MONS – BORINAGE

Quand un acteur borain tourne avec Jackie Chan

Quand un acteur borain tourne avec Jackie Chan

Rosario Amedeo a touné un film avec Jackie Chan et en a tiré un one-man-show. -

Rosario Amedeo a vécu une aventure extraordinaire en 2012: un tournage sur une superproduction de la star hongkongaise Jackie Chan. Il en a tiré un spectacle désopilant et émouvant: «Jackie Chan et moi».

Rosario Amedeo est un acteur et musicien né à Mons, qui a grandi dans le Borinage, et dont le CV renseigne une carrière plutôt francophone, entre théâtre, cinéma et télévision. Il est notamment apparu dans la série télévisée Les Rivières Pourpres, le long-métrage Je suis mort, mais j’ai des amis, ou encore… Plus belle la Vie.

Au milieu de ces références, il en est une qui détonne: Chinese Zodiac (CZ12), un long-métrage chinois de Jackie Chan, écrit par Jackie Chan et avec Jackie Chan. Sorti en 2014, ce film a fait un véritable carton dans son pays d’origine, y détrônant Titanic au box-office asiatique. Rosario était le seul Belge dans cette aventure.

Mais comment un acteur borain, qui n’a jamais joué dans un blockbuster ou un film d’action, qui n’a jamais mis les pieds hors de la francophonie, qui n’est pas un fan de Jackie Chan, s’est-il retrouvé à échanger répliques et prises de kung-fu avec le mythe chinois du film de bagarre?

Comment tout a commencé…

En 2012, à une période où Rosario est plus dans son jardin ghlinois que sur les planches, quand il reçoit un coup de fil d’une certaine Roseline, «agent sur Paris haan», à qui il avait envoyé un dossier pour trouver un agent. Celle-ci a «un gros casting à proposer», mais à une condition: «vous parlez anglais?»

«Oui», ment-il très légèrement. Au casting, le bluff fonctionne et le voilà embarqué pour 10 semaines de tournage à l’autre bout du monde, au cœur du Hollywood chinois où la débauche de moyens renvoie à l’âge d’or du cinéma de studio américain, et où les conditions de travail, les relations sociales… sont une découverte totale.

Cette histoire incroyable, Rosario l’a racontée des dizaines de fois. «Lorsque je me retrouve à table avec des amis ou autres et que je leur fais part de ce fait, ils me demandent tout le temps: ‘Raconte-nous! Comment est-ce possible? Comment tu t’es retrouvé là?’», témoigne-t-il.

«J’ai maintes fois raconté mon histoire jusqu’au jour où je l’ai racontée à un metteur en scène qui m’a dit d’en faire un monologue. J’ai donc décidé d’écrire cette histoire rocambolesque pour pouvoir la partager avec tout le monde.»

Rêve de gosse réalisé

Ce qu’il fait avec «Jackie Chan et moi», un monologue d’un peu plus d’une heure que Rosario a présenté le 8 juillet dernier sur la scène du Manège à Mons. Dans une mise en scène assez dynamique de Jean-Michel Van den Eeyden (on parle de film de baston quand même), Il passe de l’humour à l’émotion pour raconter cette aventure inoubliable, à plusieurs dimensions.

Quand un acteur borain tourne avec Jackie Chan
Jackie Chan et moi, où comment un gars du Borinage se retrouve à tourner un film en Chine avec un mythe du cinéma asiatique. -
«C’est la concrétisation d’un rêve d’enfant parce que je suis un enfant de la cité du Borinage qui rêvait de devenir acteur, qui l’est devenu à l’âge adulte et qui, un beau jour, se retrouve dans cette aventure qui ne lui était pas destinée au départ.»

C’est aussi «une aventure cinématographique parce qu’en tant qu’acteur se retrouver dans un gros blockbuster, c’est déjà énorme.»

Enfin, «c’est aussi une aventure humaine car quand on vient du Borinage et que l’on se retrouve en Chine, c’est un véritable choc culturel. J’ai découvert ce pays en étant entouré de Chinois, j’y ai découvert cette ambiance, ces codes et cette culture très particulière. On peut dire que c’était une aventure assez rocambolesque!»

Remise en question

Outre cette aventure chinoise, Rosario raconte aussi l’après, qui lui a ouvert des portes. Tourner un film avec Jackie Chan, même si celui-ci, frustration ultime, n’est pas sorti en Europe, ça fait son effet. Mais ça a aussi changé la façon dont son entourage le voit.

«Quand on revient il y a toujours le regard des autres sur ce qu’on a fait, on a l’impression d’avoir vécu une aventure, d’avoir super bien gagné sa vie, d’avoir une autre image. Et puis les circonstances de la vie font que plein de choses se bousculent. À chaque fois que je parlais de Jackie Chan, je retombais sur d’autres personnes qui voulaient me rencontrer, sur la famille qui voulait en savoir plus…»

Cette épopée lui a finalement permis «de me questionner sur notre statut en tant qu’acteur, sur ce que l’on représente quand on vit une aventure comme celle-là par rapport aux autres que ce soit au niveau des amis, de la famille, ou même des autres acteurs…»

«Jackie Chan et moi» sera montré au Manège de Mons le 9 juillet, à Charleroi Danse du 25 au 27 novembre et au Théâtre Varia du 10 au 17 mars 2022.

Tournage en Chine: pas de chichis

Quand un acteur borain tourne avec Jackie Chan
-
En tant qu’acteur, est-on mieux choyé sur une superproduction asiatique que sur un petit film franco-belge? Pas sûr…

«Le premier jour de tournage, je m’en suis bien sorti: ça a duré 15 heures! La différence entre un jour de tournage en Europe et un jour de tournage en Chine, c’est simple: en Europe: une journée c’est 8 h; en Chine: une journée c’est… on ne sait pas.»

«En Europe, sur un tournage, si vous avez froid, faim, soif, on vous apporte un manteau, à boire, un sandwich… En Chine: Si vous avez froid, vous mettez vous-même votre manteau et si vous avez soif ou faim: il y a du thé et des biscuits! Servez-vous! Maintenant, si vous voulez tout le confort du cinéma européen en Chine, alors vous devez vous payer un ou plusieurs assistants personnels! Certains acteurs chinois avaient jusqu’à 5 assistants.»

Après une journée de tournage où on l’avait oublié dans un bain de boue durant une heure, Rosario a fini par se payer une assistante…

Autre aspect, plus positif: il n’y a pas de star-system; toute l’équipe du film réside dans le même hôtel. Rosario a même eu le privilège de manger des nouilles sur le lit de Jackie Chan qui était… en pyjama.

Nos dernières videos