EURO 2020

Vanaken déçu de son temps de jeu: «Évidemment que j’aimerais jouer»

Vanaken déçu de son temps de jeu: «Évidemment que j’aimerais jouer»

- BELGA

Après avoir dû regarder les deux premiers matches en tribunes, Hans Vanaken est monté dans les arrêts de jeu contre la Finlande lundi lors du dernier match des Diables Rouges dans le groupe B de l’Euro.

«C’est difficile de déterminer quel sera mon rôle pour la suite du tournoi», a détaillé le Brugeois. «Beaucoup de joueurs peuvent jouer. Personnellement, j’espère être dans les 23 (sur la feuille de match, ndlr) et obtenir le plus de temps de jeu. Évidemment que j’aimerais jouer mais c’est pareil pour tous les membres du groupe», a lancé le double Soulier d’Or.

«Ce n’est pas agréable mais le sélectionneur n’a pas la tâche facile. Il m’a expliqué pourquoi il m’envoyait en tribunes contre la Russie. C’était un choix tactique, il voulait pouvoir disposer de joueurs offensifs capables d’ouvrir une rencontre. Ce n’est pas parce qu’il est mécontent de mes prestations à l’entraînement», a ajouté Vanaken, qui a réaffirmé son plaisir de faire partie de ce «groupe exceptionnel».

«Je suis très content d’être là, je profite de chaque moment. L’ambiance est excellente, je me sens comme à la maison. Le niveau à l’entraînement est tellement haut ici. C’est quelque chose dont je pourrais profiter lors de mon retour à Bruges», a affirmé le milieu de terrain de 28 ans.

Vanaken est le seul joueur de champ à évoluer dans le championnat belge. Pour lui, ce n’est pas spécialement un problème. «Je ne dois pas aller à l’étranger pour prouver au sélectionneur que je peux jouer avec l’équipe nationale. Avec Bruges, nous jouons le titre et la Ligue des Champions chaque saison. Je peux aussi montrer mes qualités à Bruges, où je me sens très bien. Pour l’étranger, il s’agit aussi et surtout de recevoir le bon projet au bon moment. J’y réfléchirai à ce moment-là», a expliqué le joueur qui aura 29 ans cet été. «Vu mon âge, je ne vais plus utiliser cette expérience à l’étranger comme un tremplin.»

Impressionné par la capacité des joueurs comme Axel Witsel, Romelu Lukaku, Eden Hazard et Kevin De Bruyne à se concentrer à l’entraînement puis se détendre, Vanaken a aussi évoqué l’absence d’une journée des familles, interdite par l’UEFA. «Ce n’est pas agréable, nous sommes absents depuis trois semaines. C’est normal de souhaiter voir ses proches. Personnellement, j’ai l’avantage de jouer en Belgique et de voir ma famille toute l’année. C’est un peu différent pour ceux qui jouent à l’étranger.»

Le Brugeois a terminé son passage devant la presse par une touche d’humour. Longtemps debout au bord du terrain avant d’entrer au jeu contre la Finlande, Vanaken a profité de l’intrusion d’une streakeuse pour monter sur la pelouse du Stade Krestovski. «Je dois la remercier car j’étais prêt depuis cinq minutes. La rencontre était jouée, c’était normal de voir les gars faire tourner le ballon. Grâce à elle j’ai pu bénéficier de quelques minutes.»

L’équipe nationale se rendra à Séville samedi pour disputer, le lendemain, son huitième de finale. L’adversaire des Belges sera connu ce mercredi soir à l’issue de la phase de groupes.

Nos dernières videos