FRANCE

L’enquête pour «viols» contre Patrick Poivre d’Arvor classée sans suite

L’enquête pour «viols» contre Patrick Poivre d’Arvor classée sans suite

Huit femmes avaient déposé plainte contre Patrick Poivre d’Arvor, l’ex-star du 20 heures de TF1. AFP

L’enquête préliminaire pour «viols» visant PPDA a été classée sans suite. Selon la procureure, les agressions ne sont «pas suffisamment caractérisées» ou «prescrites».

Ce sont nos confrères du Parisien qui révèlent l’information. Après 5 mois d’investigations, le parquet de Nanterre a refermé ce vendredi l’enquête préliminaire visant Patrick Poivre d’Arvor sans aucune poursuite.

Au total, huit femmes au total avaient déposé plainte pour «viols», «agressions sexuelles» ou «harcèlement sexuel» contre l’ancienne gloire du journal de 20 heures de TF1.

Toutefois, la procureure de la République de Nanterre a décidé de clôturer l’enquête sans lancer de poursuites judiciaires. Les huit plaintes ont toutes été classées sans suite pour deux motifs: la plainte de l’écrivaine Florence Porcel serait «insuffisamment caractérisée» et les sept autres seraient «prescrites».

Malgré les plaintes et témoignages, PPDA a toujours nié

L’affaire avait éclaté après le dépôt de plainte le 15 février de l’écrivaine Florence Porcel, qui reproche au célèbre journaliste et romancier, aujourd’hui âgé de 73 ans, de lui avoir imposé un rapport sexuel en 2004 et une fellation en 2009.

Depuis, de «multiples auditions», notamment de témoins éventuels des faits dénoncés, ou encore des personnes faisant partie de l’environnement professionnel de Patrick Poivre d’Arvor et de Mme Porcel, ont été menées sans dépôt de plainte supplémentaire, avait indiqué mi-mars une autre source proche du dossier.

De son côté, le journal Le Monde a recueilli une dizaine de témoignages, mis en ligne le 15 mars, faisant état d’«abus de position dominante» de la part de Patrick Poivre d’Arvor au fil des années.

Fin mars, ce dernier, qui a toujours nié avoir imposé un rapport sexuel à Mme Porcel ou à toute autre femme, a déposé plainte pour «dénonciation calomnieuse» contre son accusatrice.

En mai dernier, PPDA avait été entendu en audition libre par la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire parisienne.

Nos dernières videos