BELGIQUE

VIDÉOS | Effondrement d’un bâtiment à Anvers: le bilan s’alourdit, le roi s’est rendu sur le site

Au lendemain de l’effondrement mortel d’un bâtiment scolaire à Anvers, le roi Philippe s’est rendu sur les lieux du drame pour être briefé de l’avancée des recherches. Une cinquième victime a été sortie des décombres ce samedi soir.

Le corps d’une quatrième et d’une cinquième victime ont été sorti, samedi, des décombres du bâtiment scolaire qui s’est effondré la veille à Anvers, ont indiqué en fin d’après-midi la police et les pompiers.

Le service d’identification des victimes de catastrophes (DVI) de la police fédérale indiquera au plus vite s’il s’agit bien des deux personnes portées disparues ou de passants dont on ignorait la présence.

Si ce sont bien les deux hommes encore recherchés, les opérations de sauvetage seront terminées et le site sera sécurisé contre les orages annoncés pour cette nuit. Ensuite, l’entrepreneur devra déblayer le reste des décombres.

Entre-temps, l’identité de la troisième victime retrouvée samedi matin a été confirmée: il s’agit d’un homme portugais.

Le bilan s’élève à cinq décès et neuf blessés, dans un état stable.

Le roi présent sur le site, Bart De Wever très touché

Le roi Philippe s’est rendu samedi, en présence du Premier ministre Alexander De Croo, de la gouverneure de la province d’Anvers Cathy Berx, de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden et du bourgmestre d’Anvers Bart De Wever, sur les lieux de l’effondrement d’un bâtiment scolaire survenu vendredi dans le quartier Nieuw Zuid d’Anvers. Le souverain a été informé de l’avancée des recherches.

-

Il a d’abord été briefé techniquement par le commandant des pompiers d’Anvers, Bert Brugghemans, sur les opérations de sauvetage toujours en cours. Il s’est ensuite entretenu avec plusieurs sauveteurs à l’action ce samedi. Il y avait notamment des pompiers, des policiers, des membres de la protection civile, de la DVI (Disaster Victim Identification) et de la Croix-Rouge flamande. Des chiens ont aussi été mis au travail cette nuit, mais ne se trouvaient plus sur place en journée.

Le bourgmestre d’Anvers s’est dit très touché par ce qu’il s’est passé. «Normalement, c’est la salle de sport d’une école, elle est remplie d’enfants. Je n’ose pas imaginer si cela avait été le cas.» La gouverneure Berx a, elle, rappelé que «les personnes qui ont perdu la vie étaient elles-mêmes encore jeunes et travaillaient à bâtir l’avenir de nos enfants». Tous ont souligné le professionnalisme des services de secours, dont la rapidité a permis de sauver des vies.

Nos dernières videos