FEDERGON

Où trouver de l’information sur le marché du travail ?

Où trouver de l’information sur le marché du travail ?

Federgon

Nombre de personnes nous contactent, désespérées. Elles ont achevé ou arrêté leurs études, se sont inscrites au Forem, y ont suivi, avec plus ou moins d’intensité, selon l’âge et plus ou moins de succès selon leurs caractéristiques, leur parcours d’accompagnement. Mais le travail se fait attendre…

Chacun des 200.000 demandeurs d’emploi wallons fait rapidement face à de multiples interrogations : où trouver du travail, y a-t-il de l’emploi à suffisance, où sont les offres ?

Le Forem répond à toutes ces questions avec de plus en plus de talent et des canaux sans cesse plus diversifiés. Néanmoins, ce n’est qu’une partie du marché du travail.

Environ la moitié des offres d’emploi ne transite pas par le Forem, qui est fort de tout de même +/-350.000 offres/an. Pourquoi ? De nombreuses raisons peuvent l’expliquer, parmi lesquelles la prédominance des circuits courts : le bouche-à-oreille est souvent plus rapide que l’insertion d’une offre formelle sur un site. Les contrats courts ne sont pas intéressants à poster sur le site, etc.

De nombreuses entreprises ne déposent pas d’offres car elles sont certaines de ne pas réussir à recruter ! On retrouve typiquement dans ce cas de figure, les entreprises en recherche de profils en pénurie. 20.000 offres par an déposées au Forem ne trouvent pas preneur pour ce motif. Ce n’est qu’à la présentation d’un candidat adéquat, au hasard d’une rencontre ou par une entreprise de prestations RH, que le poste sera formalisé et l’engagement réalisé.

Ainsi, si l’on considère que près de la moitié des offres d’emploi ne transite pas par le Forem, il est donc indispensable d’élargir ces canaux. Et les deux premiers sont, à n’en pas douter : le réseau familial ou amical, et les entreprises de placement privées.

Quèsaco ?

S’il n’est pas besoin d’expliquer qu’il faut soigner son relationnel, les entreprises de placement privées restent moins connues. Ces entreprises sont, avec le Forem, les côtés pile et face d’une même pièce. Il s’agit de toutes les entreprises privées, marchandes ou non, actives dans le secteur du placement. Et au premier titre, les agences de travail intérimaire. Elles sont connues mais méritent d’être mieux et plus exploitées car leur potentiel réside dans leur proximité, leurs connexions aux entreprises. Elles présentent des atouts qui permettent de surmonter quelques-unes des difficultés expliquées ci-dessus.

Le message est donc positif. Si l’on considère 200.000 chômeurs, environ 700.000 offres (déposées au Forem et ailleurs), chacun devrait pouvoir trouver du travail. Hélas, la question est autant qualitative que quantitative. Et sur ce plan, la Wallonie et Bruxelles traînent le boulet d’un enseignement qui ne fait plus recette et son adaptation est lente. Les effets sont donc, hélas, durables sur le marché de l’emploi. Et à côté du chômage, nous devons compter sur le nombre de malades, écartés du circuit du travail également. Ces deux groupes ne sont pas antinomiques et méritent toute l’attention requise face aux objectifs de taux d’emploi indispensables à la survie de notre système de sécurité sociale. Tout le monde le sait.

Vous voulez en savoir plus sur le placement privé pour savoir comment il peut vous aider à rejoindre le monde du travail ? Lisez vite le dernier rapport annuel de Federgon et les 7 plans que Federgon a proposés pour booster l’emploi. C’est l’été, c’est le moment de lire.

https://federgon.be/fr/la-federation/

 

Arnaud le Grelle

Directeur Wallonie – Bruxelles, Federgon

Articles proposés par nos partenaires