TOURNAI

Au sommet du Ventoux avant les coureurs

Carine, Laurent, Ludo, Patrick, Raphaël, Sophie et Ugo ont enfourché leur bécane mercredi matin. Cap sur le Ventoux.

Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin, dit-on. Alors un peu d’eau n’arrête pas le cyclo… Mercredi, sous le crachin, dans le rôle du prédicateur de la retraite, il y avait Patrick Dumont, l’homme aux treize Ventoux en trois jours et quatre-vingts Mont-Saint-Aubert en 24 heures… Mais en fait de retraite, l’Ellezellois a plutôt tracé une nouvelle chevauchée vers le Sud et son cher Mont Ventoux.

C’est déjà la troisième fois que Déclic-Vélo (le nom de son ASBL de coaching cycliste) emmène son monde à travers la France pour rejoindre le géant de Provence. Avec toujours en filigrane une attention (un chèque de 400€ cette fois) pour Octobre Rose, l’association de Salima Bouziane, au service des femmes souffrant du cancer du sein… D’où d’ailleurs le nom du challenge «je roule sein-glé», jouant sur l’appellation officielle des «Cinglés du Ventoux» (soit ceux qui l’ont gravi trois fois à la force du mollet, par les trois routes possibles en 24 heures).

L’apothéose à vivre le 7 juillet

Pour les sept cyclos de Wallonie picarde au départ de la rue de Pont ce lundi matin, le défi, c’est de rallier Malaucène, au pied du Ventoux, le 6 juillet, par étapes de 120 à 150 km. Puis le mercredi 7 au matin, avant que les coureurs du Tour de France ne l’escaladent, s’offrir le Ventoux.

Là-haut, ils assisteront au passage des Pogacar, Roglic, Carapaz, Van Aert, Vanderpoel et autres. Puis ils redescendront à Malaucène, rangeront les vélos et iront «tranquillement» assister à l’arrivée. Ils en auront le temps, puisque cette année, les coureurs doivent escalader deux fois ce fameux «mont chauve» avant de se disputer la victoire non pas au sommet mais bien à son pied, dans les rues de la petite cité vauclusienne.

36 ans et 42 cm d’écart…

Lundi après un petit déj et le briefing de départ dans les locaux d’Octobre Rose, Carine Frère, Laurent Scops, Ludo Vangrootenbruel, Patrick Dumont, Raphaël Satalino, Sophie Adelin, et Ugo Stevens se sont élancés. Ils sont d’Ath, Ellezelles, Lessines, Mons et Tournai. Deux femmes et cinq hommes. Le plus jeune n’a pas 20 ans, l’aîné en a 55. Et si les tailles vont de 1,58 m à 2 mètres (!), il n’y a pas de kilos superflus.

Ils seront accompagnés de Jean-Louis Thiry («camion balai» et logistique) ainsi que de Gisèle Genevoix (voiture).

Bonne route à toutes et tous. Plusieurs personnalités politiques sont passées les saluer au départ, dont Rudy Demotte, lui-même fervent pratiquant de la petite reine.

Pour cette première étape, ils rejoignent Laon. Pas encore le Ventoux mais déjà une montagne couronnée…


Nos dernières videos