CHALLENGE DELHALLE

Cédric Léonard a bien rebondi après sa chute

Cédric Léonard a bien rebondi après sa chute

Un an et demi d’entraînement et déjà tout proche du podium au Delhalle. Pierre Baar

Après une lourde chute, Cédric Léonard a délaissé le cyclisme pour la course à pied. Samedi, il a fini 4e des Forges.

Si le trio (Navet – Cambrai – Semes) qui a bouclé aux avant-postes les 19,9 km des Forges de la forêt d’Anlier samedi, à Habay, a déjà souvent fait parler de lui dans les courses sur route, le quatrième du classement général, en revanche, fait figure de novice, ou presque, dans ce même contexte. Cédric Léonard, Sibrétois âgé de 34 ans, ne s’adonne, en effet, régulièrement à la course à pied que depuis la fin de l’année 2019. Et n’avait pas encore décroché, avant le week-end passé, de résultat véritablement significatif si l’on excepte deux courses en région liégeoise: un semi-marathon en 1 h 17 et 15 km en 53’11.

Cette révélation sur le tard s’explique en un mot: le vélo. Un sport qu’il a pratiqué durant cinq ans, sous les couleurs du VC Longchamps. Jusqu’en 2019 et une chute à Léglise, lors d’un sprint massif à l’Arden Challenge, qui lui a occasionné une fracture d’une vertèbre cervicale. «Un autre coureur est tombé devant moi, je n’ai pu l’éviter, rembobine cet employé de Proximus à Libramont. Nous nous sommes retrouvés à une petite dizaine au sol; j’ai été à l’arrêt sept ou huit semaines.»

Une chute qui était manifestement celle de trop. «Cela m’a fait réfléchir, ajoute-t-il. À 34 ans, est-ce que je devais encore mettre ma santé en danger ainsi que mon boulot? J’ai préféré changer de registre.»

Certes, il roule encore à vélo, une ou deux fois par semaine, mais uniquement pour des sorties d’entraînement. Son dada désormais, c’est le jogging. «J’en faisais déjà un peu avant, enchaîne-t-il. Mais dès lors que j’arrêtais de rouler, il me fallait autre chose parce que j’avais gardé en moi cette envie de compétition.»

Trois, quatre, puis cinq fois par semaine: il s’est mis à accumuler les kilomètres. Seul, puis avec Jérôme Cambrai, deuxième du Delhalle samedi. «C’est un ami commun qui nous a mis en contact, dit-il. Depuis, on s’exerce ensemble et je vais d’ailleurs m’affilier au club d’athlétisme de Bertrix, dont il fait partie. Même si j’aime beaucoup les courses sur route ou chemins forestiers, j’ai envie de me tester sur piste aussi. Sur 3 000, 5 000 ou 10 000. Pas moins parce que je ne suis pas assez rapide.»

«J’aurais dû commencer le sport plus tôt»

En matière d’endurance en revanche, il a quelques arguments, et une progression plutôt remarquable, à faire valoir. Samedi, à Habay, il n’a manqué le podium que pour 22 secondes. «J’aime toujours le vélo, mais je n’étais pas assez bon pour gagner des courses et j’ai le sentiment que mes sensations sont meilleures en course à pied, commente-t-il. Avant de m’y mettre sérieusement, je courais 10 km en 36 ou 37 minutes parce que je pouvais déjà m’appuyer sur une bonne condition physique, acquise grâce au vélo. On a refait un test au début de cette année et j’ai bouclé la même distance en 34’17.»

Un chrono qui, à 34 ans, doit lui faire regretter un peu de ne pas s’être lancé dans la course au pied plus tôt. «En fait, j’aurais dû commencer le sport plus tôt, conclut-il. Plus jeune, j’en faisais un peu, mais je n’étais pas spécialement intéressé par la compétition. Ce n’est venu qu’ensuite.»

Mais puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire…


Nos dernières videos