article abonné offert

CHINY

Sébastian Pirlot passe du PS au MR: «Le PS ne soutient en rien les communes rurales»

Sébastian Pirlot passe du PS au MR: «Le PS ne soutient en rien les communes rurales»

Décor bleu hier dans le château du Faing à Jamoigne: de gauche à droite, Benoît Piedbœuf, Sébastian Pirlot, Georges-Louis Bouchez. ÉdA

La position du PS face à l’affaire Publifin, la neutralité, «le désintérêt du PS pour les communes rurales» poussent Pirlot dans les bras du MR.

Sébastian Pirlot tient à préciser d’emblée: «Il ne s’agit pas d’un transfert PS-MR. J’ai quitté le PS en 2018 et suis devenu indépendant. Il ne s’agit donc pas d’un transfert puisque j’étais libre au moment de prendre ma décision» Sébastian Pirlot a expliqué ses motivations hier matin au château du Faing à Jamoigne, lui qui est mayeur de Chiny: «Dans le passé, j’ai toujours été un homme libre et hors des appareils. J’ai toujours été un rocardien et un strauss-kahnien, c’est-à-dire qu’à un moment donné, il faut soutenir les PME pour créer de la richesse pour ensuite redistribuer à ceux qui en ont besoin, aux plus démunis.»

Pourquoi il a quitté le PS?

«La première rupture avec mon ancien parti, c’est l’affaire Publifin-Nethys où le PS découvre, soi-disant, avec stupéfaction les salaires astronomiques de certains de ses élus alors qu’il y a obligation pour les élus PS de déclarer leurs revenus au PS national. À ce moment-là, plutôt que d’assumer, on demande le décumul des députés-bourgmestres qui sont sacrifiés au lieu des véritables responsables. La 2e rupture, et c’est pour cela que je suis parti, c’est le programme économique aux dernières élections 2019 pour contrer le PTB. Programme complètement irréaliste et inapplicable dans une économie de marché européenne et mondiale. Autre chose qui me déplaît au sein de la gestion actuelle du PS c’est tout simplement que les communes rurales n’existent pas. Vous pouvez écrire autant que vous voulez à des ministres PS, vous n’avez jamais de réponse parce que vous êtes du Luxembourg. On préfère uniquement se contenter sur Liège, Charleroi, Bruxelles…» Et de poursuivre en dénonçant un détricotage complet au sein de la province «des initiatives menées en matière culturelle depuis des années par Philippe Greisch, Patrick Adam et moi-même.»

Laïc et neutre

La position du PS dans le débat sur les signes d’appartenance et la neutralité semble bien être, la cause de trop et qui transforme la séparation PS-Pirlot en un divorce inéluctable. «Le sommet est la position alambiquée du PS dans le débat sur la neutralité et ce, pour des raisons purement électoralistes sur Bruxelles, puisque là, en fait, ils veulent récupérer les voix de certains milieux conservateurs proches de l’islamisme.Je suis laïc. Est-ce qu’il y a une flamme laïque ici au sein de l’administration communale? Est-ce qu’il y a un crucifix? Il n’y a rien du tout. J’ai toujours considéré que l’administration était là pour l’ensemble des citoyens et donc que les fonctionnaires communaux n’avaient pas à faire part de leurs convictions politiques ou religieuses. Chacun a ses croyances, mais quand on travaille dans l’administration publique, on n’a pas à les afficher

Pirlot-MR, mêmes combats

Une position qui rejoint celle de Georges-Louis Bouchez président du MR, venu hier à Jamoigne et qui a par ailleurs déposé une proposition d’ordonnance visant à interdire tout signe convictionnel, religieux, philosophique ou politique au niveau des parlements bruxellois et fédéral, suivis d’un dépôt dans tous les parlements dans lesquels le MR est présent. Si à cela on ajoute que pour Sébastian Pirlot, «le MR est devenu le parti qui défend les communes rurales», on comprendra mieux sa conclusion: «Je suis très content que le MR m’accueille avec amitié autant que je le rejoins au terme d’un long cheminement personnel».


Nos dernières videos