INTEMPÉRIES

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»

Au milieu du château du Château des thermes de Chaudfontaine, dévasté par les inondations de la semaine dernière, le patron des lieux ne décolère pas: contre les gestionnaires des barrages et surtout contre l’armée, grande absente sur le terrain.

«Je suis furieux, furieux sur l’armée. Il y a 25 000 soldats dans nos casernes, avec génie civil, cuisines, protection sécurité et tout le bazar et on ne les voit nulle part».

Gilbert Lodomez est administrateur délégué du Château des thermes de Chaudfontaine. Au milieu de son entreprise complètement dévastée, ravagée, il pousse un coup de gueule.

L’interview de Gilbert Lodomez dans notre vidéo en tête de cet article.

L’armée, les barrages, les politiques

Et dans son coup de gueule, tout le monde en prend pour son grade. En ligne de mire: les gestionnaires des barrages, les politiques et l’armée. «C’est une erreur humaine, quelqu’un s’est planté dans la gestion des barrages, il va falloir que les responsables politiques sanctionnent ces gens qui n’ont pas fait leur job. Je suis furieux. Et furieux aussi contre l’armée.»

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»
Gilbert Lodomez et son cuistot ont chaussé leurs bottes et enfilé un vieux jean. Le temps est au nettoyage. Et au coup de gueule. © Jacques Duchateau

Pour lui, on ne voit pas assez les militaires dans les rues sinistrées de la région liégeoise. Les riverains et les secours civils sont abandonnés à leur triste sort. «L’armée pourrait donner à manger aux gens avec leurs cuisines mobiles, ils pourraient sécuriser les lieux contre les voleurs. Rien. On ne les voit nulle part.»

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»
Dans un couloir, une serviette de bain est accrochée à un portemanteau. On y voit clairement la trace de la hauteur de l’eau. © Jacques Duchateau

Et pourtant, ses premiers mots pour nous montrer les lieux: «Pour l’instant c’est la guerre». Et de fait, comme nombre de villages tout le long de la Vesdre, les thermes de Chaudfontaine ne ressemblent plus à rien. De la boue partout, des meubles balayés. «Ici, j’avais 200 chaises, il m’en reste une quinzaine. Les autres, disparues!»

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»
Les camions se succèdent pour emporter tout ce qui est détruit. © Jacques Duchateau

Le piano à queue a traversé la grande salle du restaurant, fracassant les portes sur son passage. Les piscines sont pleines de cette eau sale et puante.

Dans un couloir, une serviette de bain est accrochée à un portemanteau. On y voit clairement la trace de la hauteur de l’eau. Impressionnant!

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»
Les piscines sont pleines de cette eau sale et puante. © Jacques Duchateau

L’heure est au nettoyage

Tout le personnel est à pied d’œuvre pour nettoyer au mieux les lieux, sauver ce qui peut l’être (avant que des voleurs ne s’en chargent). Mais Gilbert Lodomez pense déjà au futur «On va reconstruire plus beau. Nos 4 étoiles? On en aura plus. Et avant la fin de l’année, on rouvre.»

C’est tout ce que l’on peut lui souhaiter…

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»
Tout le personnel est à pied d’œuvre pour nettoyer au mieux les lieux © Jacques Duchateau

VIDÉO | Le coup de gueule du patron des thermes de Chaudfontaine: «Où est l’armée?»
Gilbert Lodomez espère rouvrir pour la fin de l’année. © Jacques Duchateau


Nos dernières videos