JO 2021

Les Red Lions ont pris leur marque à Tokyo, aucune inquiétude au sujet des trois blessés

Les Red Lions ont pris leur marque à Tokyo, aucune inquiétude au sujet des trois blessés

BELGA

Vainqueurs de l’Argentine (1-0) au terme d’un petit match de deux fois quinze minutes, les Red Lions ont avant tout découvert mardi à Tokyo les conditions de jeu qui seront les leurs dans les deux prochaines semaines, si tout va bien.

«Cette rencontre n’a pas d’importance en soit, ce n’était qu’un demi-match», a souligné leur coach Shane McLeod après coup. «Elle sert à prendre ses repères et à retrouver le rythme. Elle donne aussi l’occasion aux joueurs de tester des choses qu’ils pensent qui vont marcher. Cela fait partie du processus qui doit nous permettre de monter en puissance et être au meilleur de notre forme à partir des quarts de finale pour lesquels nous comptons bien nous qualifier.»

La semaine d’acclimatation passée à Hiroshima été dans ce sens une réussite. Les Red Lions qui ont posé le pied au Japon le 13 juillet ont intégré dimanche le Village olympique.

Trois joueurs n’ont pas joué ce galop d’entraînement: Tom Boon, Cédric Charlier et Antoine Kina. «Rien d’inquiétant à leur propos pour le moment. Nous ne voulons courir aucun risque», a rassuré McLeod. «Le nouveau règlement nous permet désormais d’évoluer à 18 et non plus 16. Nous allons en profiter et jouer à dix-huit lors des trois premiers matches», a encore précisé McLeod.

Cédric Charlier souffre des ischios et Antoine Kina d’un peu de fatigue musculaire. Quant à Tom Boon, il se remet d’une déchirure au mollet. «Elle est apparue, il y a trois semaines lors d’un échauffement», a expliqué le buteur de la sélection. «Au début, je ne pensais pas que ce serait aussi sérieux. Je n’ai pu reprendre la course qu’hier. Aujourd’hui, en courant mêmes des accélérations, tout à tenu. Donc je pense que je vais pouvoir rejouer demain. Je vais sans doute manquer le match contre les Pays-Bas, j’espère être de retour pour le deuxième ou le troisième. Le règlement nous permet de ne pas devoir choisir et c’est une bonne chose. Également pour la cohésion du groupe.»

Thomas Briels, au départ réserve de la sélection, a donc de bonnes chances de jouer à Tokyo. «C’est toujours un double sentiment. Mais après la déception (de ne pas figurer parmi les seize, NDLR), voilà je dois rester à 100% sur le plan physique, mentalement ce n’est pas toujours facile, et rester positif pour aider l’équipe, sinon cela ne sert à rien», a avoué l’ancien capitaine de la sélection nationale.