LITTÉRATURE JEUNESSE

Fanny Dreyer et ses souvenirs émus de colos et notre sélection pour s’évader

Fanny Dreyer et ses souvenirs émus de colos et notre sélection pour s’évader

Vintage et doux comme le miel, l’album de Fanny Dreyer évoque les souvenirs de colos. -

Avec «La colonie de vacances», Fanny Dreyer évoque ses souvenirs d’enfance sur fond de montagne vertigineuse.

Chacun de nous garde en lui un souvenir un peu édulcoré d’un camp ou d’une plaine de vacances qui nous a, durant quelques jours, offert la possibilité de vivre de grandes et petites aventures loin de la surveillance des parents. Une période dorée dont Fanny Dreyer se souvient avec émotion dans La colonie de vacances. «Mon papa est mort il y a quelque temps et, en faisant un peu de rangement, j’ai découvert des centaines de photos argentiques des années 70, lorsqu’il était moniteur de colonies de vacances, explique l’autrice. Ces couleurs et ces moments figés dans le temps, m’ont donné envie de dessiner mes propres souvenirs, mais aussi ceux des autres, lorsque nous passions quelques jours à la montagne.»

Créer un groupe, mais aussi des individus

 

Car, pour réaliser ce très bel album, Fanny Dreyer ne s’est pas contentée de fouiller sa mémoire, elle a récolté les souvenirs de vieux copains qu’elle a ensuite agencés en créant différents personnages. «Ce sont des souvenirs assez complexes où tout se mêle: on n’avait pas vraiment envie de partir, mais à chaque fois qu’on revenait, on avait l’impression d’avoir vécu un truc incroyable que personne ne comprendrait jamais. Mais en même temps, les départs en colo, c’est quelque chose d’un peu violent, d’être déraciné comme ça.»

Fanny Dreyer et ses souvenirs émus de colos et notre sélection pour s’évader
-
Dans ce grand album qui sent bon l’air frais, on découvre petit à petit différents enfants avec leur personnalité, leurs craintes mais aussi leurs petits plaisirs et leurs joies. «Une colonie, c’est un très grand groupe et, souvent, quand on débarque, on est un peu noyé, poursuit Fanny Dreyer. C’est pour ça que je voulais évoquer le groupe, mais aussi les individus et créer un va-et-vient entre une seule chose et le tout.»

Autre «personnage» omniprésent; la montagne. L’autrice qui a grandi en Suisse dans la région des Préalpes, en a fait son décor favori. «Il y a des paysages, en Suisse, qui sont magiques. Si on y ajoute les souvenirs très colorés que j’en ai, mais aussi la nature, les animaux, la randonnée… Ça crée une atmosphère unique.»

Avec ses couleurs travaillées au feutre et à l’acrylique, Fanny Dreyer évoque ses souvenirs imbibés d’une fantaisie enfantine un peu magique. À la fois vintage et pile dans l’air du temps, cet album de colo donnera sans doute envie à certains de s’envoler cet été et apaisera les dernières craintes des autres.

Albin Michel Jeunesse, dès 6 ans.

 

Notre avis sur les autres sorties

«La baignade» d’Emma Lidia Squillari (**)

Fanny Dreyer et ses souvenirs émus de colos et notre sélection pour s’évader
-
Par une belle journée d’été, Odile l’oie se réveille avec la joie au cœur: c’est la journée idéale pour aller se baigner! Vite, elle téléphone à ses amies Pattie, la pie et Coco, la truie.

Mais la journée ne débute pas exactement comme Odile l’avait imaginé, ses deux amies refusant de se baigner comme elle l’aurait souhaité.

Heureusement, les qualités des uns et des autres vont finir par rendre l’aventure joyeuse.

Une jolie histoire d’amitié qui apprend qu’il faut parfois faire des concessions, le tout sous le soleil.

Grasset Jeunesse, dès 5 ans.

«Le grand voyage de Flamingo» de Sébastien Mourrain (***)

Fanny Dreyer et ses souvenirs émus de colos et notre sélection pour s’évader
-
Sur la digue, attaché avec d’autres bouées tendance, Flamingo rêve de jeux sur la plage, de baignades, de brise marine et de grands espaces.

Une tempête va le libérer et lui permettre de vivre d’incroyables aventures jusqu’à la plage de Coney Island à New York où un petit garçon va le repêcher et prendre soin de lui.

L’occasion d’être enfin apprécié pour ses qualités… Le rêve.

Un sacré voyage plein de couleurs et de sensations.

Actes Sud Junior, dès 5 ans.

«Ce qu’il y a entre le ciel et les montagnes» de Jean-Charles Berthier (****)

Fanny Dreyer et ses souvenirs émus de colos et notre sélection pour s’évader
-
À la mort de sa grand-mère, Ellie entreprend un voyage initiatique en compagnie de son «Grandpa», de sa maman et de sa petite sœur.

L’idée: traverser les montagnes et rejoindre le Pacifique à bord d’un vieux van.

Un roman à la fois drôle et émouvant qui vous réconciliera avec la famille tout en garantissant un grand bol d’air frais.

Actes Sud Junior, dès 12 ans, 160 p.

 

 

L’avis de la libraire

Joyeux plongeon dans l’été

Pour se glisser dans l’ambiance estivale, la libraire Claire Nanty, de la librairie La grande ourse à Liège, a sélectionné trois ouvrages parfaits.

À commencer par Le voisin de Walid Serageldine (La joie de lire). «Un chouette livre sans parole dans lequel une famille éléphant profite joyeusement et un peu bruyamment de son jardin alors que leur voisin rhinocéros, sur sa pelouse bien peignée, préfère rester tout seul. Il finit par se plaindre du bruit et se retrouve dans sa chaise longue où il commence à s’ennuyer fermement…»

Il y a aussi Slip d’Alex Cousseau et Janik Coat (Les fourmis rouges). «Un kangourou mal organisé cherche désespérément quelque chose d’important dans sa poche. C’est un peu le sac de Mary Poppins: il en sort tout un tas de choses inutiles et incongrues avant d’enfin mettre la main sur cet objet indispensable pour aller se baigner. C’est très drôle!»

Enfin, pointons aussi un manga pour les plus petits (10-12 ans): Un été à Tsurumaki de Shin’ya Komatsu (Éditions IMHO). «Lorsqu’un petit garçon ayant le pouvoir de parler aux plantes arrose une jacinthe sauvage derrière l’école, d’étranges phénomènes se produisent chamboulant la vie des habitants de Tsurumaki. Une belle histoire estivale emplie de poésie et de nostalgie.»

De quoi plonger avec joie dans l’été et s’évader tout en restant encore un peu chez soi.

 

Nos dernières videos