LEUZE-EN-HAINAUT

PHOTOS | La tradition des loques de la chapelle du Bergeant boostée par le Covid

PHOTOS | La tradition des loques de la chapelle du Bergeant boostée par le Covid

Au fil des derniers mois, de plus en plus de pièces de vêtements sont nouées sur la grille de la chapelle du Bergeant… ÉdA

Certes, la tradition qui consiste à nouer une pièce de vêtement d’une personne malade autour d’une branche d’arbre ou sur la grille d’une chapelle ne s’est jamais totalement perdue, mais elle semble désormais connaître un véritable renouveau depuis le début de la pandémie. On a en tout cas pu le constater dans la campagne leuzoise…

Héritière d’une tradition païenne comme la plupart des pratiques religieuses d’ailleurs, celle-ci consiste à nouer une pièce de vêtement autour de la grille d’une chapelle, ou d’une branche de l’arbre – généralement un tilleul ou un chêne – jouxtant cette dernière, afin d’implorer – auprès d’un saint, de la vierge, voire du Christ – la guérison de la personne ayant porté le vêtement en question.

PHOTOS | La tradition des loques de la chapelle du Bergeant boostée par le Covid
La chapelle est située au tournant d’un chemin dans le prolongement de la rue du Bergeant. ÉdA

Cette tradition semble connaître un véritable regain d’intérêt depuis le début de la pandémie. On peut le constater sur le site de la chapelle du Bergeant, à Leuze, où Notre-Dame est manifestement de plus en plus sollicitée pour ce type de demande. Ce sont ici des pièces de vêtements d’enfants que laissent généralement les fidèles, Notre-Dame étant implorée plus spécifiquement pour la guérison de bébés ou de jeunes enfants souffrant de convulsion et/ou de fièvre.

Fin 18e ou 19e siècle? On s’y perd un peu…

Selon certaines sources, la chapelle aurait été érigée à la fin du 18e siècle et selon d’autres, dont l’Agence Wallonne du patrimoine, il faudrait plutôt la dater du 19e. Une chose est certaine, sa restauration, en 1942, est dédiée à la mémoire de M. Paul Descamps-Fontaine comme l’atteste une inscription reprise en lettres d’or sur la pierre placée sur la façade de la chapelle. Cette personne aurait fait bâtir la chapelle pour remercier Notre-Dame d’avoir permis à son fils de rentrer vivant d’une campagne napoléonienne.

PHOTOS | La tradition des loques de la chapelle du Bergeant boostée par le Covid
La plaque se trouvant sur la façade de la chapelle atteste que celle-ci a été restaurée en 1943 en mémoire de M. Descamps. ÉdA

Sachant que les historiens se disputent la date du lancement officiel des campagnes de Napoléon – certains estimant qu’il faut faire correspondre le début de ces dernières avec le coup d’état du 18 Brumaire de l’an VIII de la révolution française, soit le 9 novembre 1799 et d’autres considérant que la déclaration de guerre du Royaume-Uni à la France en 1803 marque le début de ces guerres – on comprend pourquoi il règne certain flou sur la date précise de l’érection de la chapelle du Bergeant. Napoléon ayant bataillé à cheval, si l’on peut dire, sur deux siècles successifs: le 18e et le 19e.

Ce dont on est certain, c’est que la chapelle nouvellement restaurée avait été bénie par le doyen Dumont peu avant que celui-ci soit déporté en Allemagne. Une détention dont le prêtre ne revint jamais, qui lui avait été infligée parce qu’il s’était opposé à la livraison des cloches de l’église de Leuze à l’ennemi.

PHOTOS | La tradition des loques de la chapelle du Bergeant boostée par le Covid
C’est Notre-Dame qui est ici implorée pour des guérisons d’enfants fiévreux ou souffrant de convulsions… ÉdA

Nous l’avons écrit en commençant cet article, de nombreuses traditions religieuses reposent sur d’anciennes pratiques païennes. C’était aussi le cas sur le site de la chapelle du Bergeant où se dressait (et se dresse toujours d’ailleurs) un tilleul qui fut en réalité le premier réceptacle des offrandes faites par des citoyens souhaitant implorer les dieux d’antan pour la guérison d’un enfant. Une pratique qui ne rencontrait guère les faveurs de l’église mais qui s’est, malgré tout, perpétuée au fil des siècles, jusqu’à aujourd’hui.

PHOTOS | La tradition des loques de la chapelle du Bergeant boostée par le Covid
La chapelle a été érigée à l’ombre d’un tilleul qui était jadis le réceptacle des offrandes de citoyens sollicitant les dieux païens pour des guérisons également. ÉdA

Pour se convaincre à quel point elle est encore vivace, il suffit de voir combien le nombre d e «loques» nouées à la grille de la chapelle ne cesse d’augmenter…


Nos dernières videos