article abonné offert

CHARLEROI

PHOTOS | BaD Festival: un nouvel espace de 25 ares dédié à la streetfood et la fête à Charleroi

C’est une première en Wallonie: un espace extérieur fixe dédié à la streetfood, la culture et la fête. 25.000 mètres carrés de friches industrielles réhabilités pour profiter cet été.

L’univers est industriel, moderne et audacieux. 400 places de parking, vingt containers en provenance directe d’Anvers, des matériaux de chantier et des guirlandes, tout est prêt pour accueillir les amateurs de gastronomie et de culture cet été à Charleroi.

Nathan Lauriola, le Carolo à l’initiative du projet est le propriétaire du Barabouf, un restaurant de sandwichs haut de gamme à Gosselies. «L’idée a germé il y a quelques années déjà, explique le restaurateur. On rêvait de plus grand mais ouvrir un deuxième Barabouf, ça n’avait pas vraiment de sens, alors qu’on manquait vraiment d’un espace «foodcourt» en Wallonie tel qu’on peut en trouver à Bruxelles ou dans d’autres capitales européennes.» Il n’en a pas fallu plus à Nathan, à son frère François et à sa compagne Morgane pour lancer le projet, moins de quatre ans après l’ouverture de leur restaurant.

 

On manquait vraiment d’un foodcourt en Wallonie

 

L’expérience du BaD se veut festive et unique. Jusqu’à dix foodtrucks proposeront de la nourriture internationale à déguster sur place pendant que des DJ’s assureront l’ambiance musicale. Au bar, le collectif organisateur a sélectionné des partenaires de choix pour la vente de boissons, dont une association de brasseurs exclusivement belges.

Pour la culture, des projets sont également en discussion avec la Ville de Charleroi. «L’idée serait de pouvoir inviter des artistes pour participer à la promotion de cette culture locale en ébullition.» Un ancrage carolo bien marqué dans l’ADN du projet qui se joue de tous les préjugés sur «la plus laide ville du monde». «BaD - «mauvais» en anglais - c’est du second degré autour de tout ce qui est reproché à Charleroi. C’est une manière d’affirmer cette identité industrielle forte et trash en modernisant l’histoire du Pays Noir.»

Situé à trois minutes à pied de la gare de Lodelinsart, le site ouvrira ses portes le vendredi 16 juillet et restera ouvert chaque fin de semaine du jeudi soir au dimanche soir.

 

Une charte zéro plastique

Pour s’inscrire dans une volonté écologique, les organisateurs ont établi une charte zéro plastique sur le site. «Tous nos partenaires présents sur le site devront fonctionner sans plastique, explique Nathan Lauriola. C’est déjà le cas pour la plupart d’entre eux, donc c’est génial.»

Du côté du bar, des verres consignés seront disponibles pour les consommations et seront lavés directement sur place. «Faire venir un camion pour emporter tous les gobelets sales et les faire laver en usine avant de les faire revenir sur le site, ça n’a pas vraiment de sens pour nous. C’était important d’intégrer ça dans nos investissements pour pouvoir laver nous-mêmes nos gobelets.»

 


Nos dernières videos