FAITS DIVERS

Une Bastognarde de 70 ans décède suite à une chute lors d'une randonnée en Savoie

Une Bastognarde de 70 ans décède suite à une chute lors d'une randonnée en Savoie

Monique Carrel profitait de sa retraite pour voyager. Facebook

Monique Carrel, une Bastognarde âgée de 70 ans, est décédée suite à une chute lors d’une randonnée en Savoie.

Bastogne s’est réveillé en berne ce vendredi matin en apprenant la disparition de Monique Carrel.

La Bastognarde, âgée de 70 ans, est décédée jeudi, suite à une chute d’une dizaine de mètres lors d’une randonnée en Savoie, a indiqué La Meuse Luxembourg, alors que France 3 Régions avait révélé peu avant l’information en parlant d’une touriste belge. Elle possédait un pied-à-terre dans la région depuis quelques années.

Le média français précise qu’elle évoluait «sur un sentier de montagne, près d’une cascade, dans la commune de La Bridoire dans les moyennes montagnes entre Chambéry et la plaine lyonnaise, avant de tomber dans un canyon». Une personne qui l’accompagnait a donné l’alerte.

Le Groupe montagne des sapeurs pompiers de Savoie est arrivé en premier sur place. Étant grièvement blessée, Monique Carrel a été transportée à l’hôpital d’Annecy.

Les médecins n’ont malheureusement rien pu faire, la Bastognarde est décédée dans l’après-midi.

«La nouvelle a secoué tout le monde»

L’annonce de sa disparition a fait l’effet d’un choc pour plus d’un Bastognard. Encore plus pour ceux qui ont fréquenté l’athénée royal de Bastogne, où elle a effectué toute sa carrière dans le personnel ouvrier jusqu’à sa pension voici 5 ans. «La nouvelle a vraiment secoué tout le monde, reconnaît Nathalie Colignon, préfète de l’établissement. Il y a des figures marquantes, connues de tous chez nous et elle en faisait partie. Puis ses deux filles et ses petits-enfants sont venus chez nous, sa fille Ingrid travaille d’ailleurs ici. C’est une grande perte. Elle était très dévouée, impliquée. Elle donnait aussi un coup de main au niveau administratif, de l’internat ou encore de la cuisine.»

Aider les démunis, un vrai credo pour elle

Une perte à la hauteur de son cœur, immense. C’est que Monique Carrel répondait toujours présente lorsqu’il s’agissait d’aider les autres. «Elle faisait aussi partie de l’association Saint-François, elle distribuait des colis alimentaires, confie la préfète. Elle avait vraiment un grand cœur et était très avenante. Et elle savait prendre les choses en main. On a d’ailleurs fait appel plusieurs fois à elle pour aider des élèves dans le besoin. Elle a, par exemple, beaucoup aidé une jeune de 16 ans mise en autonomie. Elle s’est arrangée pour l’équiper en meubles, etc. Sans oublier qu’elle faisait partie de l’organisation du réveillon solidaire.» Et Florence Colignon de résumer: « C’est simple, elle avait toujours dans l’esprit d’aider les personnes dans le besoin».

La Bastognarde savait aussi profiter de la vie, en passionnée de voyages, auxquels elle s’adonnait plus intensivement depuis sa retraite. Elle se rendait régulièrement en Savoie, où elle avait un pied-à-terre, pour s’adonner, entre autres, à la randonnée, dont elle était une habituée.

Monique Carrel, bonne vivante au grand cœur, va laisser un bien grand vide derrière elle.


Nos dernières videos