LIÈGE

Le tracé du tram de Liège va être étendu à Seraing et Herstal: voici tous les détails

Le tracé du tram de Liège va être étendu à Seraing et Herstal: voici tous les détails

L’extension fait partie du Plan de relance de la Belgique approuvé par la Commission européenne. D.R.

En approuvant le Plan de relance belge, la Commission européenne a donné le feu vert à l’extension du tram liégeois à Herstal et Seraing. Le début des travaux devrait avoir lieu à la mi-2023.

Initialement, le tracé en construction du tram liégeois se contentait de relier Coronmeuse à Sclessin. Oui, sauf que, depuis lors, le projet d’étendre la liaison aux communes limitrophes de Herstal et de Seraing a mûri. Avant d’aboutir à une décision importante, il y a quelques jours. L’extension fait, en effet, partie du Plan de relance de la Belgique approuvé par la Commission européenne. Avec un projet qui devient, de la sorte, réalité.

Le projet d’extension du tracé initial du tram de Liège a été validé par le conseil d’administration du TEC (Opérateur de Transport de Wallonie). Si, pour des raisons budgétaires, le tracé initial du tram avait été limité dans un premier temps à la seule Ville de Liège, «l’étude de la ligne tant en termes de mobilité que de pertinence territoriale préconisait néanmoins un tracé couvrant un territoire plus large», précise-t-on au TEC.

Concrètement, quelles sont Les extensions prévues? Un tronçon supplémentaire entre le site du Standard et la gare routière de Seraing (2,85 km et 4 stations supplémentaires) et un tronçon entre la place Coronmeuse et la place Licourt à Herstal (2,9 km et 4 stations complémentaires).Et après? Ce n’est pas tout.«Les études pour l’ajout éventuel futur d’un tronçon entre la place Licourt et la zone commerciale d’Herstal font également partie du projet.»

Le budget européen prévu pour permettre cette extension s’élève à 105 millions d’euros. Les objectifs du transport en commun wallon? Augmenter le transfert modal à Liège pour diminuer l’impact environnemental du transport, accroître la cohésion sociale et la qualité de vie urbaine par la création d’une ligne de transport structurante reliant trois villes, renforcer l’intermodalité (pistes cyclables, connexions avec le réseau ferroviaire...), stimuler la politique d’aménagement de l’espace public, et soutenir la création d’emplois locaux en répondant en même temps à la nécessité d’augmentation d’offre de transport en commun.

Cela dit, la somme européenne octroyée n’est toutefois pas suffisante, puisque, en janvier dernier, le ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles et bourgmestre en titre de Herstal évoquait un budget nécessaire de 160 à 170 millions d’euros. Autre subtilité, cette aide européenne est conditionnée. La date limite pour mener à bien ce projet d’extension est fixée à 2026, soit trois ans à peine après l’inauguration du premier tracé, qui, par ailleurs, a déjà été retardée.

Le tram favorisera l’attractivité du territoire avec l’émergence de différents projets tout au long du parcours.

«Avec le tram de Liège, notre ambition est d’offrir une colonne vertébrale à la métropole liégeoise», souligne le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry. «Le tram favorisera l’attractivité du territoire avec l’émergence de différents projets tout au long du parcours. Aujourd’hui, avec l’aide européenne et l’extension sur Seraing-Herstal, le tram pourra délivrer toute sa plus-value et participer au nouveau dynamisme de l’agglomération liégeoise.»

Là, où en est-on dans le projet?Seules les études vont débuter. Comme la mise à jour de l’avant-projet existant, l’étude des incidences sur l’environnement, les études de projet. Et ce, en collaboration avec les autorités.

«L’objectif est d’obtenir le permis unique et d’être prêt à commencer les travaux mi-2023», précise-t-on au TEC. La fin de travaux est quant à elle estimée à la fin du premier semestre 2026.


Nos dernières videos