CORONAVIRUS

VIDÉO | Covid: ce qu’il faut retenir de la dernière conférence de presse du Centre de crise

Le Centre de crise a fait le point sur l’évolution de la pandémie de coronavirus en Belgique à l’occasion d’une dernière conférence de presse. Au menu: les chiffres, du changement pour la validité des tests négatifs et des encouragements à se faire vacciner.

«Ceci est notre dernière conférence de presse.»

Ce vendredi, le Centre de crise a fait une dernière fois le point sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique. Une nouvelle qui accompagnait un certain optimisme. «Les perspectives de l’épidémie sont fondamentalement bonnes», a affirmé Yves Van Laethem.

Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19 a ensuite mis l’accent sur l’importance du rôle du vaccin. «Il a déjà été et va rester notre moyen de sortir de cette pandémie. Car une chose est sûre: le virus ne disparaîtra pas et nous allons vivre avec lui.»

 

 

 

1.Le nombre de contaminations augmente, mais plus lentement

 

Cette dernière conférence de presse intervient alors que l’augmentation des nouveaux cas commence à diminuer. Entre le 13 et le 19 juillet, 1.407 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour. Soit une hausse de 19% par rapport à la semaine précédente. «Cette hausse était située entre 70 et 80% il y a quelques jours encore. Espérons donc que cela implique la fin proche de la flambée des nouveaux cas», a commenté le virologue, qui précise qu’un tiers des nouvelles infections concernent les jeunes âgés entre 20 et 30 ans.

«Nous n’avons pas l’explosion que certains pays européens connaissent, comme aux Pays-Bas et certaines régions de France», a-t-il pointé, même si Bruxelles est passée ce jeudi au rouge sur la carte de l’ECDC.

 

 

En termes d’hospitalisations, il y a eu en moyenne 26,6 admissions à l’hôpital par jour entre le 16 et le 22 juillet. Ce qui représente une hausse de 31% par rapport à la période de référence précédente. Une augmentation qui n’inquiète pas Yves Van Laethem, le nombre d’admissions étant «particulièrement bas» lors de la période de référence précédente, avec une moyenne de 20 par jour.

Des profils différents à l’hôpital

Le profil des patients hospitalisés a changé. Plus de deux tiers ont moins de 60 ans et leur âge moyen se situe en dessous de 50 ans. «Cela ne signifie pas que le virus est devenu tout d’un coup plus agressif vis-à-vis des jeunes, cela veut dire qu’il n’y a pratiquement plus d’hospitalisations de personnes âgées, presque toutes vaccinées», a noté l’infectiologue.

Au total, 287 personnes sont encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 83 patients traités en soins intensifs.

Et le nombre de décès dans tout cela? Entre le 13 et le 19 juillet, 0,9 personnes sont décédées par jour en moyenne. «On compte huit jours sans un seul décès Covid pendant le mois de juillet», s’est réjoui Yves Van Laethem.

 

2.La validité des tests revue

 

Alors que le festival Pukkelpop, prévu mi-août, est finalement annulé, Yves Van Laethem a insisté sur la nécessité de tenir à l’œil les événements de masse.

Lors du dernier Codeco, le premier ministre Alexander De Croo a confirmé la mise en place, à partir du 13 août, du «Covid safe ticket», un pass pour les participants d’événements extérieurs de plus de 1500 personnes. Les personnes vaccinées totalement depuis deux semaines, qui présentent un test négatif ou qui ont un certificat de rétablissement pourront assister à ces événements sans port de masque ou gestes barrières.

Mais ce n’est pas tout! Le porte-parole interfédéral a pointé un changement concernant la période de validité des tests négatifs. «À partir du 2 août, un test PCR ne sera plus valable pendant 3 jours, mais durant 2 jours. Un test antigénique ne sera plus valable pendant 2 jours, mais pendant un jour.»

 

 

 

3.Derniers encouragements à la vaccination

 

 

 

Avant de conclure, Yves Van Laethem a de nouveau encouragé les incertains à se faire vacciner. «Le vaccin va continuer à nous protéger contre les formes les plus graves de la maladie, celles qui vont vous affecter, mais celles qui vont affecter aussi nos systèmes de santé et la structure socio-économique de notre pays», a -t-il affirmé. «Alors si vous hésitez encore, parlez-en autour de vous. Avec votre pharmacien, votre médecin. Et faites-vous vacciner dès que possible.»

 



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos