BELGIQUE

Codeco: l’UCM se réjouit de sentir un «parfum de fin de crise», la FEB salue la fin du télétravail obligatoire

Codeco: l’UCM se réjouit de sentir un «parfum de fin de crise», la FEB salue la fin du télétravail obligatoire

L’Union des Classes Moyennes salue les dernières mesures adoptées. Photo News

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) s’est réjouie de la décision du Comité de concertation de ce 18 juin de ne plus rendre le télétravail obligatoire.

«Il est important de rétablir les contacts normaux entre les travailleurs pour créer des liens avec l’entreprise et avec les autres collègues», estime en effet l’organisation patronale.

La FEB dit au passage soutenir «à 100%» l’appel du Premier ministre à se faire vacciner. «Plus il y aura de personnes vaccinées, plus vite nous pourrons combattre la pandémie, ce qui est extrêmement important pour le redémarrage de l’économie», juge-t-elle en effet.

De con côté, l’UCM salue les dernières mesures adoptées vendredi et qui «ont un parfum de fin de crise».

L’organisation de classes moyennes est elle aussi soulagée de la fin du télétravail obligatoire et de l’allègement des règles imposées aux secteurs horeca et de l’événementiel. «Même le monde de la nuit peut espérer, après le 16 juillet, reprendre son activité avec la levée possible des dernières restrictions».

L’UCM estime toutefois que «l’été ne marquera pas la fin des problèmes pour les indépendants et PME» car «beaucoup sont à court de trésorerie et ne savent pas s’ils pourront retrouver un seuil de rentabilité».

L’UCM appelle dès lors les autorités à poursuivre dans les prochains mois les aides comme le droit passerelle de reprise, l’étalement du remboursement des dettes accumulées par les reports de paiement ou la poursuite du gel des procédures de recouvrement pour les administrations fiscales.

Enfin, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) se réjouit lui aussi des assouplissements décidés vendredi et qui profiteront à l’horeca, aux commerces, aux marchés, aux forains... mais n’oublie pas que certains indépendants ne peuvent pas encore reprendre le travail. «Espérons que ce sera bientôt le cas pour eux aussi, comme les propriétaires de boîtes de nuit», conclut le SNI.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos