ÉGHEZÉE

Inondations à Éghezée: À Hanret, le château-ferme de Montigny assailli par les flots

Les propriétaires ont eu peu de temps pour mettre les chevaux mais aussi les voitures «ancêtres» à l’abri.

Montigny, ce n’est plus un château, ce n’est plus une majestueuse ferme hesbignonne, c’est désormais… une île.

Au milieu d’un océan de champs, cette superbe ferme-château du 17e siècle a été littéralement encerclée par les eaux, dès le petit matin. Elles sont venues à la fois du ruisseau, le Montigny, mais aussi des immenses cultures qui font face à cette solide construction d’époque espagnole.

«On connaît bien la situation du terrain et on sait donc bien quand ça va démarrer», détaille Jean-François Pirson, le beau-fils des propriétaires et occupants des lieux. «Au petit matin, on a vu que le Montigny était à un niveau très élevé et une fois que l’eau passe au-dessus du petit pont tout va très vite.» Ce fut une véritable course contre-la-montre pour la famille Gautier et leurs proches. «Il y a pas mal de chevaux dans les bâtiments et dans les prairies voisines. On a donc rappelé leurs propriétaires et on s’est arrangé pour les mettre tous à l’abri», continue Jean-François Pirson. Marjorie Moens et Maëlle, sa petite fille, ont rapidement répondu à l’appel matinal. «J’ai prévenu mon boulot et je suis directement venue ici pour mettre Jango, mon cheval, et Wall-e, le poney de ma fille, en sécurité, sur pâtures un peu plus en hauteur.» Des chevaux, il y en avait aussi sous le capot des ancêtres et voitures de collection abritées dans certaines parties du château-ferme. «On a pu en ramener quelques-unes ici, au sec. Malheureusement, on n’a pas su les remonter toutes. La montée des eaux a été très rapide et à un moment, cela devient vraiment très dangereux.» Les époux Gautier, occupants des lieux, ont préféré rester sur place. Mais leurs proches sont évidemment attentifs à l’évolution de la situation.

«Il y a quelques centimètres d’eau dans la maison mais si ça ne se dégrade pas, ils estiment qu’ils sont suffisamment en sécurité», expliquait leur fille, en fin d’après-midi. La ferme de Montigny avait déjà été touchée par les terribles inondations de 2002 qui avaient surtout touché la Hesbaye namuroise. «Là, on est au même niveau de gravité», situe-t-on dans ce coin de Hanret.

Les services communaux ont également été attentifs à cette situation. «C’est très impressionnant de voir ces eaux qui dévalent des champs, ces petits torrents qui se forment», souffle Stéphane Collignon, l’échevin éghezéen des travaux. Des ouvriers sont venus sur les lieux. «Mais pour l’instant, il n’y a pas grand-chose à faire. On a assuré aux propriétaires que, ce vendredi, quand les eaux se seront retirées, les services seront là pour donner un coup de main.» Le travail ne manquera pas, une fois le soleil revenu et les bras disponibles seront vraiment précieux.

La SWDE a signalé hier après-midi que l’eau distribuée dans les villages de Branchon, Boneffe, Taviers et Noville-sur-Mehaigne n’était pas potable. «Si le problème perdure, on assurera la distribution de berlingots, dès ce vendredi», assure l’échevin éghezéen Stéphane Collignon.

Pas mal de rues et de quartiers de la Hesbaye namuroise ont été touchés par les inondations (à voir sur notre site lavenir.net). Des interventions plus importantes ont ainsi été nécessaires rue Montulet à Saint-Germain, rue de Chenisse à Marchovelette, sur la petite place de Tillier, à Forville… À Cortil-Wodon, rue de la Basse, une camionnette a même été piégée par les eaux.


Nos dernières videos