INTEMPÉRIES

Terribles inondations en Belgique: le point sur la situation ce vendredi 16 juillet

Terribles inondations en Belgique: le point sur la situation ce vendredi 16 juillet

Les terribles inondations de cette semaine laissent un paysage chaotique derrière elles. BELGA

Après plusieurs jours d’intempéries, la Belgique se réveille groggy ce vendredi. Retrouvez tous nos articles et toutes nos infos sur ces inondations exceptionnelles qui secouent notre pays.

 

 

Au moins 27 décès à la suite des inondations en Belgique

 

Des morts, des dégâts incommensurables, des pleurs, de la détresse: la catastrophe qui a touché la Wallonie est sans précédent et le bilan final sera lourd.

Ce vendredi, le Premier ministre Alexander De Croo a d’ailleurs décrété une journée de deuil national le mardi 20 juillet.

Ce jeudi, un quinquagénaire s’est noyé dans sa cave à Aywaille et un décès a été rapporté du côté d’Eupen.

Dans la soirée de jeudi, un quinquagénaire est décédé à Philippeville, alors qu’il tentait de retirer des branches qui obstruaient une canalisation.

Sur la commune de Chaudfontaine, deux corps ont été retrouvés suite aux inondations qui ont ravagé la région.

Ce vendredi matin, trois corps sans vie ont été retrouvés dans la commune de Trooz.

Selon nos confrères du Soir, la bourgmestre de Verviers Muriel Targnion a confirmé vendredi que le bilan faisait désormais état de 15 personnes décédées dans les communes de Verviers et Pepinster.

De son côté, le gouverneur de la province de Liège Hervé Jamar parlaient de 20 personnes décédées au total en province de Liège. «Seules 6 d’entre elles ont pu être identifiées pour l’instant».

Mais ce vendredi en fin de journée, on apprenait qu’une dame âgée a été retrouvée mortedans son habitation à Angleur, et dans la soirée, le bourgmestre de Chaudfontaine annonçait la mort de trois autres personnesdans sa commune, portant le nombre de morts en province de Liège, à 21.

Quatre personnes sont également portées disparues, dont une jeune fille de 15 ans, qui serait tombée dans l’Ourthe, du côté de Marcourt (Rendeux). On est toujours sans nouvelle de l’adolescente.

Les trois autres sont introuvables depuis que le canot de sauvetage dans lequel elles se trouvaient, lors d’une opération de sauvetage menée à Pepinster, a chaviré.

 

Ce qu’il faut savoir en Belgique

 

 

Après ces 60 heures de fortes pluies qui ont provoqué des intempéries meurtrières, le plus dur est certainement derrière nous.

Au niveau des cours d’eau, la tendance est enfin à la baisse ou à stabilisation pour de multiples cours d’eau ayant atteint des seuils de crues inouïs en Wallonie.

De son côté, letrafic reste gravement perturbé en Wallonie. Des tronçons autoroutiers sont toujours fermés et la reprise du trafic ferroviaire sera progressive jusqu’au 30 août.

 

 

En plus d’être inondées, de nombreuses habitations se retrouvent sans électricité. Au total, ce sont plus de 40.000 personnes qui sont sans électricité au sud du pays. En province de Liège, il n’y aura pas de retour à la normale avant plusieurs jours.

Par ailleurs, si votre maison a été inondée, voici quelques conseils pour la nettoyer en plusieurs étapes.

Les intempéries ont aussi fortement perturbé le réseau d’eau potable. Si l’eau des communes de Huy et de Marchin est à nouveau potable, a annoncé vendredi soir la Compagnie intercommunale liégeoise des Eaux (Cile). La potabilité et l’approvisionnement de l’eau reste toutefois problématique dans de nombreuses localités, rappelle la Société wallonne des eaux.

 

 

Les opérations de sauvetage se poursuivent un peu partout en Wallonie. Un hélicoptère NH90 de la Défense a décollé vendredi matin de Bierset (Liège) pour secourir les personnes dans les zones inondées.

Faceà l’urgence de la situation, le gouvernement wallon a déjà annoncé jeudi une série d’aides pour faire face aux conséquences les plus directes des graves inondations, principalement le déblocage immédiat de 2,5 millions d’euros pour les communes.

 

 

Le gouvernement wallon a détaillé les mesures qui allaient être prises ce vendredi. Il a notamment décidé d’initier, de sa propre initiative, une procédure de reconnaissance de calamité publique. Dans ce cadre, le Centre régional de Crise a été chargé de demander à l’Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d’inondations sur l’ensemble du territoire wallon. Dès réception de ce rapport, le gouvernement prendra un arrêté de reconnaissance des inondations comme calamité publique.

+ LIRE | Les assureurs, vraiment prêts à gérer tous les dossiers?

La SNCB, pour sa part, a décidé de donner un accès libre, et donc gratuit, à plusieurs de ses gares jusqu’à la fin des perturbationsconsécutives aux intempéries et aux inondations qui ont touché une bonne partie de la Wallonie, indique-t-elle sur son site internet. Ce dernier renseigne également le plan de transport alternatif mis en place pour le week-end.

