JEUX OLYMPIQUES

Beaucoup d’absents à Tokyo, Djokovic sur la route du «Golden Slam» aux JO 2021

Beaucoup d’absents à Tokyo, Djokovic sur la route du «Golden Slam» aux JO 2021

le N.1 mondial tentera de conquérir la médaille d’or, le seul titre qui lui manque encore. AFP

Après ses trois sacres en Grand Chelem cette année, Novak Djokovic veut un peu plus marquer l’histoire du tennis aux Jeux Olympiques 2021 à Tokyo

Dans des JO désertés par beaucoup des meilleurs mondiaux, dont ses grands rivaux Roger Federer et Rafael Nadal, le N.1 mondial tentera de conquérir la médaille d’or, le seul titre qui lui manque encore.

Andy Murray est lui aussi en quête d’exploit: déjà couronné à Londres et Rio, il aura pour objectif de réaliser le triplé. Malgré un classement loin de son meilleur niveau (102e) l’Ecossais, vainqueur de trois Grands Chelems mais poursuivi depuis plusieurs années par les blessures, a pu bénéficier d’une place dans la sélection britannique.

Chez les dames, en l’absence de Serena Williams, la Japonaise Naomi Osaka, de retour après deux mois d’absence pour cause de souffrance mentale, fera figure de principale attraction alors qu’elle concourt dans son pays.

Forfaits en série

Les forfaits se sont multipliés ces dernières semaines pour le tournoi olympique.

Parmi les grands absents, 5 membres du top 10 chez les messieurs (27 en dans le top 50), dont le N.3 mondial, l’Espagnol Rafael Nadal, qui, épuisé, a choisi de zapper le rendez-vous olympique. Le N.6, l’Autrichien Dominic Thiem a fait de même, tout comme l’Italien Matteo Berrettini (8e), récent finaliste de Wimbledon ou le Canadien Denis Shapovalov (10e).

Roger Federer, à nouveau blessé à un genou, a lui aussi dû renoncer, à dix jours du début des Jeux. À près de 40 ans -- il les fêtera le 8 août - le Suisse, N.9 mondial, voit ainsi s’envoler sa dernière chance de remporter un titre olympique en simple.

Chez les dames, Serena Williams, déjà médaille d’or à Londres, ne sera pas non plus présente à Tokyo. À 39 ans, l’Américaine a fait une croix sur ce qui était sans doute ses derniers JO, préfèrant se concentrer sur sa quête d’un 24e titre en Grand Chelem pour égaler le record de Margaret Court.

Le tableau féminin sera aussi privé de la Roumaine Simona Halep (10e), toujours pas remise de sa blessure au mollet, de la Canadienne Bianca Andreescu (5e), effrayée par les conditions sanitaires, et de la championne olympique en titre, la Portoricaine Monica Puig, blessée, ainsi que de sa dauphine, l’Allemande Angelique Kerber.

Djokovic favori

Dans ce contexte, un seul grand favori chez les hommes: Djokovic.

Sorti en larmes au 1er tour à Rio-2016 par l’Argentin Juan Martin del Potro, qui l’avait déjà éliminé en 2012 le privant de la médaille de bronze, le Serbe a une revanche à prendre.

Vainqueur des quatre Grands Chelems (20 au total), de la Coupe Davis, du Masters, seul le titre olympique lui échappe encore.

Il arrivera à Tokyo en pleine confiance après ses victoires à l’Open d’Australie, à Roland-Garros et à Wimbledon. Et il n’a d’autre choix que de s’imposer à Tokyo - puis à l’US Open - s’il veut réaliser le «Golden Slam», c’est-à-dire remporter tous les tournois du Grand Chelem et les JO la même année. Un exploit seulement réalisé par l’Allemande Steffi Graf en 1988.

Parmi les autres joueurs à surveiller, il y aura aussi le Japonais Kei Nishikori, ancien N.4 mondial, en bronze à Rio et qui rêve d’être couronné dans son pays, ou encore les jeunes loups du circuit, Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas, Andrey Rublev, et Alexander Zverev.

Osaka chez elle

Chez les femmes, la Japonaise Naomi Osaka aura à coeur de briller chez elle. Mais elle devra faire face à la pression. Pas simple pour celle qui a récemment annoncé souffrir d’épisodes dépressifs et d’anxieté, qui l’ont notamment contrainte à quitter Roland-Garros et à déclarer forfait à Wimbledon.

Face à elle, elle trouvera la Polonaise Iga Swiatek, déjà lauréate des Jeux olympiques de la jeunesse en double en 2018, vainqueure de Roland-Garros 2020, et qui à 20 ans voudra confirmer qu’elle joue désormais dans la cour des grandes.

La N.1 mondiale australienne Ashleigh Barty, tout juste sacrée à Wimbledon, tout comme l’Espagnole Garbine Muguruza sont également de sérieuses prétendantes au titre.