HUY

Les colis livrés à vélo électrique

Les colis livrés à vélo électrique

Jessica Paquot, factrice à Huy, circulera désormais via vélo électrique tirant une remorque. Catherine duchateau

Jessica, factrice à Huy, circulera désormais à vélo électrique et équipé d’une remorque pour les colis. Une première pour bpost.

Elle est heureuse, Jessica Paquot. Factrice sur Huy depuis maintenant treize ans, elle aime son boulot. Mais encore plus depuis qu’elle le pratique à vélo. Un vélo pas comme les autres. Déjà, c’est son employeur bpost qui l’a mis à sa disposition. Mais en plus, ce vélo est électrique et… tire une remorque dans laquelle elle entrepose les colis à distribuer. «Bpost a lancé un appel, j’ai postulé et je l’ai eu, explique-t-elle avec un large sourire. Il y avait d’autres candidats mais mes collègues avaient un peu peur de l’inconnu.» Elle pas, par contre. Distribuer les colis au volant d’une camionnette en plein cœur de Huy, ce n’est pas du tout évident. Trouver une place où abandonner son véhicule sans gêner la circulation puis partir les colis sous le bras de porte en porte, c’est fatigant. Pas du tout amusant.

Sauf que là, maintenant, la factrice hutoise a trouvé son bonheur dans ce nouvel engin imaginé par bpost: un vélo-cargo électrique qui permet la livraison des courriers dans le centre-ville, sans que la factrice n’ait à se soucier des terrasses encombrées de la grand-place ou encore des rues trop étroites. Une manière écologique, durable et responsable de travailler et elle aime ça.

Au seuil des maisons

Ce mode de distribution des colis, c’est une première en Wallonie. Huy et sa configuration de centre piétonnier, au cœur du Vieux Huy, s’y prêtaient assurément. «On s’aperçoit qu’en été, il y a de plus en plus de terrasses, de plus en plus de rues encombrées», explique le bourgmestre f.f. Éric Dosogne. Lorsque bpost a proposé à la Ville de Huy de tester, sur un long terme, le vélo-cargo électrique, le bourgmestre n’a pas hésité un seul instant. «Il nous tenait à cœur de faciliter le travail de nos facteurs, explique Laura Cerrada Crespo, porte-parole de bpost. Ici, on peut aller jusqu’au seuil de la maison du client, on ne bloque rien. On cherchait une ville avec un centre-ville petit. On a trouvé avec Huy.» La remorque s’attache et se détache du vélo facilement, elle peut se manipuler seule. «On peut y mettre 140 kilos et elle se manipule avec un seul doigt, assure la porte-parole. Cela donne plus de flexibilité au facteur.» Pas besoin d’être sportif; le vélo est équipé d’un moteur. Il suffit juste de pédaler à son aise.

Avec ce vélo et sa remorque, la factrice Jessica Paquot a dû juste repenser sa façon de travailler et d’appréhender ses tournées. Désormais, le matin, elle charge sa camionnette de tous les colis à distribuer au sein du centre de tri de Villers-le-Bouillet. Elle descend ensuite sur Huy, chez Motor service (un client de bpost qui a accepté d’héberger le vélo) où l’attend son vélo-cargo électrique. Jessica n’a plus qu’à faire «glisser» ses colis de sa camionnette, qu’elle laisse sur place, dans sa remorque et elle «descend» ensuite dans le centre-ville où elle distribue ses colis.

Clairement, la factrice en charge du vélo-cargo électrique n’a pas encore eu beaucoup l’occasion de le tester. Ce vendredi, c’était la deuxième fois qu’elle grimpait sur la selle et qu’elle partait distribuer du courrier. «D’ici dix jours, avec le nouveau Géoroute, je le ferai à temps plein. Je m’en réjouis. Lorsque je ne suis pas sur le vélo, je suis malheureuse.» Un facteur à vélo? Comme dans le passé, somme toute. Même si celui-ci est équipé d’un moteur… «C’est vraiment efficace, note la factrice. C’est confortable aussi.» Et à la laide saison? Lorsqu’elle devra pédaler sous la pluie? «Cela ne me fait pas peur. Le temps, beau comme laid, c’est lié à notre métier. On a bien plus facilement des sinusites et des rhumes à distribuer le courrier en camionnette. En sortant et rentrant dans le véhicule constamment…»

Lorsqu’elle a sorti son vélo-cargo pour la première fois dans les rues de Huy, elle a fait sensation, Jessica. «Les gens sont étonnés, intrigués, positifs. Ils étaient curieux, aussi. Avec certains, je leur faisais tester.»

Testé ailleurs aussi

Ce nouveau mode de distribution du courrier, développé à Huy, permet de réduire le nombre de véhicules dans l’hypercentre. De passer à des modes de transport avec émissions de C02 nulles ou faibles. Ce vélo-cargo, adopté dans le centre de Huy, va être testé à Charleroi, Namur, Gilly, Fleurus, Tournai, Mouscron, Fléron. Il l’est déjà à Bruxelles où une trentaine de vélos-cargos tournent déjà.


Nos dernières videos