La Loterie nationale libère un million d’euros pour apporter une aide d’urgence. Ces fonds seront transférés à la Croix-Rouge de Belgique, qui dispose d’un bon aperçu des besoins les plus importants en termes d’abris d’urgence, de soins médicaux et autres préoccupations urgentes, a précisé M. Mahdi (CD&V), qui exerce la tutelle sur cette institution, dans un communiqué.

Province de Liège

 

 

Après plusieurs heures d’horreur, les Liégeois se sont réveillés en apprenant avec soulagement que le niveau de l’eau dans le centre-ville de la Cité ardente n’a pas augmenté durant la nuit et que le pic de crue avait été atteint plus vite que prévu. Du côté de Chênée, une des localités les plus touchées par les inondations, il commençait également à baisser.

Malheureusement, la région de Huy-Waremme a eu moins de chance ce vendredi matin. Alors que la Mehaigne était encore calme à 1h du matin, elle s’est réveillée cette nuit et a obligé les Wasseigeois à se lever… les pieds dans l’eau.

A Comblain-la-Tour, les 65 enfants et animateurs polonais qui séjournaient en camp à la Maison des Polonais ont été évacués ce vendredi matin par bateau par l’armée. Ils étaient retranchés depuis plus de deux jours.

La situation reste donc tendue en province de Liège, où un convoi de 103 pompiers et 26 bateaux autrichiens vont arriver en renfort pour secourir les sinistrés liégeois.

Cette nuit, la Meuse a débordé dans plusieurs rues de Huy, et la Ville annonce une eau impropre à la consommation jusqu’à dimanche. Huy, où les riverains ont fait preuve d’une belle solidarité hier et durant la nuit.

Face au risque d’inondation autour de la centrale nucléaire de Tihange, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire a tenu à rassurer ce vendredi matin: les intempéries ne mettent pas en danger la centrale de Tihange.

 

 

Le roi Philippe et la reine Mathilde sont venus montrer tout leur soutien auprès des sinistrés de Pepinster.

 

 

Alexander De Croo se rendra samedi dans les régions touchées par les intempéries.

À Angleur, des habitants ont dû être évacués de leur domicile ce vendredi matin par leur propre famille après les importantes inondations. « Puisque personne ne peut l’aider malgré nos appels aux services de secours, nous venons nous-mêmes la secourir par nos propres moyens. »

Jeudi en fin d’après-midi, une septuagénaire habitant la rue du Val-Notre Dame à Moha a été emportée par les flots de la Mehaigne, qui borde le fond de sa propriété et qui était en crue. Ce matin, les secours ont décidé d’abandonner les recherches, les chances de retrouver un corps en vie étant minces, voire inexistantes.

 

 

À Angleur, une personne âgée a été retrouvée mortedans son habitation ce vendredi. «Il ne faut pas exclure d’autres découvertes macabres lors des inspections des habitations», redoute d’ailleurs Willy Demeyer.

Vendredi vers 20h00, le bourgmestre de Chaudfontaine Daniel Bacquelaine indiquait que trois nouveaux corps avaient été retrouvés à Vaux-sous-Chèvremont et à Chaudfontaine-Source. Ce qui porte le bilan provisoire à cinq décès sur la commune, après la découverte de deux corps jeudi soir.

Les secours et les autorités communales restaient mobilisés vendredi soir pour continuer les opérations de déblayage et de nettoyage en province de Liège.

 

 

Province de Namur

Soulagement ce vendredi en province de Namur, où la situation se stabilise petit à petit. Tous les cours d’eau qui étaient en alerte sont en décrue vendredi midi.

Par exemple, la situation est moins catastrophique qu’attendue à Dinant, après la nuit de jeudi à vendredi. Au boulevard Sasserath, la Meuse est même descendue un petit peu.

Par contre, c’est beaucoup plus catastrophique dans les fonds de Leffe, où passe le ruisseau du même nom. Dans la partie de la rue Remy Himmer la plus touchée, certains habitants ont vu passer chez eux un torrent. Ce matin c’est l’heure des tristes constats.

Idem à Namur, où le niveau de la Meuse a augmenté dans la nuit, mais pas autant que redouté. Les dégâts sont limités.

A Gesves, le Samson s’est également calmé, et les habitants constatent les dégâts après la décrue.

Par contre, à Hanret, le château-ferme de Montigny a été assailli par les flots dès le petit matin. Les eaux sont venues à la fois du ruisseau, le Montigny, mais aussi des immenses cultures avoisinantes. Les propriétaires ont eu peu de temps pour mettre les chevaux mais aussi les voitures «ancêtres» à l’abri.

A Rochefort, la Lhomme s’est retirée ce vendredi mais elle a laissé sa carte de visite. Une maison a notamment été emportée par le courant. Heureusement, les habitants avaient évacué leur domicile.

En aval de Rochefort, Houyet n’a pas été plus épargnée que sa voisine. L’on ne compte plus les propriétés inondées. Durement touchée, la localité va devoir panser ses plaies. Les visages sont marqués. Heureusement que la solidarité joue.

