VIDÉO | Hébergement Collectif, Humain et Chaleureux de Walhain : un lieu de répit pour les jeunes en exil

Des bénévoles proposent un hébergement collectif, humain et chaleureux à des jeunes migrants, dans le village de Nil-Saint-Vincent.

Quels seront les lauréats de Générations solidaires ?

Cette semaine, vous allez découvrir les 10 associations nominées dans le cadre de l’opération Générations solidaires, initiée par L’Avenir, en collaboration avec la Fondation Roi Baudouin. Il s’agit de mettre en lumière des citoyens qui mettent en place des projets solidaires, inspirants et exemplaires !

Ces 10 associations ont participé à la 5e édition de notre appel à projets qui a connu une magnifique participation avec 134 dossiers de candidature reçus.

Le jury indépendant mis en place avec la Fondation Roi Baudouin a désigné les 10 nominés et les 5 écoles. Ceux-ci seront mis à l’honneur lors de la remise des prix le 24 juin à Namur. Les 3 associations lauréates (parmi les 10 nominés) et les 5 écoles recevront leurs prix. Découvrez ces 15 projets citoyens dans le supplément rédactionnel consacré à Générations solidaires, ce jeudi 24 juin dans L’Avenir.

www.generations-solidaires.be

«Cela fait du bien de savoir que nous sommes aussi nombreux à nous mobiliser pour partager les mêmes valeurs de solidarité», sourit Valérie De Heyn. Un soir de juin, l’équipe de bénévoles du HC de Walhain nous fixe rendez-vous à la salle où sont logés des jeunes migrants le week-end.

En trois ans, le HC de Walhain a largement concrétisé sa «devise» afin de proposer un «hébergement collectif, humain et chaleureux». Nabil Azer-Nessim, Égyptien établi depuis 47 ans en Belgique, actif au sein de la fabrique d’église de Walhain, a lancé ce mouvement d’accueil humanitaire. Il a été rejoint par Jacqueline de Maegd, Valérie De Heyn, Sophie Dekeyser, Juliette Blanchart, Lucie Pétillon Jean-Paul Blondeel et d’autres solidaires du Brabant wallon, heureux de nous raconter leur expérience.

Depuis octobre 2018, le HC de Walhain accueille des migrants et leur offre le gîte, le couvert, une douche et de la chaleur humaine. Cet accueil était articulé autour d’une soirée. En mars 2020, cet hébergement a quitté la cure pour une salle communale le temps d’un confinement strict de deux mois. Depuis lors, six à huit jeunes Soudanais âgés de 16 à 25 ans sont hébergés chaque week-end.

Avec l’aide précieuse de la Commune

Les transports entre la gare et la salle communale, la récolte de dons alimentaires, de vêtements de rechange mais aussi les lessives sont organisés par les bénévoles, impliqués notamment au sein du réseau Commune hospitalière. La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés leur offre un cadre d’action clair, des conseils précieux et un accès au vestiaire solidaire de Louvain-la-Neuve.

Aux côtés de l’équipe de première ligne en contact avec les jeunes hébergés, 60 à 70 bénévoles aident ponctuellement pour des transports, des récoltes d’invendus alimentaires…

L’excellente collaboration avec la Commune de Walhain facilite le dispositif. Celle-ci a mis à disposition la salle et prend en charge les frais d’électricité, de chauffage et d’eau. Plusieurs élus politiques dont la présidente du CPAS s’impliquent aussi en faisant des lessives et en apportant de la nourriture.

 

C’est très important de rester attentifs et mobilisés pour les autres.

 

Ce brassage de réseaux facilite les rencontres entre les habitants du village et des alentours. «Avant le Covid, j’emmenais les jeunes et mes enfants jouer au foot sur l’agora. Les jeunes du village les ont toujours bien accueillis», raconte Sophie Dekeyser. Quant à Chiara (15 ans) et Nell (12 ans), elles espèrent pouvoir de nouveau bientôt discuter avec les jeunes hébergés: «On dépasse la barrière de la langue en jouant au kicker. Les invités nous montrent les photos de leur famille, nous font écouter de la musique…» Et Jean-Paul Blondeel de conclure: «C’est très important de ne pas rester chacun dans nos maisons, derrières nos haies, mais de rester attentifs et mobilisés pour les autres quel que soit le projet solidaire, d’ailleurs!»

 

Besoin de chaussures de marche et de téléphones

Comme dans toutes les structures d’aide aux personnes fragilisées et sans toit, les besoins sont importants: chaussures de marche imperméables, sacs à dos de taille moyenne, vêtements adaptés pour des jeunes hommes, sacs de couchage… Les dons de viande sont aussi très appréciés.

Enfin, le groupe local est toujours preneur de téléphones portables et de chargeurs pour que les jeunes puissent maintenir le lien avec leurs familles au pays. «Mon fils Diego a d’ailleurs organisé une récolte de téléphones dans son école à Mont-Saint-Guibert», explique Jacqueline De Maegd, une des chevilles ouvrières de l’hébergement collectif de Walhain.

jac.demaegd@gmail.com


Nos dernières videos