SAINT-MARD

VIDEOS ET PHOTOS | Saint-Mard sous eau

Après 48 heures de pluie, le village de Saint-Mard s’est retrouvé inondé. Les habitants sont inquiets et dépités.

La «Venise gaumaise» porte bien son nom. Le centre de Saint-Mard bloqué à la circulation et les rues situées à proximité de la Vire et duTon sont sous eau. Des crues qui ne sont pas sans rappeler les inondations d’il y a trente ans environ. «Au début des années 90, Saint-Mard s’est retrouvé inondé. Depuis, des murs ont été construits le long de l’eau pour éviter cela. Nous ne nous attendions donc pas à cette montée des eaux. Ce matin nous étions surpris», expliquent Micheline et Olivier.

(La suite de l'article en-dessous)

Caves et garages inondés

Les riverains tentent tant bien que mal de vider leurs caves et leurs garages pour éviter des dégâts trop importants. Ceux qui ne disposent pas de pompes ont fait appel à des professionnels ou ont pu compter sur des proches. «Nos parents ont déjà connu des inondations ici mais pour nous c’est une première. L’eau est montée très rapidement, en moins de trente minutes, à la rue d’Harnoncourt. Nous n’avions pas de sacs de sable mais heureusement, nous avons pu compter sur des pompes. Nous avons donc eu maximum 60-70 cm d'eau», s’exclament Mélissa et Isaura.

À la rue Vichaurue, près du Kiosque, les riverains sont particulièrement concernés pas la montée des eaux qui ne cesse de progresser. «C’est la première fois que nous avons de l’eau dans notre garage. Ce matin, nous n’avions rien, cela s’est donc produit très vite. Il faut dire que les infrastructures sont vétustes», regrette un riverain. Depuis hier soir, une pompe fonctionne en permanence pour évacuer l’eau, ce qui soulage certains voisins. Une seconde pompe a été installée mais la montée des eaux était telle que leur fonctionnement était insuffisant. Les habitants sont toutefois inquiets car un muret servant en quelque sorte de barrage pourrait céder. L’eau inondant le champ derrière pourrait donc se déverser et causer davantage de dégâts pour les habitations. «Si cela arrive, nous devrons évacuer».


Nos dernières videos