article abonné offert

MUSSY

VIDÉO | Avec son deuxième single, «Sail Away», DJ A.R.T, le DJ de Mussy, a tout pour tenir le tube de l’été

VIDÉO | Avec son deuxième single, «Sail Away», DJ A.R.T, le DJ de Mussy, a tout pour tenir le tube de l’été

Avec son côté estival et happy, A.R.T espère que «Sail Away» voguera le plus loin possible SOFTNESS

Arthur Divoy, alias DJ A.R.T, sort son deuxième single ce vendredi. Avec «Sail Away», une vraie réussite, l’artiste de Mussy (21 ans) a tout pour sortir un des tubes de l’été.

Arthur Divoy, votre deuxième single sort ce vendredi. Comment vous sentez-vous?

Les sentiments sont assez marrants. D’un côté, je suis stressé de voir comment ce titre va passer auprès du public. Mais d’un autre côté, je suis aussi très impatient. Il sort plus ou moins un an après mon premier single. J’ai pas mal attendu pour sortir un nouveau titre, mais j’ai voulu bien faire les choses.

«Sail Away» est le nom de votre nouveau single. Objectivement, il est meilleur que le premier?

Qui suis-je pour répondre à cette question? C’est le grand public qui décidera. Moi, je peux juste dire que j’ai travaillé plus longtemps dessus et que j’ai appris de mes erreurs. Objectivement, je dirais que ce titre est plus abouti car j’ai pris de l’expérience en tant qu’artiste. Et j’ai aussi une autre maturité que celle que j’avais voici un an.

Ce titre est dans la continuité du premier ou vous avez décidé de partir dans un registre différent?

Il ressemble au premier tout en étant différent. Je n’ai pas voulu faire une nouvelle version de mon premier titre. Mais j’avais néanmoins l’envie de garder mon identité. On retrouve ma touche dans ce titre. Mais il est peut-être un peu plus rapide et dansant que le premier tout en restant accessible et tout en restant radio-friendly.

Le tube de l’été?

Votre son sent bon l’été. Vous espérez que cela devienne un des tubes de l’été?

Tous les artistes rêvent de cela. Je pense qu’il peut bien passer cet été. Mais pour que cela devienne un hit estival, vous n’avez pas 30 000 solutions, il faut que le single soit bon et qu’il soit diffusé énormément.

Vous avez eu l’occasion de faire écouter votre titre à des proches et à des artistes. Quels étaient les retours?

J’ai eu des retours positifs. J’ai par exemple fait découvrir mon single à Saule ou encore à Henri PFR. Le premier n’est pas du tout dans le monde de l’électro, mais il m’a dit qu’il trouvait que cela sonnait bien. Le deuxième est par contre dans le même univers, mais il était du même avis. Mes proches qui ont entendu le single sont des novices, mais ils ont aussi trouvé que c’était bien. Cela me permet de partir avec un peu de confiance malgré tout.

 

C’est clair que les deux premiers jours, je vais rafraîchir les pages web en continu afin de voir les retours et le nombre de vues

 

Le premier single avait très bien marché. Cela vous met plus de pression pour le deuxième?

Le but, c’est de faire au moins aussi bien. Mais moi, évidemment, j’espère qu’il fera beaucoup mieux. Mais c’est tellement différent de la première fois. Pour la sortie du premier single, je ne m’attendais à rien de précis, j’étais étonné que cela marche autant. Ici, les attentes sont plus grandes, cela amène un peu de pression. C’est clair que les deux premiers jours, je vais rafraîchir les pages web en continu afin de voir les retours et le nombre de vues (rires).

Vous avez décidé de changer de label pour ce deuxième titre?

En effet. Pour le premier titre, j’avais travaillé avec une grosse boîte allemande. Pour celui-ci, je me suis tourné vers un label belge, plus petit, Milk Shake Records. C’est peut-être un peu plus petit, mais cela accompagne l’artiste du début à la fin.

Le single «Sail Away» est disponible sur toutes les plates-formes en ligne depuis ce vendredi à minuit.

 

Un clip de folie avec Martin Charlier

Arthur Divoy a également longuement travaillé sur le clip du titre. «J’appréhendais un peu étant donné les restrictions liées aux mesures sanitaires, dit-il. Mais cela s’est bien passé. J’ai tourné beaucoup en province de Luxembourg. Des scènes ont également été jouées du côté de Mons et de Bruxelles. Le clip est vraiment bien ficelé. Je me suis occupé du scénario de A à Z. Je pense que le clip est vraiment fidèle à mon image et que les gens vont vraiment découvrir le personnage qu’est A.R.T. J’étais déjà content du premier clip, mais là, c’est encore mieux.»

Pour ce clip, Arthur Divoy a pu compter sur quelques invités de prestige. «Dont Martin Charlier, savoure l’intéressé. J’étais vraiment très content de pouvoir compter sur lui. Je ne le connaissais pas, mais il a rapidement accepté et tout s’est vraiment bien déroulé. Vidal est également de la partie. J’ai aussi pu faire tourner quelques amis comme Bastien Clarinval, un DJ de Gedinne par exemple.»

 


Nos dernières videos