MOBILITÉ

Dès 2026, un tram sans rail reliera Mons au Borinage

Dès 2026, un tram sans rail reliera Mons au Borinage

Relier Mons à Saint-Ghislain en 25 minutes, c’est l’ambition du Bus à Haut Niveau de Service. BELGA

Les autorités wallonnes et locales ont présenté le projet de Bus à Haut Niveau de Service entre Mons et Boussu. Un projet à 50 millions€ pour transformer la mobilité et le cadre de vie du Borinage.

Le Bus à Haut Niveau de Service entre Mons et le Borinage, c’est un peu le monstre du Loch Ness: on en parle depuis des années, mais on doute qu’on puisse le voir un jour. Jusqu’à ce vendredi, où le ministre-président Elio Di Rupo et le ministre de la Mobilité Philippe Henry, accompagnés de tous les bourgmestres concernés par le projet, ont présenté les plans de la bête qui doit fluidifier la mobilité boraine et rendre l’air moins vicié.

1.C’est quoi un BHNS?

Un Bus à Haut Niveau de Service, c’est un bus circulant sur une infrastructure principalement en site propre, qui a une priorité maximale sur les autres véhicules, qui est plus confortable qu’un bus ordinaire et qui a une fréquence régulière et élevée. C’est un peu comme un tramway, mais sur pneu et qui coute environ deux fois moins cher à mettre en place.

2.Pourquoi un BHNS?

Toute personne qui a un jour emprunté la N51 qui relie Mons à Quiévrain à travers le Borinage a pu se rendre compte de l’engorgement de cet axe routier, où se font 30% des trajets entre Mons et Saint-Ghislain. Les 7 kilomètres séparant Saint-Ghislain de l’entrée de Mons sont un véritable calvaire, particulièrement en heure de pointe.

«C’est un axe majeur, la vitrine de la région de Mons-Borinage, mais qui renvoie une piètre image, concentrant tout une série de difficultés», résume le bourgmestre de Mons Nicolas Martin. Le trafic excessif engendre également bruit, pollution et précarité sur cet axe traversant également Quaregnon.

La mise en place d’un BHNS, dont la fréquence de passage varierait de 5 à 20 minutes suivant le moment de la journée, veut encourager à l’usage des transports publics afin de limiter le nombre de véhicules et de rendre plus fluide le trafic de la N51. Cela permettrait d’améliorer la qualité de l’air, de limiter le bruit, les accidents… et donc d’améliorer le cadre de vie.

Ce BHNS, à l’amplitude horaire large (de 4 h 30 à 23 h 30), doit aussi permettre de mieux desservir des zones plus éloignées. Il sera la colonne vertébrale des TEC à Mons-Borinage. Selon plusieurs études, la mise en œuvre d’un BHNS est pertinente pour des agglomérations entre 100 000 et 300 000 habitants. Mons-Borinage est au milieu de cette fourchette.

3.Où mettre en place un BHNS?

Le BHNS Mons-Borinage sera composé de deux lignes. Celles-ci auront un tronçon commun entre la gare de Mons et le lieu-dit des 4 pavés d’Hornu. À partir de là, une ligne A partira vers la gare de Saint-Ghislain et une B jusqu’à Boussu.

Pour faire circuler ces deux lignes, des travaux devront être effectués sur 7 kilomètres, à partir du rond-point à la jonction de Jemappes et Mons jusqu’aux 4 pavés d’Hornu. Tous les carrefours seront réaménagés ainsi que la voirie sur ce tronçon.

4.Comment mettre en place un BHNS?

Lorsque ce sera possible, des bandes bus seront créées aux carrefours, en amont des arrêts, aux tronçons où la circulation est la plus intense et là où l’espace public le permet.

Et quand ce n’est pas possible et qu’il n’y a pas la place pour une bande supplémentaire? On mettra en place des feux intelligents.

«En amont de ces endroits, des aménagements seront réalisés pour séparer les bus des véhicules légers. La circulation sera régulée par des feux qui détecteront la présence de bus et leur donneront automatiquement la priorité. Le bus ne sera jamais dans un flux de véhicules, c’est lui qui donnera le tempo de la circulation», assure Yves Forbelets, directeur des routes de Mons au SPW.

De quoi permettre un temps de parcours entre Mons et Saint-Ghislain de 25 minutes, même en heure de pointe. On ne fait pas mieux en voiture par cet axe.

5.Pour quand un BHNS?

La consultation avec les riverains concernés et les autorités locales débutera en 2022, pour un début des travaux par phases en 2023.

Parallèlement, le contournement des 4 pavés d’Hornu sera également réalisé. Celui-ci est indispensable pour désengorger Hornu et permettre au BHNS de fonctionner.

Les travaux doivent se terminer en 2026, pour une mise en service la même année. 5 ans, pour un tel projet, c’est court. Mais c’est une obligation pour pouvoir bénéficier des fonds libérés par la Commission européenne pour la relance suite post Covid.

6.Combien ça coute?

Un budget de 50,19 millions€ est prévu. Près de la moitié des fonds provient du Plan de Relance et Résilience (24,9 millions€). Le reste est surtout issu du Plan Infrastructures 2020-2026 (24,4 millions€) et est complété par une enveloppe Feder d’1 million€.


Nos dernières videos