BELGIQUE

La ministre de l’Energie en visite chez Elia pendant l’éclipse solaire

La ministre fédérale de l’Énergie Tinne Van der Straeten a rendu visite jeudi au centre de contrôle du gestionnaire du réseau haute tension Elia, à Bruxelles, durant l’éclipse solaire partielle qui s’est produite entre la fin de la matinée et le début de l’après-midi.

Cette éclipse a fait baisser d’environ 15% la production d’électricité solaire en Belgique, selon Elia.

Cela représente tout de même une perte de 500 MW, soit l’équivalent d’un demi-réacteur nucléaire. En Belgique, la capacité de la production d’électricité solaire a en effet fortement augmenté ces dernières années pour atteindre près de 5 GW actuellement.

«Tout ce qui est prévisible», comme une éclipse solaire, «n’est pas un problème. Mais le message est plus encore que ce que nous ne pouvons pas prévoir ne constitue pas non plus un problème, grâce aux opérateurs d’Elia», a souligné la ministre.

Actuellement, 18% de l’énergie consommée en Belgique proviennent de sources renouvelables. Et dans un avenir assez proche, les énergies renouvelables se tailleront la part du lion du mix énergétique. Cela engendrera plus d’incertitudes, car les énergies renouvelables sont intermittentes et la force du vent ou l’ensoleillement, par exemple, ne sont pas toujours faciles à prévoir.

Le recours à l’intelligence artificielle peut aider Elia dans sa gestion de l’équilibre sur le réseau. «La somme de données qui arrive à disposition devient si grande et si complexe que c’est presque impossible pour l’être humain de voir toutes les corrélations», souligne le responsable du Centre de contrôle national d’Elia, Filip Carton.

La technologie est donc appelée à jouer un rôle croissant dans ce domaine. Mais les individus ont également leur carte à jouer, souligne-t-on chez Elia pour qui l’un des plus grands défis sera de convaincre le grand public d’installer chez lui des applications et des compteurs électriques dits «intelligents».

Nos dernières videos