WAVRE

PHOTOS| Intempéries: Le club de tennis de la Raquette noyé: «En 5 minutes, c’était fini»

Le club de tennis de la Raquette, situé non loin de la Dyle, s’est retrouvé inondé en l’espace de quelques minutes jeudi soir. La présidente Éliane Monfils ne peut que constater les dégâts.

Tant le club house que les trois terrains intérieurs, les six terrains extérieurs et les deux terrains de padel ont été engloutis par la Dyle sortie de son lit jeudi en fin de journée.

Depuis la mer du Nord où elle est en vacances actuellement, Éliane Monfils, la présidente du club wavrien suit l’évolution de la situation depuis jeudi grâce aux webcams que compte le club. «L’eau est montée en 5 minutes. À partir du moment où la Dyle a débordé, c’était fini… explique-t-elle amèrement. Nous avons déjà connu pareille catastrophe. Il y a dix ans, quand on a fait les travaux de transformation du club house, la situation était identique sauf qu’à ce moment-là, le club était en chantier donc c’était beaucoup moins grave.»

Il va maintenant falloir attendre la décrue pour constater l’ampleur des dégâts causés par la montée des eaux. «Nous ne savons pas accéder au club ce vendredi matin. Jeudi, nous avons anticipé et essayé de sauver ce qu’on pouvait, explique Thierry Matagne, gérant du club. Mais dans la cuisine, nous n’avons rien su faire avec les surgélateurs, les frigos… nous avons coupé le courant mais on ne peut qu’attendre la décrue.»

Les membres solidaires

Sur la terrasse et dans le restaurant, à l’intérieur, l’eau est montée jusqu’à 90 cm. «Si la Dyle a amené de la boue, il y aura certainement de gros dégâts mais nous ferons intervenir les assurances, poursuit Éliane Monfils. Nous nous en relèverons, comme en 2010, d’autant que nous avons reçu beaucoup de mails de membres qui se proposent de venir donner un coup de main.»

Ils seront certainement en nombre ce week-end pour remettre le club en état. «Il faudra voir si nous savons remettre les terrains en état nous-mêmes ou si nous devrons faire intervenir une société. Quoi qu’il en soit, nous allons essayer de sauver notre mois d’août», conclut Thierry Matagne.


Nos dernières videos