ANDERLECHT

Bruxelles a enfin sa piscine en plein air: «À Berlin, il y en a 26»

La première piscine en plein air de Bruxelles ouvre ce jeudi 1er juillet au pont Marchant, en bordure de canal à Anderlecht. Un événement qui fera des déçus: l’accès est gratuit mais sur réservation. Analyse avec l’un de ses initiateurs, membre du groupe d’activistes Pool is Cool.

Ils ont commencé par remplir une piscinette devant Bozar, à mi-chemin entre l’événement estival branché et l’installation artistique d’avant-garde. Puis ont pataugé dans la fontaine du quartier nord. Ensuite, ils ont planté cabines, douches et pontons sur les berges de plusieurs étangs bruxellois. Mais l’initiative a fait plouf, la faute à des eaux impropres à la baignade. Sauf à Neerpede, où les kets ont plongé en 2019.

Ce 1er juillet, les activistes de Pool is Cool inaugurent leur chef-d’œuvre, fruit de plusieurs années de militantisme et de réflexion. Les architectes et urbanistes de ce groupe de passionnés de baignade l’ont baptisé «Flow». C’est une piscine extérieure. Une vraie. Avec vestiaires, gradins, échelles, filtration. Le bassin de 1,2m de profondeur mesure 7m sur 17. Il a de la gueule, dans son maillot de bois clair habillant sa structure métallique turquoise. À son sommet, le regard embrasse tout le bassin de Biestebroeck, zone industrielle en total bouleversement, où les immeubles à appartement avec vue sur canal poussent plus vite que la peau ne bronze au soleil de juillet.

«C’est une petite piscine, mais un grand pas pour ramener la baignade en plein air à Bruxelles», lance Pool is Cool. Paul Steinbrück, cofondateur de Pool is Cool, vous explique pourquoi.

+ L’accès à Flow est gratuit mais uniquement sur réservation (par ici). Normes Covid obligent, l’accès est admis pour 25 personnes en même temps sur des périodes de 45 minutes. Flow est ouverte tous les jours de 13 à 19h, soit 8 créneaux horaires. Le samedi matin, un créneau supplémentaire est réservé aux femmes de 11 à 12h. La réservation n’est possible que 3 jours à l’avance maximum.

«Les jeunes n’ont aucun endroit où se baigner à Bruxelles»

Paul Steinbrück, cette piscine, elle n’est pas si «petite»…

C’est un grand projet. Ça signifie beaucoup de travail, qui a enrôlé 150 personnes. Pool is Cool se veut instigateur d’idées. L’ambition, c’est de prouver encore une fois que c’est possible, et que les gens sont demandeurs.

Bruxelles a enfin sa piscine en plein air: «À Berlin, il y en a 26»
Paul Steinbrück, cofondateur de Pool is Cool, a nagé à Berlin dans son enfance. «Là-bas, quand il fait chaud, on ne se pose même pas la question». Désormais, l’urbaniste milite pour la baignade en plein air à Bruxelles au sein de Pool is Cool. ÉdA – Julien RENSONNET

La structure est belle. Elle est impressionnante.

Pour la conception de la piscine, on a collaboré avec Decoratelier, le bureau de scénographie molenbeekois de Joseph Wouters. Il utilise beaucoup les structures de métal et le bois. Ce choix se fait aussi car ils travaillent avec les jeunes des quartiers où ils s’implantent. C’est important pour nous.

Des jeunes Bruxellois ont aidé à mener le projet?

Ils viennent d’Anderlecht, mais aussi de Molenbeek ou de Bruxelles. Pour la gérance de la piscine dès ce 1er juillet, ce sont les équipes de Art2Work qui seront sur place avec 5 ou 6 personnes par jour.

Les jeunes n’ont aucun endroit où nager à Bruxelles. Ils vont donc se baigner en Flandre. Nous, on est une goutte d’eau dans l’océan. On ne pourra pas accueillir tous les jeunes. Mais on montre que c’est nécessaire.

Certaines autorités flamandes craignent de voir arriver les jeunes bruxellois dans leurs zones de baignade en plein air cet été. Ils ne s’en cachent pas.

Ces jeunes n’ont aucun endroit où aller à Bruxelles. Ils vont donc se baigner en Flandre. Nous, on est une goutte d’eau dans l’océan. On ne pourra pas accueillir tous les jeunes. Mais on montre que c’est nécessaire. Nous espérons que nous n’aurons pas les mêmes problèmes que Gand, Malines, Hofstade… C’est pourquoi nous travaillons avec les associations de quartier. Les jeunes, c’est aussi leur piscine.

Pourquoi la piscine n’est-elle pas posée sur le canal comme on en voit à Berlin, Paris, Vienne, Copenhague…?

C’était l’idée de départ. Mais c’est trop coûteux pour un projet temporaire. Car pour poser un bassin sur le canal, il faut aussi construire son sol. Or, le pont Marchant va être rénové, un parc va être créé: on devra démonter.

Bruxelles a enfin sa piscine en plein air: «À Berlin, il y en a 26»
Vous ne pourrez plonger à Flow qu’en réservant: 25 nageurs seront admis en même temps. ÉdA – Julien RENSONNET

Pourquoi cet endroit?

