIONS

La Ville de Spa officiellement inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco

La Ville de Spa officiellement inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco

Photo d’archives Romain RIXHON

La Ville de Spa a été officiellement inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco des «Grandes villes d’eaux d’Europe», où elle représente la Belgique, samedi.

La décision prise lors de la 44ème session du Comité du Patrimoine mondial se tenant à Fuzhou (Chine), du 16 au 31 juillet, a été rendue publique samedi peu après 14h30. Une décision attendue et accueillie avec émotions par les membres du Collège de Spa: «Nous nous y attendions après des retours positifs concernant la candidature mais après ce que nous avons vécu ces derniers jours, cela nous permet de relâcher un peu la pression», déclare la bourgmestre Sophie Delettre.

Le Collège de Spa a assisté en direct par visioconférence à l’inscription de la ville sur cette liste. Un projet initié en 2006 et qui comprenait en tout 11 cités thermales de 7 pays européens: Bad Ems, Baden-Baden, Bad Kissingen (Allemagne); Baden bei Wien (Autriche); Spa (Belgique); Vichy (France); Montecatini Terme (Italie); Ville de Bath (Royaume-Uni); Franzensbad, Karlovy Vary, Marienbad (République tchèque).

Le Comité du Patrimoine a reconnu la valeur universelle de ces villes qui bien que «différentes se sont développées autour de sources d’eau minérale, qui ont été le catalyseur d’un modèle d’organisation spatiale dédié aux fonctions curatives, thérapeutiques, récréatives et sociales».

Ces «eaux» ont donné leur cachet à ces villes, en couplant activités à visées thérapeutiques à des activités de loisirs, dans un environnement composé de parcs urbains et de promenades prisés des curistes, mais aussi théâtres et salles de concert par exemple. Elles présentaient «un important échange d’idées innovantes qui ont influencé le développement de la médecine, de la balnéothérapie et des activités de loisirs.

«Les grandes villes d’eaux d’Europe constituent un témoignage exceptionnel sur le phénomène thermal européen, qui trouve ses racines dans l’Antiquité, mais qui a connu son apogée entre 1700 environ et les années 1930», souligne le projet de Déclaration de valeur universelle, adopté samedi, lors d’une session retransmise en direct.

Le Comité du patrimoine mondial est réuni en ligne jusqu’au 31 juillet sous la présidence depuis Fuzhou (Chine) de Tian Xuejun, vice-ministre chinois de l’Éducation et président de la Commission nationale chinoise pour l’Unesco pour sa session annuelle.

«Notre passé a été reconnu»

Le premier objectif de l’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO est de protéger le patrimoine thermal via un «label de qualité» reconnu internationalement. Mais, c’est également une opportunité pour mettre sur pied un «projet de ville» autour du patrimoine, assurer un développement aux retombées positives pour le tourisme, l’emploi, le cadre de vie ou encore de renforcer la fierté du Spadois pour sa ville: «C’est une reconnaissance du travail de préservation et de valorisation du patrimoine que la ville entreprend, ajoute la bourgmestre. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont porté ce projet tout du long. Désormais, une nouvelle aventure va débuter avec un plan de 62 actions».

Anne Pirard, coordinatrice pour cette candidature, se tourne également vers l’avenir: «Notre passé a été reconnu et désormais ce chapitre se clôt pour débuter autre chose». À noter que l’Agence wallonne du Patrimoine (AWaP) a apporté son soutien à Spa pour cette candidature.

L’inscription sur la Liste du patrimoine mondial apportera aux «Grandes villes d’eaux d’Europe» non seulement la reconnaissance de leur valeur universelle exceptionnelle, mais aussi une meilleure protection et une coopération renforcée dans les domaines de la conservation du patrimoine, de la balnéothérapie (soins par les eaux) et la santé, de la culture et du tourisme.

La maïeure spadoise conclut en annonçant un déplacement au mois de septembre prochain du côté de Vichy, une des 11 cités thermales reprises dans la liste reconnue par l’UNESCO, afin de signer un pacte d’amitié.

De Bue: «Une reconnaissance majeure pour notre patrimoine»

Même si elle ne pouvait pas être présente pour l’annonce, la ministre du Tourisme et du Patrimoine a tenu à laisser un message.

«Félicitations à la ville de Spa et aux personnes ayant œuvré pour ce projet. Nous nous réjouissons de la décision du comité de l’UNESCO avec un nouveau site du patrimoine mondial de l’humanité désormais en Wallonie. Quelle reconnaissance majeure pour notre patrimoine», s’est réjouit la ministre.

La ministre a notamment mis en avant le passé et le présent de Spa témoignant de la richesse de la tradition thermale européenne: «Les sources, les thermes, le casino, les promenades et son cadre exceptionnel sont autant d’attributs qui font de Spa, une ville touristique à part entière. Depuis 5 siècles, elle brasse les touristes de tous horizons venus d’abord pour le thermalisme de soins avant celui de loisirs».

Cette décision renforcera certainement l’attractivité de la ville ainsi que le tourisme et Valérie De Bue, qui a eu une pensée pour les victimes des inondations, a salué les porteurs de ce projet «ambitieux»: «Il faut regarder en arrière pour se rendre compte du travail de longue haleine fourni par l’AWaP et la ville de Spa qui a posé le choix de s’engager dans la préservation et la valorisation de son patrimoine».


Nos dernières videos