VERVIERS

PHOTOS | À près de 80 ans, ce sont des miraculés

Près de 10 h dans l’eau, debout sur la cuisinière à 40 cm du plafond. À 78 et 76 ans, ces deux Verviétois sont des miraculés!

José et Huguette Thelen, respectivement 78 et 76 ans, vivent depuis des décennies à l’entrée du chemin de Nasproué, un axe relativement confidentiel qui relie le quartier des Surdents (Verviers) aux hauteurs d’Andrimont (Dison). Ils ont fait d’une ancienne usine leur résidence, face à la Vesdre. Les inondations, les riverains ont appris à vivre avec… Mais jamais l’eau n’avait atteint le pas de la porte. «On a déjà vu l’eau sur le parking, voire même flirtant avec le petit pont. Mais ainsi, jamais!» assure Olivier Thelen, fils du couple et voisin direct.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, José et Huguette ont vécu l’enfer… Leur histoire est incroyable.

«Pendant la nuit, ma maman m’a téléphoné pour me dire que l’eau commençait à entrer dans la maison. Il devait être près de 1 h 30, raconte Olivier, qui prend la parole pour ses parents qui, désormais, «accusent le coup». «La maison de mes parents est un peu plus haute que les autres maisons. Elle n’a jamais été inondée. Mais c’est, aussi, une maison sur un seul niveau. Elle n’a pas d’étage…»

Perpétuellement préservé des humeurs de la Vesdre, le couple a pris la décision de rester à domicile. Jusqu’à une certaine limite… «Ils se sont réveillés parce que l’eau a soulevé leur lit. J’habite tout près de chez eux, à 50 m. J’ai essayé de me rendre chez eux, mais j’étais emporté par l’eau. Face à cette force, je n’ai pas su y aller. J’ai alors contacté les pompiers, qui eux non plus n’ont pas pu intervenir. Ici, c’était un lac partout, jusqu’au garage automobile plus loin… Tout était inondé. J’ai demandé à mes parents de se mettre sur une table, mais elle a été emportée par l’eau.»

Les parents âgés de presque 80 ans ont pris l’initiative de grimper sur leur vieille cuisinière en fonte, misant sur son accroche dans le sol.

«On m’a annoncé leur décès…»

Olivier, depuis sa chambre à coucher, voit l’eau monter jusqu’au bord supérieur des fenêtres du rez-de-chaussée, soit à deux mètres du sol. «Je voyais tout et je n’avais plus de contact avec eux. On s’est dit qu’on n’aurait que peu de chance de les retrouver. Jeudi matin, j’ai reçu un appel me disant qu’on les avait retrouvés morts… deux corps qui flottaient. Je suis allé voir à Verviers et j’ai demandé à la commune mais on ne m’a rien dit. Au final, heureusement, ce n’était pas eux.»

«Une nuit debout, dans l’eau»

Sur le coup de 12 h 30, Olivier Thelen retrouve les Surdents. L’eau baisse tant en niveau qu’en intensité. «Je suis allé voir chez eux, j’avais encore de l’eau jusqu’à la taille. Après une dizaine de minutes, j’ai réussi à ouvrir une porte et à pousser les meubles. Ils étaient sur le canapé, qui flottait et qui était bloqué par des détritus. Ils sont restés près de 10 h debout sur la cuisinière, avec de l’eau jusqu’aux épaules, avant de pouvoir en descendre. Entre la ligne d’eau et le plafond, il ne restait que 30 ou 40 centimètres pour respirer. Et ils ont tenu comme ça, toute la nuit! Or, papa est cardiaque (il a un défibrillateur) et maman a aussi des soucis de santé. Des pompiers sont passés dans la rue et ils nous ont aidés à les sortir avec des civières. La commune de Dison (chapeau à elle) est venue avec des couvertures et mes parents ont pu se rendre à l’hôpital… où on a pris leurs constantes sans être vu par un médecin! Ils étaient dehors au bout d’une heure, alors que ce lundi ils ont des séquelles qui ressortent. Ils sont allés chez le docteur. Une amie les héberge à Polleur.»

La Vierge implorant la Vesdre

Instinct de survie, chance, miracle… chacun interprétera ce récit comme il le souhaite. Mais les riverains, eux, auront relevé un autre fait presque inexplicable. «En face du pont, il y a la vierge des Surdents. Elle était sur son petit promontoire, mais elle a été emportée par l’eau. On l’a retrouvée derrière une grosse citerne, intacte et dressée face à la Vesdre…» Comme si elle l’avait suppliée de préserver José et Huguette, les miraculés des Surdents.

 

Ils ont jeté le chien dans le frigo pour le sauver

José et Huguette Thelen n’ont eu que de bons réflexes, et c’est grâce à cela qu’ils peuvent raconter leur histoire. Ces mêmes réflexes – cet instinct de survie – ont permis de sauver leur compagnon à quatre pattes.

«Au début, debout sur la cuisinière, ils ont pris le chien dans leurs bras… Mais, rapidement, ils ont eu besoin de leurs bras pour se tenir», raconte leur fils Olivier. Les objets se percutaient dans la maison. Dans le noir de la cuisine, une masse plus claire flotte. Ce sera la porte de survie pour le petit chien. «Lorsqu’ils ont vu que le frigo flottait près d’eux, ils ont eu une idée. Ils ont réussi à ouvrir la porte du frigo et ils ont mis le chien dedans. Comme le frigo flottait, c’est ce qui a sauvé la vie du chien.»

Une histoire incroyable, qui réchauffe le cœur dans cette actualité dramatique.

 


Nos dernières videos