D’abord, c’est un bon endroit car il se situe dans une zone en forte transformation. Nous voulons que les développements urbains aient une «fonction» publique, et pas uniquement un «espace» public. Bruxelles manque en effet de fonctionnalités. La baignade en fait partie. Cette piscine est donc comme un cheval de Troie. Elle montre que c’est une bonne idée pour implanter du lien social et culturel ici. Ensuite, c’est un endroit méconnu. Il est pourtant à 10 minutes de la Gare du Midi et à peine plus du Palais de Justice. C’est proche et facilement accessible. Nous ne voulons pas gentrifier, comme c’est invariablement le cas des zones en développement. Mais nous ne voulons pas non plus l’extrême inverse.

Pourriez-vous transposer le modèle ailleurs dans Bruxelles?

Le modèle est transposable oui. En théorie. Même s’il y a des éléments de la structure qui sont faits sur mesure pour cet endroit. On pourrait en faire une deuxième. Ou quelque chose de plus permanent. Mais on ne pouvait plus attendre 5 ou 10 ans qu’une situation se débloque.

Cette piscine est comme un cheval de Troie. Elle montre que c’est une bonne idée pour implanter du lien social et culturel ici, dans une zone en développement mais méconnue, pourtant à 10 minutes de la Gare du Midi.

Peut-on espérer se baigner dans le canal un jour?

Le gros problème du canal, c’est la qualité de l’eau. Les orages, les déversoirs, les égouts… En théorie, la baignade est possible. Copenhague l’a fait: on peut nager dans son vieux port. Or, il y a 20 ans, il était aussi sale que notre canal. Les Danois ont dépensé beaucoup d’argent car ils pensent que c’est nécessaire.

Bruxelles a enfin sa piscine en plein air: «À Berlin, il y en a 26»
Des événements culturels compléteront le programme estival de Flow. ÉdA – Julien RENSONNET

Quid des étangs régionaux?

Notre test de 2019 a prouvé que ce n’est pas si facile. Il a mené à la pérennisation d’un étang de baignade à Neerpede, mais il faudra filtrer les eaux, via un système naturel. À Bruxelles en général, l’eau est peu profonde et pas assez propre: il faut donc toujours travailler avec une solution artificielle. L’autre écueil, c’est le danger sur la biodiversité. Ainsi, l’étang du Rouge-Cloître à Auderghem pourrait convenir, mais l’agitation, le bruit, sont un risque pour la faune et la flore. Mais dans l’étang de la Pede, on nageait avec les canards et tout s’est bien passé entre nous.

Combien coûte votre piscine?

C’est difficile à chiffrer. Mais on peut dire 150.000€ de matériaux, 100.000 en préparation, conception, main-d’œuvre de construction, et encore 150.000 pour la gérance. Cette première année sera de toute façon plus chère que les suivantes. Le financement est assuré par la Région flamande, la Région bruxelloise et la VGC, ainsi que par des sponsors. La Commune d’Anderlecht est partenaire aussi, comme Bruxelles Environnement et Bruxelles Mobilité, propriétaire du site.

À Copenhague, on peut nager dans le vieux port. Or, il y a 20 ans, il était aussi sale que notre canal. Les Danois ont dépensé beaucoup d’argent car ils pensent que c’est nécessaire.

Les autorités bruxelloises sont forcément au courant de cette lacune en baignade extérieure. Outre l’étang de Neerpede, un projet de piscine sur le toit des abattoirs est dans les tuyaux. Pourquoi les choses ne s’accélèrent-elles pas?

Les autorités connaissent le problème, oui. Mais il y a toujours un ordre de priorité dans la discussion. Mais une piscine est aussi nécessaire que les logements sociaux.

Si vous ne prenez pas les choses en main…

… il n’y aura rien.

D’où vous vient cette passion pour la baignade?

Je ne suis pas vraiment passionné de natation. C’est le côté social qui me pousse. Je veux un endroit où on peut se rassembler. Dans Pool is Cool, nous venons d’horizons différents. On a tous grandi dans des villes où la baignade est normale. Je suis Allemand. À Berlin, quand il fait chaud, on va à la piscine. Sans se poser de question. Une fois établis à Bruxelles, on s’est rendu compte que ce réflexe n’était pas possible. Notre background d’architectes et d’urbanistes nous pousse à penser la ville.

Bruxelles a enfin sa piscine en plein air: «À Berlin, il y en a 26»
Tout paraît simple lorsqu’on trempe la main dans ce bassin éphémère mais il s’agit de l’aboutissement de plusieurs années de travail et de militantisme. ÉdA – Julien RENSONNET

Berlin, c’est un modèle?

Si on compare Bruxelles à Berlin en fonction du nombre d’habitants, ça serait pas un luxe d’avoir 9 piscines en plein air ici. Berlin en a 26. Vienne encore plus. Paris, avec une culture et une météo similaires à Bruxelles, en compte 9 dans son centre-ville.

Pool is Cool, c’est votre métier?

On peut dire ça oui. Je suis aussi conseiller en baignade publique pour des villes comme Louvain ou Courtrai.


Nos dernières videos