article abonné offert

HAMOIR

«Si Hamoir doit payer les suites des inondations, la Commune sera en faillite»

«Si Hamoir doit payer les suites des inondations, la Commune sera en faillite»

Hamoir se demande qui va payer les réparations. Heymans

Si Hamoir doit payer les conséquences des inondations, elle pourra mettre la clé sous la porte. Le 1er échevin tire la sonnette d’alarme.

Il a déjà fait ses comptes et il le sait pertinemment bien. Si la Commune de Hamoir doit payer les conséquences des inondations, si elle doit puiser dans son budget pour la multitude de réparations, elle court à la faillite. Clairement, sans compromis. Et celui qui le dit en connaît un bout sur les deniers communaux hamoiriens: Michel Legros est l’échevin des Finances. Les chiffres, il maîtrise. Et il sait que chaque année, la Commune doit puiser dans son bas de laine pour arriver à joindre les deux bouts. «On n’a pas d’industrie, on n’a pas de vente de bois. On manque de recettes, à Hamoir.» La Commune n’est plus en mesure d’équilibrer ses dépenses. Et ça, c’était déjà avant les inondations. Année après année, elle puise dans ses réserves financières… qui seront bien peu face aux coûts de tous ces travaux que la Commune va devoir lancer dans sa gestion de l’après-inondations. «Ici, les premières factures vont arriver, explique le 1er échevin. On en a déjà reçu une de 150 000€ pour l’évacuation et le traitement des déchets. Si on doit assumer cette crise, on va mettre la Commune à genoux…»

Et c’est bien un cri d’alerte que lance là le 1er échevin Michel Legros. Il y a trois jours, il n’a pas hésité à en faire part aux services du gouverneur de la Province de Liège. Demandant qui allait prendre en charge toutes les dépenses liées à la gestion des inondations mais aussi à la reconstruction de toutes les infrastructures et voiries dévastées par les flots. «On m’a dit qu’on ne savait pas répondre à ma question, que Hamoir était la première Commune à la poser. Oui, il fallait et il faut continuer à aider les citoyens vite et bien, mais là j’ai quand même une vraie inquiétude. Mais à un moment, il faudra passer à la caisse. Et si c’est la Commune qui paie, ce sera la faillite assurée…»

 

Bâtiments communaux, voiries: le coût sera énorme

Là, la Commune de Hamoir s’est surtout concentrée sur ses citoyens, en les aidant au mieux qu’elle pouvait. Elle a à peine eu le temps de se pencher sur ses propres bâtiments qui n’ont pas été épargnés par les inondations. «On n’a pas eu de sinistre comme à Pepinster, c’est clair, note le 1er échevin, mais nos infrastructures publiques ont souffert. » Et il faudra réparer. Ce qui coûtera un os. Un fameux…

Le hall omnisports?

Il a pris l’eau, «on a nettoyé.» Mais la chaudière, les sanitaires ainsi que le revêtement principal du hall étaient sous eau. «Ça va nous coûter très cher…»

Le club de foot?

Les sanitaires, les vestiaires, la buvette ont été inondés. «Bon, le terrain est en herbe… On va le laisser reposer puis ça repoussera. Il n’y a pas de souci.» Mais tous les alentours – les barrières et les clôtures -, «tout est mort».

Le club de tennis?

Trois de ses terrains avaient été refaits entièrement il y a quatre ans. Les deux derniers, il y a quelques semaines pour la saison des Interclubs. «C’est un investissement qu’on n’a même pas encore clôturé; on avait juste fait une réception provisoire des travaux.»

Le local des bains?

L’aire de motorhome est retournée, «il faudra tout refaire». Et le local adjacent où la Commune entrepose du matériel a pris l’eau.

Le CPAS?

Les caves ont pris aussi l’eau, les archives ont été noyées. Tout comme l’ancienne salle La Royale qui accueille le local technique de l’office du tourisme et du service des travaux. Tout le matériel a été sous eau.

Les routes.

Hamoir ne compte pas les voiries qu’il faudra refaire…

 


Nos dernières videos