article abonné offert

MOBILITÉ

Le RAVel s’adapte aux cyclistes PMR

Le RAVel s’adapte aux cyclistes PMR

Exploration furtive du RAVeL de Fosses-la-Ville en compagnie de cyclistes concernés. - Sandra FARRANDS

Des pistes cyclables RAVeL sont certifiées et recensées pour une meilleure inclusion des cyclistes à mobilité réduite.

Les personnes en situation de handicap pourront plus facilement dévaler les voies cyclables wallonnes du RAVeL. Huit circuits RAVeL certifiés sont d’ores et déjà listés sur le site de l’ASBL ACCESS-I. Les sept formes de handicap y apparaissent, avec l’indication des conditions d’accès, selon les exigences spécifiques. Leurs pictogrammes précisent si le lieu permet une autonomie totale ou partielle.

Des baladeurs enthousiastes

Pour accueillir la bonne nouvelle, des handicyclistes se sont déplacés à Fosse-la-Ville ce vendredi. L’un circule à la force de ses bras, assis dans un engin à quelques centimètres du sol. Deux autres personnes mènent leur chemin dans un vélo à trois roues, comme dans un fauteuil. Une femme est véhiculée par ses camarades de voile du lac de L’Eau D’Heure. Tous ces baladeurs sont prêts et appareillés pour sillonner les campagnes wallonnes. Une avancée rendue possible grâce à un travail collectif.

Un travail collaboratif

La certification des voies cyclables praticables pour les PMR a été réalisée grâce à une collaboration du Commissariat général au Tourisme (CGT), de l’ASBL ACCESS-I et de six bureaux d’expertise (en urbanisme, ergonomie, etc.). Tout ce beau monde s’est retroussé les manches pour réaliser un audit à travers la Wallonie. Un effort récompensé par l’Organisation mondiale du Tourisme: les circuits wallons ont été mentionnés dans un recueil de bonnes pratiques du tourisme inclusif.

Certifier pour rassurer

De cette manière, les personnes porteuses de handicap peuvent organiser leur excursion en toute sérénité. «La certification est plus viable que l’autodéclaration des communes dans la démarche d’accessibilité aux PMR. Il y a plus de garantie d’aménagement. Nous communiquons via les fiches descriptives. Cela rassure », nous précise ainsi le CGT.

Une méthode d’audit pointue

Les voies cyclables ont été passées au peigne fin. Les différents points d’analyse de ACCESS-I portent sur l’attrait touristique, le confort et la sécurité. Des points plus pratiques sont pris en compte, comme la présence de WC adaptés, de places de stationnement. Ils veillent à ce que celles-ci soient assez spacieuses pour extraire un fauteuil motorisé d’un véhicule, par exemple.

L’attention est également portée sur le revêtement des routes. Les blocs de béton sont remplacés par des objets moins entravants.

Un tourisme plus local

L’accès plus inclusif aux voies cyclables permettra de renforcer l’élan de fréquentation des campagnes wallonnes propulsé pendant l’année de pandémie écoulée. Le projet a été largement soutenu par le cabinet de la ministre wallonne du Tourisme Valérie de Bue (MR). Cela va dans le sens d’une politique touristique locale qu’elle souhaite «durable», tout en relançant le tourisme wallon. Il reste du ressort des communes d’améliorer les installations PMR. Mais les acteurs concernés par le projet en question sont confiants sur la dynamique en cours.


Nos dernières videos