LIÈGE

PHOTOS | Le prince Laurent: «Le nouveau dispensaire liégeois est le plus complémentaire, le plus parfait des cinq sites belges»

PHOTOS | Le prince Laurent: «Le nouveau dispensaire liégeois est le plus complémentaire, le plus parfait des cinq sites belges»

Ce vendredi matin, le prince Laurent a inauguré, en présence de sa fille, la princesse Louise, les nouvelles installations du nouveau dispensaire qui a quitté Seraing, où il était installé depuis 1999, pour intégrer le Carrefour Santé-Social (CaSS) situé sur le site du quartier militaire Saint-Laurent à Liège. EdA Thomas LONGRIE

Le prince Laurent, accompagné de sa fille, la princesse Louise, a inauguré, ce vendredi, le nouveau dispensaire vétérinaire de sa fondation installé sur le site du quartier militaire Saint-Laurent, à Liège.

Il s’est dit «impressionné» en parcourant les cabinets de consultation, la salle de radiographie, les salles d’opération et de réveil du nouveau dispensaire vétérinaire de la Fondation qu’il préside. Ce vendredi matin, le prince Laurent a inauguré, en présence de sa fille, la princesse Louise, les nouvelles installations du nouveau dispensaire qui a quitté Seraing, où il était installé depuis 1999, pour intégrer le Carrefour Santé-Social (CaSS) situé sur le site du quartier militaire Saint-Laurent à Liège.

Réparti sur un espace de 190 m situé au rez-de-chaussée d’une aile adaptée et rénovée par la Province, il vient ainsi compléter le réseau d’associations de la santé et du social qui a été constitué autour des services provinciaux en la matière pour améliorer la prise en charge des personnes éprouvant des difficultés à un moment de leur vie ou se trouvant dans une situation de grande précarité.

En deux mois, quelque 230 animaux, essentiellement des chiens et chats, ont été reçus en consultation et 250 interventions ont été pratiquées.

PHOTOS | Le prince Laurent: «Le nouveau dispensaire liégeois est le plus complémentaire, le plus parfait des cinq sites belges»
«La fréquentation a augmenté fortement depuis que le dispensaire est installé sur ce site», précise Jean-Jacques Van de Berg, administrateur délégué de la Fondation Prince Laurent. EdA Thomas LONGRIE
Arrivé sur place en avance sur l’horaire prévu, le frère du roi s’est montré intéressé par la visite. Il n’a pas tari d’éloges sur ce nouvel endroit où se relaient une quinzaine de vétérinaires de la faculté de médecine vétérinaire de l’Uliège, assistés par des étudiants en dernière année.

En deux mois, quelque 230 animaux, essentiellement des chiens et chats, ont été reçus en consultation et 250 interventions ont été pratiquées sur le nouveau site liégeois. D’autre part, 70 vaccinations et 36 identifications y ont été pratiquées. Pas moins de 120 nouveaux bénéficiaires s’y sont inscrits. «Ces chiffres démontrent que des initiatives telles que le Carrefour Santé-Social et le dispensaire vétérinaire répondent à un besoin de la population précarisée et sont malheureusement plus que jamais indispensables», précise Katty Firquet, députée provinciale en charge de la santé.

«La fréquentation a augmenté fortement depuis que le dispensaire est installé sur ce site», précise Jean-Jacques Van de Berg, administrateur délégué de la Fondation Prince Laurent. «Si c’est une bonne chose de pouvoir aider plus de personnes défavorisées, on ne peut que regretter que leur nombre augmente.»

C’est un endroit unique, où les personnes peuvent venir faire soigner leur animal de compagnie presque gratuitement, pour cinq euros d’inscription par an.

Le dispensaire vétérinaire liégeois, le prince Laurent le voit comme étant «le plus complémentaire, le plus parfait» des cinq dispensaires en Belgique de la fondation qu’il préside, «même s’ils ne se font pas concurrence». «Ici, on est vraiment à l’apogée de ce qu’on fait de mieux dans le cadre des dispensaires», souligne le frère du roi. «C’est un endroit unique, où les personnes peuvent venir faire soigner leur animal de compagnie presque gratuitement, pour cinq euros d’inscription par an, parce que nous ne pouvons pas prodiguer des soins totalement gratuitement.»

L’ouverture d’un dispensaire vétérinaire est extrêmement importante, d’autant que souvent, «l’animal constitue un soutien fidèle et inconditionnel pour des personnes seules, malades ou handicapées», conclut Katty Firquet.


Nos dernières videos