article abonné offert

MUSIQUE

INTERVIEW | Mario Barravecchia a réuni des Italo-Belges pour chanter «Mon pays», ode à l’Italie et à la Belgique

Pour les 75 ans des «accords charbon», Mario Barravecchia a réuni plusieurs Italo-Belges autour d’une chanson, «Mon pays».

Le 23 juin 1946, la Belgique signe les «accords charbon» avec l’Italie. Les premiers 50 000 ouvriers italiens arrivent en Belgique pour travailler dans les mines en échange de 200 kg de charbon par mineur et par jour que la Belgique paiera à l’Italie.

Septante-cinq ans plus tard, Mario Barravecchia (ex-finaliste de la saison 1 de la Star Academy) leur rend hommage avec une chanson, Mon pays, écrite par Silva (Silvano Macaluso, gagnant de Pour la gloire sur la RTBF) et sur laquelle on peut entendre – en plus des deux compères – les voix de Livia Dushkoff, Elvis Pompilio, Jill Vandermeulen, Ophélie Fontana, Frédéric François, Jean-Michel Zecca, Sandra Kim, Elio Di Rupo, Rocco Granata et Michael Miraglia.

Mario, comment est né ce projet?

C’est né d’une conversation avec un ami, Lorenzo Ponzo, le patron de Radiohitalia, en province de Liège. J’ai appelé mon ami Silva, et trois jours plus tard, il m’a envoyé cette chanson, Mon pays.

Le message de cette chanson est important…

Oui! C’est un message d’espoir. Le titre Mon pays veut tout dire. Pour nous, Italo-Belges, notre pays, c’est à la fois la Belgique et l’Italie.

Cela a été compliqué de réunir les personnalités?

La première personne que j’ai appelée, c’est Frédéric François. Il m’a dit oui tout de suite. Son père était mineur. Ensuite, j’ai appelé Salvatore Adamo. Mais malheureusement, il a eu un problème de planning. Puis j’ai appelé Elio Di Rupo, Sandra Kim, Rocco Granata, ainsi que des gens de la télé comme Ophélie Fontana, Michaël Miraglia, Jill Vandermeulen…

Vous saviez qu’elle avait des origines italiennes?

Non, je l’ignorais. Elle n’a pas un nom très italien (rires). C’est sa grand-mère maternelle qui a des origines italiennes. Pour tout vous dire, j’ignorais aussi qu’elle avait fait la Star Ac’ 6 en France.

Certains d’entre eux ne sont pas du tout chanteurs…

Non, c’est vrai. On a eu une belle surprise avec Ophélie Fontana. Elle ne voulait pas chanter, et finalement on a découvert qu’elle avait un super timbre de voix.

Qui chante le moins bien?

(rires) Ça, je ne peux pas vous le dire… Mais tous se sont prêtés au jeu. Et c’est une fierté pour moi d’avoir la participation d’Elio Di Rupo. Son histoire est celle d’une réussite extraordinaire.

Une partie des bénéfices ira à une association…

Oui, à la Fondation Euritalia, qui promeut la culture italienne et qui vient aussi en aide aux victimes de catastrophes.

Vous avez des projets musicaux?

Oui, je me suis dit que c’était peut-être le moment de refaire un nouvel album. Le 1er single est prévu pour septembre et l’album sortira sans doute début 2022.

En janvier, vous avez lancé «Welcome», un magazine dédié aux femmes. Cela marche bien?

J’ai dû mettre le projet entre parenthèses, car avec la 3e vague de Covid, beaucoup de kiosques à journaux ont dû fermer. Le prochain numéro est prévu fin septembre.

«Mon pays» est disponible dès ce lundi sur toutes les plateformes.


Nos dernières videos