VIDÉO | IPES Léon Hurez: notre petit jardin féminin

Des élèves de l’IPES Léon Hurez à La Louvière récoltent des protections hygiéniques pour les filles de l’école et pour des femmes précarisées.

«Les actes sont plus éloquents que des paroles! Aidez-nous à récolter des serviettes hygiéniques et des tampons pour les mettre à la disposition des personnes en difficulté!» L’affiche accroche le regard dès l’entrée de l’école. Cassandra, Vivoire, Tia, Aurore, Sabrine, Sorenza, Alessio et les autres élèves de 4e année, de l’Institut provincial d’enseignement secondaire (IPES) Léon Hurez à La Louvière, se sont mobilisés cette année dans le cadre de l’opération Générations solidaires. Leur objectif était clair: «aider les personnes dans le besoin», explique Cassandra.

Mais qui soutenir, comment et par quels moyens? Les élèves ont d’abord travaillé en sous-groupes dans le cadre de leurs cours de technique sociale et d’animation, encadrés par leur enseignante, Christina Mattina. Plusieurs ont défini des actions vers les personnes sans-abri. Vivoire et Cassandra notamment ont décidé de plancher sur les besoins des femmes vivant dans la précarité. La récolte des serviettes hygiéniques s’est imposée comme une évidence.

Des partenariats multiples

En confrontant leurs idées aux besoins réels du terrain, les jeunes ont pris contact avec le Relais social urbain de La Louvière. «Nous leur avons demandé comment être utiles en tant que bénévoles dans les associations et ce qui leur manquait», explique Aurore.

Le Relais social a relayé le message vers plusieurs associations de La Louvière. Le centre d’accueil de jour LÉtape de Picardie Laïque et le dispensaire du Relais Santé (CPAS) leur ont suggéré de récolter des vêtements et des sous-vêtements neufs. La maison d’accueil L’Abri a souhaité des jeux de société.

En discutant avec les éducatrices et l’assistante sociale de l’IPES, les élèves se sont rendu compte que leurs actions seraient aussi très utiles au sein de l’école. «Certaines filles de l’école ont vraiment des difficultés financières pour acheter des protections hygiéniques, explique une des adolescentes. Nous avons imaginé un système de distributeur de serviettes hygiéniques et de tampons qui sera placé dans les toilettes de l’école avec ce que nous allons récolter.»

Les élèves se sont accrochés pour concrétiser leur projet malgré l’enseignement à distance et la fermeture de leur classe pour cause de quarantaine. Leur enseignante a pu confectionner une boîte à dons avec des élèves de 3e année.

Plusieurs rendez-vous sont fixés pour poursuivre la dynamique dès septembre, en rencontrant notamment une coordinatrice de Bruzelle, une association qui lutte contre la précarité menstruelle et qui cherche encore des points de relais pour ses récoltes, en Wallonie.

Des dons à déposer à l’école

«Notre école est très engagée dans le développement durable et dans la lutte contre la pauvreté, explique Christina Mattina, enseignante en technique éducative. Je suis fière de mes élèves. Nous espérons pouvoir avancer davantage et donner de l’ampleur au projet!»

Les dons peuvent être déposés à l’Institut provincial d’enseignement secondaire (IPES) Léon Hurez à La Louvière jusque fin juin et dès le début du mois de septembre: serviettes hygiéniques, tampons, vêtements en bon état pour hommes, sous-vêtements hommes et femmes neufs, sacs à dos de taille moyenne, jeux de société complets. Ils seront dispatchés au sein de l’école et aux associations de La Louvière.

IPES Leon Hurez – IPESLH – La Louvière Etudier en Hainaut


Nos dernières videos