article abonné offert

INONDATIONS

Inondations: le point ce matin dans le nord de la province commune par commune

La nuit a été particulièrement difficile dans le nord de la province. L’Ourthe et ses affluents sont sortis de leur lit dans de nombreux endroits. On fait le point commune par commune.

 

1.Durbuy: «À Bomal, en 1 h 30, l’eau est montée d’un mètre»

 

Hier soir, la situation était particulièrement critique à Bomal où l’Aisne devenue torrentielle a envahi les rues du village du jamais vu selon certains habitants. Ce matin, le carrefour central et les rues du village étaient toujours sous eaux mais le débit semble s’être calmé malgré tout. «Actuellement, toutes les rues sont toujours bloquées. Beaucoup d’habitants du centre de Bomal ont évacué mercredi à la nuit tombante, sur conseil des pompiers. Certains sont malgré tout restés chez eux en montant à l’étage de leur habitation. Je suis Bomalois d’origine et je n’ai jamais vu ça, témoigne Luc Godart. Les dégâts matériels sont déjà colossaux, même si encore difficiles à estimer tant que l’eau ne s’est pas retirée. C’est véritablement l’Aisne qui s’est déchaînée. En 1 h 30, l’eau est montée de 1 mètre.» La solidarité s’est malgré tout très vite organisée par mi les habitants. Le club des jeunes de Bomal a apporté spontanément son aide. à Bomal, toujours, un groupe d’une cinquantaine de jeunes a été évacué et a passé la nuit à l’Athénée royal de Bomal.

Situation compliquée également à Barvaux où l’Ourthe est sortie de son lit également. «Le quartier de Petit-Barvaux est sous eaux, indique le bourgmestre Philippe Bontemps. Le camping de la Belle Ourthe à Durbuy est également sous eaux. «

 

2.À Hotton: «La catastrophe» selon le bourgmestre

 

À Hotton, l’Ourthe est sortie de son lit durant la nuit. «C’est la catastrophe sur la commune. Une véritable nuit d’apocalypse, indique le bourgmestre Jacques Chaplier. Certains habitants de la commune ont eu entre 30 cm et 1 mètre d’eau chez eux. L’Ourthe a envahi la rue Parfonry. Cela faisait très longtemps que l’on n’avait plus vécu pareille situation. La rue du Batty, près de l’église, a également été inondée. On a enregistré un mètre d’eau à un passage de la rue d’Izegem. La rue Haute et celle de la Vallée sont également bloquées. Au camping du Moulin de Hotton, on a dû utiliser un engin de chantier de la carrière de Marenne pour aller recueillir des résidents»

À Melreux, l’avenue de la Gare a également été sous eaux cette nuit. La rue principale du village de Ny, l’un des plus beaux de Wallonie, a également été envahie par les eaux hier en soirée. «Tout comme hier, le village d’Hampteau est toujours bloqué. La rue de La Roche et la rue de la Chavée sont bloquées par les eaux, rendant toute circulation impossible vers La Roche. Tout est absolument bloqué. La commune est coupée en deux.»

Un centre de crise s’est constitué à l’école communale de Hotton pour recueillir les personnes qui ont dû être évacuées. La solidarité commence à s’organiser.

 

3.À Marche: Une cinquantaine de personnes recueillies

 

Dans la commune de Marche, ce sont les villages de On et Hargimont qui ont payé le plus lourd tribut, avec la montée des eaux de la Wamme. Mercredi, les résidents des logements de la Commanderie à Hargimont et ceux de la Ferme Toussaint avaient dû être évacués au centre de crise qui s’est constitué à la salle de la chapelle du complexe Saint-François à Marche.

«Nous avons encore reçu énormément d’appels cette nuit, témoigne le 1er échevin marchois Nicolas Grégoire. à Hargimont et On, le niveau de la Wamme est toujours assez haut. Les pompiers ont encore dû évacuer des habitants du village d’Hargimont cette nuit. Ils ont été hébergés soit à l’école communale de On, soit au centre de crise des Pères franciscains à Marche où les services du CPAS tentent de trouver des solutions de relogement pour les prochains jours. Une trentaine de personnes sont ainsi hébergées à On et une vingtaine à Marche. Une partie du village d’Hargimont a été privée d’électricité. Deux cabines électriques du village doivent être réparées. Tout comme à On où ce sont là huit cabines qui devront être réparées par les services d’ORES qui font leur maximum pour rétablir la situation dans les prochaines heures. Le Service Travaux a distribué des sacs de sable toute la nuit à On et Hargimont. Les équipes ont réalisé un travail extraordinaire.»

Par ailleurs, un camp de scouts de Braine L’Alleud était toujours bloqué jeudi matin par la montée des eaux à Hargimont. Ils attendaient l’intervention des pompiers voire de l’armée.

 

4.À Nassogne: situation toujours compliquée à Masbourg et Forrières

 

Dans la commune de Nassogne, les villages de Masbourg et Forrières ont particulièrement été touchés par les montées des eaux de la MASBLette et de la Lhomme. «Dans ces villages, la situation est encore pire qu’hier. Les eaux se sont encore renforcées cette nuit. à Forrières, on a mesuré un mètre d’eau dans certaines rues.. Deux personnes âgées ont dû être évacuées hier soir à Masbourg et ont été relogées. À Ambly, on a constaté là aussi un débordement avec l’eau qui s’écoulait dans les rues du village», explique le bourgmestre nassognard Marc Quirynen ce jeudi matin.

Situation problématique à Bande également, où la Nationale 4 (N4) a dû être fermée une partie de la nuit et de la matinée ce jeudi. «La Wamme est sortie de son lit à Bande, notamment à proximité du terrain de football. La N4 a dû être bloquée. Les services s’activent pour la nettoyer. Elle devrait être progressivement rouverte à la circulation dans le courant de la matinée.»

 

5.À Érezée: Le camping du Val de l’Aisne à Blier évacué mercredi soir

 

L’Aisne, petite rivière d’habitude si paisible, s’est véritablement déchaînée au fil de la journée de mercredi. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux mercredi en soirée font vraiment froid dans le dos.

Mercredi soir, la Commune d’Érezée prenait la décision d’évacuer l’important camping du Val de l’Aisne à Blier. Ses résidents ont été accueillis au hall sportif d’Érezée. «Les pompiers n’ont cessé de faire la navette ce mercredi soir, aidé par le bus communal affrété pour l’occasion, témoigne le bourgmestre Michel Jacquet. L’armée a fourni 140 lits pour accueillir les personnes évacuées.»

 

 

6.À La Roche : situation ultra compliquée

 

La situation à La Roche-en-Ardenne est très compliquée. Les campings ont été évacués hier mercredi et ce jeudi matin, la population du quartier des Evêts était invitée à le quitter, et ce pour des raisons de sécurité. Le centre d'accueil établi là a déménagé à Vecmont. Plusieurs autres rues et quartiers sont sous eau, dont le Val du Bronze, le Quai de l’Ourthe. Les voiries ont également énormément souffert. Ainsi, les routes reliant La Roche-en-Ardenne à Vecpré, à Samrée ou encore à Maboge sont interdites à la circulation. Les services de secours et communaux sont sur pied de guerre.


Nos dernières videos