article abonné offert

HANNUT

À vélo à Paris pour les enfants malades

À vélo à Paris pour les enfants malades

Hugo, Ethan et Sam partiront avec le minimum, dont leur itinéraire sur leurs smartphones. EDA

Ce samedi, Hugo Lambertz, Ethan Pulinx et Sam Tourneur quitteront Hannut pour espérer arriver sous la Tour Eiffel mardi matin. Sur leur VTT et au profit de l’association Make-A-Wish. Rencontre.

Ils s’appellent Hugo, Ethan et Sam. Ils ont 16 et 17 ans. Et la fougue et l’insouciance de la jeunesse qui vont avec. Celles qui font penser que tout est possible. Leur défi, ils y croient en tout cas très fort. Même s’ils l’ont décidé un peu «à l’arrache», même s’ils ont tout organisé en seulement quelques jours, même si c’est la première fois qu’ils se lancent ensemble dans une telle aventure. Ce samedi matin, en tout cas, ils enfourcheront leurs vélos (des VTT, ce qui ne leur facilitera pas la tâche!) devant le collège de Hannut, où étudie Hugo, pour rallier… Paris, où ils comptent arriver mardi dans la matinée, sous la Tour Eiffel. Un périple d’environ 350 km qu’ils effectueront au profit de l’association Make-A-Wish, qui réalise les rêves d’enfants malades.

Mais qui a eu cette idée folle? Et pourquoi Paris? «On se connaît des scouts, du rugby, explique Sam Tourneur, Hannutois de 17 ans. On fait souvent des fêtes et du sport ensemble. L’autre jour, je roulais avec Hugo (Lambertz, 17 ans, aussi de Hannut) et on s’est dit qu’on devrait une fois partir plus loin. On a pensé à Paris parce que Hugo et moi, on n’a jamais vu la Tour Eiffel. En rentrant, on a appelé Ethan et il a tout de suite été “chaud”. Puis on s’est dit que, tant qu’à faire, on n’avait qu’à faire ce défi pour une association…»

En quelques heures à peine, Ethan avait tracé un itinéraire en quatre étapes et booké trois campings sur le tracé (Cerfontaine, Guise et Compiègne). Il y a trois jours, le trio lançait aussi une page Facebook, «400 km pour exaucer des vœux», validée par l’association belge, pour se faire parrainer. Il a aussi fallu rassurer les parents. «Les miens pensaient à une blague, sourit Sam. Mais maintenant, même s’ils sont un peu stressés, ils sont fiers.»«Les miens étaient un peu énervés qu’on organise ça en dernière minute!», enchérit Hugo.

Leur crainte? La météo…

Sac, tente et un peu de matériel de secours pour leurs vélos sur le dos, ils s’apprêtent donc à parcourir quatre étapes de plusieurs dizaines de kilomètres chacune. «Normalement, il y a 320 km si on ne se trompe pas, détaille Ethan Pulinx, Bertréen de 16 ans. Mais il faudra qu’on roule un peu plus pour rejoindre les campings et se trouver à manger donc on table plutôt sur 350-400 km en tout.»

Une fois arrivés sous la Tour Eiffel, ils la visiteront, se promèneront un peu dans la ville et s’offriront probablement un petit resto pour fêter tout ça. Puis le papa de Sam viendra les récupérer en fin de journée.

Leur seule crainte? La météo, annoncée orageuse et difficile pour ces prochains jours. «Je crois qu’on a choisi le pire timing!», rigole Hugo. Mais quand on a 16 et 17 ans, on le sait, aucun rêve, aucun défi ne paraît inaccessible.

+ MISE À JOUR 23/06 | Ethan, Sam et Hugo sont arrivés sous la Tour Eiffel


Nos dernières videos