École communale d’Agimont: «L’armoire propice aux dons»

À Agimont, les élèves de l’école primaire vont aménager une «armoire solidaire» dans le verger voisin pour encourager les échanges.

«Notre verger est fréquenté par les habitants depuis que nous avons installé les potagers, ce qui n’était pas le cas auparavant, explique d’emblée Stéphanie Bonhivers. Nous souhaitons que ces échanges et rencontres se multiplient avec l’installation de nos boîtes à lire cet été et l’installation d’une armoire solidaire l’année scolaire prochaine. Chaque projet mené par mes élèves s’ajoute aux précédents. Ils sont conçus pour durer des années.»

Cette enseignante passionnée de l’école communale d’Agimont (Hastière) sensibilise ses élèves au recyclage et à la gratuité. Les points de collecte pour les piles usagées, les bouchons, les cartouches d’encre installés en classe mais aussi la participation aux collectes de vélos et de jouets organisés par le BEP dans les déchetteries permettent aux enfants de prendre soin de l’environnement.

Il y a deux ans, l’institutrice a obtenu de la Commune l’autorisation d’aménager le verger derrière l’école. Les enfants ont installé des carrés potagers, une citerne et un compost. «Nous avons demandé des plants aux habitants et avons reçu énormément de dons. Le verger est maintenant entretenu avec les habitants qui prennent le relais aussi l’été, lorsque l’école est fermée.»

Sensibiliser à la gratuité!

Cette année, Stéphanie Bonhivers a proposé à ses élèves de 5e et 6e primaires d’aménager des boîtes à lire en récupérant d’anciennes grandes boîtes aux lettres. Une artiste mandatée par le Centre culturel a organisé des ateliers créatifs en classe pour customiser les boîtes, sur le thème du cycle de la vie. Les boîtes à lire seront installées dans le verger d’ici septembre.

D’ici là, Madame Stéphanie planche sur un nouveau projet: une armoire solidaire installée dans le verger pour faciliter les dons. Le principe: chacun pourra apporter et se servir. L’armoire contiendra des objets divers (non alimentaires) déposés par les élèves et les habitants: fournitures scolaires, vaisselle, jeux, petites décorations…

«L’armoire solidaire sera un nouveau moyen d’échange et de réemploi, précise Stéphanie Bonhivers. Nous voulons préconiser le réemploi plutôt que la poubelle. Et faire prendre conscience que le réemploi est important dans un monde de surconsommation.»

L’école peut s’appuyer sur le soutien logistique de la Commune et du Centre culturel d’Hastière.

Les enfants seront acteurs du début à la fin, de la conception de l’armoire à la diffusion de la récolte d’objets en passant par la construction.

«Je verrai ce que proposent mes élèves en septembre. C’est incroyable toutes les idées que les enfants peuvent inventer!» Cette pédagogie par projet suscite beaucoup d’enthousiasme, notamment de la part des élèves moins «scolaires»: «J’adore mon métier mais il n’est pas question d’enseigner sans but. Cet apprentissage fonctionnel par du concret parle à chacun et permet de valoriser les compétences et les qualités de chaque enfant.»

Un projet transposable ailleurs

L’école disposera de l’aide d’un menuisier. Il reste à trouver les matériaux pour construire l’armoire. «Pour moi, c’est un vrai projet solidaire qui crée du lien. Dans notre monde actuel, quoi de mieux que de penser aux autres, tout en pensant à son environnement. Mis à part le besoin d’argent pour les matériaux, il n’est pas compliqué à mettre en place et peut rassembler un grand nombre de personnes autour d’un même projet. Il est donc, pour moi, facilement transposable même en dehors du milieu scolaire. Enfin, notre projet d’établissement engagé pour trois ans prône le respect de l’environnement et le développement d’une citoyenneté responsable. Ce projet est complètement en accord avec ces objectifs», conclut Stéphanie Bonhivers.

ecolehastiere.be


Nos dernières videos