 

 

Province de Luxembourg

Jeudi soir, on apprenait que plus de 800 personnes avaient dû être évacuées en province de Luxembourg.

Les pluies diluviennes ont notamment fortement impacté le nord de la province, avec des images impressionnantes à la clé, notamment dans la région de Marche-en-Famenne. Si la Wamme a repris son lit dans le courant de la soirée de jeudi, les Hargimontois ont constaté les dégâts ce vendredi matin.

Jeudi, un camion militaire s’était avancé dans l’eau pour évacuer les habitants d‘une maison voisine. Il avait basculé dans la rue inondée et s’est retrouvé sur le flanc. Ce vendredi midi, une dépanneuse l’a enfin tiré de sa mauvaise posture.

 

 

Au niveau du réseau de la SWDE et de la potabilité de l’eau, il n’y a malgré tout «aucun souci de potabilité en province de Luxembourg, sauf au village d’Hargimont».

La décrue s’amorce progressivement en province de Luxembourg mais la prudence reste de mise, a indiqué vendredi matin le gouverneur qui faisait le point sur la situation consécutive aux intempéries des jours précédents.

 

 

Province du Brabant wallon

Après de longues heures difficiles, les secouristes brabançons wallons ont encore été fortement mobilisés durant la nuit de jeudi à vendredi. Plusieurs ponts menacent d’ailleurs de s’effondrer en raison des intempéries, notamment à Mont-Saint-Guibert.

 

 

Du côté de Wavre, on est sous le choc. La Dyle a inondé tout le centre-ville. À 14 h 30, la situation semblait toutefois s’être stabilisée. Les intempéries se sont tues en matinée et la Dyle a entamé une très lente décrue. À Limal, la décrue se chiffrait, à 14 h, à une diminution de 50 cm. Le centre-ville est complètement ceinturé par les forces de l’ordre et interdit à la circulation des véhicules.

 

 

 

-

 

Le club de tennis de la Raquette, situé non loin de la Dyle, s’est d’ailleurs retrouvé inondé en l’espace de quelques minutes jeudi soir.

 

Autre lieu bien connu touché par les intempéries, le parc Walibi Belgium, ainsi qu’Aqualibi, est fermé jusqu’à nouvel ordre.

 

 

 

 

 

 

A Jodoigne, on a évité le pire grâce aux mesures prises ces derniers temps (grilles transversales, travaux de curage, bassins de retenue), qui ont pu contenir la montée des eaux. La Grande Gette, qui arrose Jodoigne, se trouve d’ailleurs en phase de décrue et la situation est sous contrôle.

 

A Court-Saint-Etienne, la décrue se confirme aussi, mais il faudra racler la boue.

 

Province de Hainaut

 

 

 

 

 

 

Selon les instances provinciales, la situation en Hainaut est «gérable» ce vendredi, même si les inondations ont engendré des dégâts, surtout au centre et au sud de la province.

 

 

À Marchienne-au-Pont, la crue de l’Eau d’Heure a nécessité l’évacuation préventive de trois pavillons de l’Hôpital Vincent Van Gogh durant la nuit de jeudi à vendredi et ce vendredi, signale à la mi-journée l’Intercommunale de santé publique de Pays de Charleroi (ISPPC). Au total, 58 patients ont été transférés au sein des autres hôpitaux du CHU de Charleroi.

 

Dans la région de Mons et du Centre, plusieurs villages ont été touchés par les inondations et les pompiers ont été mobilisés une bonne partie de la nuit de jeudi à vendredi. Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer et le bilan n’est que matériel.

 

Par ailleurs, un élan de solidarité s’est emparé de la région montoise pour venir en aide aux sinistrés des inondations.

 

La Ville de LaLouvière a aussi emboité le pas d’autres communes et se mobilisepour prêter main-forte aux sinistrés, victimes des inondations.

 

Membres du Jet Club O2R de Froidchapelle, trois jetskieurs ont pris leur machine pour partir au secours des victimes des inondations dans un camping d’Esneux. Ils y ont sauvé une quinzaine de personnes

 

Bruxelles

 

Les intempéries ont aussi touché la capitale. Les pompiers de Bruxelles sont intervenus, au cours de la journée de jeudi, à 193 reprises pour des caves et des garages inondés, et à 29 reprises pour des chaussées et des tunnels submergés. Ils ont aussi été appelés pour 10 arbres déracinés et pour 12 dégâts liés à des corniches endommagées et des plafonds effondrés.

 

Flandre

 

En Flandre, les provinces du Limbourg, d’Anvers et du Brabant flamand connaissent les situations les plus critiques, suite aux intempéries.

 

Aucune nouvelle précipitation n’est attendue dans les bassins du Démer, de la Meuse, de la Dyle et de la Nèthe, mais ceux-ci pourraient conserver leur niveau d’eau élevé à cause des précipitations prolongées des derniers jours. De nouvelles inondations ne sont donc pas à exclure.

 

Par ailleurs, une digue s’est rompue vendredi après-midi le long du canal Juliana, près de Meerssen, dans la province néerlandaise du Limbourg. C’est à quelques pas de la frontière belge.