EURO 2020

«Le taulier Verratti», «l’amour du maillot retrouvé», «possible vainqueur de l’Euro»: l’Italie a impressionné l’Europe après sa phase de groupe

Une chose est certaine, il faudra compter sur l’Italie dans cet Euro. Bien costaud celui qui parviendra à bousculer cette équipe solide de bout en bout.

Pour les derniers suiveurs qui en doutaient encore, l’Italie a bien un visage de favori. Après une nouvelle victoire acquise sans encaisser de but contre les Gallois, la Squadra Azzura enchaîne. Et épate toute l’Europe. «L’Italie peut rouler des mécaniques après sa victoire sur le pays de Galles 1-0 au Stadio Olimpico de Rome et son impeccable qualification pour les huitièmes», écrit le Parisien. «Invaincus depuis 30 matchs et 30 buts inscrits contre zéro encaissé lors de leurs dix dernières sorties, les Italiens avancent sereinement» pointent également le journal de la capitale.

Comme toute le monde, l’Équipe n’a pas été insensible au retour tonitruant de Verratti. Avec 7 sur 10, il est l’Italien qui a obtenu la meilleure cote. «Pour son retour et ses débuts à l’Euro deux mois et demi après sa blessure au genou, Marco Verratti s’est montré à son aise. Positionné à gauche d’un milieu à trois aux côtés de Jorginho et Pessina, le joueur du PSG a été omniprésent dans l’entrejeu italien avec peu de déchet dans son jeu. Il a aussi frappé à deux reprises, avant d’être décisif en provoquant le coup franc qui a amené le but et en délivrant une passe à Pessina, buteur. Le joueur de 28 ans a disputé l’intégralité de la rencontre, de bon augure pour les huitièmes de finale.»

Pour Eurosport, Verratti a fait un «retour de taulier». «De retour dans le onze titulaire face au pays de Galles (1-0), Marco Verratti a signé un match plein de promesses, récompensé d’une passe décisive. Omniprésent et d’une fluidité technique précieuse, le Parisien a rassuré sur son niveau et peut prétendre à nouveau à une place de titulaire pour la suite de la compétition. Son sélectionneur Roberto Mancini a désormais l’embarras du choix.»

Au pays justement, Mancini est littéralement adoubé après ce premier tour tout simplement parfait. «Applaudissements pour tout le monde: que ce soit le Pays de Galles, à l’Italie et à Mancini. Commençons par Roberto: il a égalé le record de Vittorio Pozzo, l’entraîneur historique des titres de 1934 et 1938. Mancini a du mérite. Il a écrit un scénario parfait pour cette Italie dans cette phase de groupe. En impliquant tout le monde dans le groupe et en leur procurant l’amour du maillot bleu italien. On sent que cette équipe est devenue très mature» écrit Ranieri dans les pages de la Gazzetta dello Sport.

Pour le Corriere dello Sport, les hommes peuvent changer mais cette équipe reste une machine. «Les noms sur le terrain changent, pas le fond. Mancini a révolutionné l’équipe qui avait enchanté tout le monde depuis le début de l’Euro. Mais malgré ces changements, personne ne s’est aperçu de quoi que ce soit.» Pour le journal, la Squadra Azzura peut voir venir sereinement le tour prochain. «En huitièmes de finale, Mancini jouera probablement l’Autriche ou l’Ukraine samedi prochain à Londres. Avec une Italie comme celle-ci, il est interdit d’avoir peur.»

Sur l’île britannique aussi, on a été impressionné par les Italiens qui «renforcent sa réputation de possible vainqueur de l’Euro». «Les Azzurri ont pris d’assaut ce tournoi. Et dimanche, ils ont montré qu’ils avaient la profondeur nécessaire pour aller tranquillement vers les huitièmes de finale. (...) Avec 30 rencontres sans défaite, les Italiens ont fait le plein de confiance. Une chose est certaine: ils ne craindront rien ni personne. Partout sur le terrain, les options affluent. La tâche la plus délicate pour Roberto Mancini pourrait finalement de réduire son incroyable groupe à onze joueurs.»

Pour le Sun, «une défaite 1-0 contre un adversaire aussi fort est la meilleure défaite que les Dragons pouvaient espérer.» Ils s’inquiètent également pour Gareth Bale qui a manqué une occasion pourtant facile en première période. «Pendant ce temps, Bale n’a pas marqué lors de ses 14 derniers matches pour son pays et doit se demander d’où viendra le prochain but» pointe le Tabloïd.

L’Italie fait peur, c’est une certitude. Et elle a clairement le droit de rêver après une phase de poule aussi aboutie. Les prétendants sont prévenus, la Squadra est bel et bien retour au sommet de l’Europe.

Nos dernières videos