WAVRE

VIDÉO| Konoba fait son retour en solo: découvrez son premier single avant l’album

VIDÉO| Konoba fait son retour en solo: découvrez son premier single avant l’album

Konoba a profité du confinement pour écrire et composer, son premier single vient de sortir. KEVIN RINCLIN

Avec «There’s always something wrong», Raphael Esterhazy propose un titre «groovy» parfait pour l’été. Un apéro avant l’album.

Après avoir dû interrompre prématurément sa tournée internationale, en mars 2020, à cause de la crise du Covid, Raphael Esterhazy alias Konoba a profité de son confinement pour écrire et composer. «C’était prévu qu’après notre tournée avec R.O. (NDLR: Artiste néolouvaniste avec qui il a sorti l’album «10»), je me remette à travailler sur un album en solo, explique le Wavrien de 32 ans. Comme la moitié de la tournée a été annulée dès mars, les choses se sont un peu précipitées. Pendant le confinement, j’ai pas mal baroudé avec mon homestudio portable entre mon appartement à Bruxelles, la maison de mes parents, à Wavre et celle de ma grand-mère, dans les Ardennes pour travailler sur une série de morceaux.» De l’écriture à la production musicale, il a tout créé.

«Le titre le plus pop de l’album»

Ce 25 juin est sorti son premier single There’s Always Something Wrong annonciateur d’un album prévu pour début 2022. Le chanteur, compositeur et producteur brabançon y exprime sa frustration envers le flux interminable de mauvaises nouvelles auquel nous sommes constamment expose´s. «C’est sans doute le titre le plus pop, le plus up tempo de l’album, j’avais envie d’une touche de légèreté, de fraîcheur avant l’été. Des sons qui se marient bien avec l’énergie du déconfinement. De plus, le thème colle bien à ce qu’on a connu cette année donc il fallait que je ne sorte assez rapidement.»

Contrairement à ce que signifie le titre: «Il y a toujours quelque chose qui ne va pas», Konoba a voulu, à travers cette chanson, transmettre un message d’optimisme. «Il y a une phrase clé au milieu de la chanson qui dit que quoiqu’il arrive, on en tirera le maximum. Parce que je préfère toujours voir le positif des choses devant les mauvaises nouvelles. C’est plus constructif que de se lamenter sur son sort», poursuit-il.

Signé en Turquie

Ces prochains mois, l’artiste a prévu de distiller d’autres titres sur les plateformes d’écoute avant de faire découvrir son album «qui est pratiquement terminé».

En attendant de retrouver la scène en 2022 pour défendre ce disque, Konoba s’envolera vers la Turquie la semaine prochaine où il a été signé par un label renommé. «C’est le même label qui a signé Oscar and the Wolf et Balthazar en Turquie donc je suis très honoré. Je vais défendre mon nouveau single et travailler sur des chouettes collaborations», se réjouit le Wavrien qui a un énorme public dans ce pays tout comme en Géorgie où il jouera avec Olivier Rugi (R.O.) le 31 juillet devant 2 000 personnes.

 

 

Un clip cinq étoiles qui nous invite à une plongée dans les années 70

 

Superbement réalisé par Mehdi Semoulin, le clip de «There’s always something wrong» met en scène un Konoba haut en couleur.

Le nouveau single de Konoba est accompagne´ d’un clip brillamment re´alise´ par Mehdi Semoulin (Magicowl Prod) dans lequel Konoba joue un personnage déjanté, confine´ dans un petit appartement, dans les anne´es 70! «Le clip a été tourné à Mons où le réalisateur possède ses propres studios. Dans une pièce, il a reproduit tous les décors des années 70 du papier peint aux objets de déco…, explique Raphael Estherazy. Au départ, l’idée était de reproduire un confinement dans un contexte futuriste mais c’était trop froid, trop négatif par rapport à la chanson alors on a décidé d’y intégrer un “twist” amusant, c’est comme ça que l’idée des années 70 est née.»

VIDÉO| Konoba fait son retour en solo: découvrez son premier single avant l’album
Dans cette vidéo déjà vue près de 3 000 fois sur YouTube, Konoba y campe le rôle d’un amusant personnage. -

Dans cette vidéo déjà vue près de 3 000 fois sur YouTube, Konoba y campe le rôle d’un amusant personnage qui tente de reme´dier a` sa solitude et son ennui en commandant des objets inutiles chez une socie´te´ qui s’appelle Amanoze. «C’est la première fois que j’accepte de me mettre en scène et que j’incarne un rôle dans un de mes clips. D’habitude, je préfère rester en retrait comme dans le clip de “Smoke and mirrors”. J’avais un peu peur du résultat mais au final, je suis très content.»

Amoureux des styles vestimentaires de cette époque, Konoba est également un grand fan de la musique des années 70. «Quand j’étais petit, j’adorais aller piocher dans les vinyles de mes parents. Tout ce qui a été créé à cette époque est juste extraordinaire: Supertramp, Queen, Michael Jackson, Pink Floyd, Genesis… impossible de tous les citer tellement il y en a. Pour moi, c’est la meilleure décennie musicale de l’histoire», conclut le Brabançon.

 

Il sera également en concert solo à la ferme du Biéreau le 3 septembre, seule date prévue en Belgique cette année.

Apre`s avoir passe´ cinq ans a` e´tudier la musique et la production musicale en Angleterre, Raphael Esterhazy, ancien étudiant du collège Notre-Dame de Basse-Wavre rentre en Belgique et lance son projet solo: Konoba.

Le succès en Europe

Multi-instrumentaliste, le jeune homme se fait notamment connaître avec ses excellents mash-ups (chansons créées à partir de plusieurs titres superposés) qui comptent des milliers d’écoutes sur le web.

En 2017, il sort son premier album Smoke & Mirrors. Le single On Our Knees cartonne avec plus de 60 millions de streams dont de nombreux au-delà de nos frontières. S’en suit une tourne´e sold out en salles et plusieurs festivals majeurs en Belgique (Ancienne Belgique, Cirque Royal, BSF, Francofolies de Spa, Ronquie`res,...) mais aussi à l’étranger, notamment au Sziget Festival de Budapest en Hongrie, Considéré comme le Woodstock européen.

VIDÉO| Konoba fait son retour en solo: découvrez son premier single avant l’album
Konoba au Wacolor en 2017 Capturevenement

En 2018, Konoba s’associe au producteur e´lectronique néolouvaniste R.O pour un le projet original «10». Ensemble, ils voyagent pendant 10 mois, dans 10 pays, pour re´aliser 10 nouveaux morceaux et réalisent l’album “10”, sorti en mai 2019.

S’ensuit une tourne´e internationale qui voit les deux Brabançons bourlinguer de la Pologne à l’Allemagne en passant par la Grèce, l’Italie, la Roumanie, la Géorgie, le Japon, l’Australie et la Colombie.


Nos dernières videos