OPINION

Lettre à notre génération dorée: chers Diables rouges, merci pour ce moment

Lettre à notre génération dorée: chers Diables rouges, merci pour ce moment

Les mines sont basses et en disent long sur les ambitions qui étaient les nôtres. Mais ce nouveau quart de finale restera dans l’histoire de notre foot. Être parmi les 8 meilleures équipes d’un tournoi international est tout sauf un échec pour notre petit pays. Photo News

L’élimination est amère. Elle ne doit cependant pas enlever la saveur d’une décennie inoubliable.

Chers Diables rouges,

Vendredi soir, on était frustré. Contre cette séduisante équipe italienne, on a ragé après la mauvaise relance de Vertonghen, hurlé de déception face au raté de Lukaku et maudit Donnaruma pour ses arrêts décisifs. On avait envie d’y croire à la victoire finale dans cet Euro 2020. Mais on doit déchanter, encore une fois.

 

 

L’appétit vient en mangeant. On est devenu gourmand. Sans doute un peu trop. Au point d’oublier qui nous sommes, nous, petit pays de 10 millions d’habitants. On a beau s’être installé depuis plusieurs années en tête du classement FIFA, on n’en reste pas moins qu’un outsider sur la planète foot. Et quand on tombe sur plus fort et que la chance nous tourne le dos, on ne peut rien revendiquer de plus.

2014, 2016, 2018, 2021: la Belgique vient d’enchaîner quatre quarts de finale dans des grands tournois, avec comme apogée la 3e place au Mondial en Russie. Du jamais vu dans notre histoire footballistique! La performance est d’autant plus appréciable qu’elle fait suite à une longue période de disette. Certains oublient un peu facilement que nous n’avions participé à aucun tournoi majeur entre 2004 et 2012. Il est loin le temps où notre seul fait d’armes était d’être gentiment qualifié de «champion du monde des matches amicaux.» Désormais, on vibre à chaque tournoi avec l’ambition d’aller au bout. Rien que pour cela: merci à vous, Messieurs les Diables rouges.

Votre génération dorée prend de l’âge. Savourons l’instant. Et gardons un brin d’espoir pour la Coupe du monde en fin d’année prochaine au Qatar. Eden Hazard et Kevin De Bruyne auront 31 ans bien sonnés. Ce sera probablement leur dernière chance de nous faire encore miroiter des rêves longtemps insoupçonnés. La révélation Jérémy Doku aura pris un peu de bouteille. Jason Denayer et Dedryck Boyata auront l’occasion de prouver qu’ils peuvent prendre la relève en défense. D’autres promesses pourront aussi pointer le bout de leurs crampons. Gardons l’espoir. Et ne boudons pas notre plaisir.

Nos dernières videos